L’abordabilité figure parmi les principales préoccupations alors que le secteur immobilier se concentre sur l’offre

10 Oct. 2018

Les habitations pour personnes âgées et les sociétés de technologie immobilière ont le vent dans les voiles

  • La proportion du revenu des ménages servant à couvrir le coût d’une maison unifamiliale est passée à 53,5 % au premier trimestre de 2018 et les préoccupations quant à l’abordabilité sont de plus en plus grandes.
  • Les revenus des sociétés de technologie immobilière sont en hausse, et d’importants investissements sont dirigés vers des fonds spécialisés dans la convergence de l’immobilier et de la technologie.
  • Les complexes pour retraités présentent les meilleures perspectives d’aménagement pour la prochaine année. Les espaces de travail flexible et de cotravail font partie des principales tendances émergentes en immobilier commercial.

 

Toronto, le 10 octobre 2018. Le secteur immobilier surveille de près les récentes négociations des tarifs douaniers sur l’acier et la hausse des taux d’intérêt, qui pourraient venir aggraver le problème de l’abordabilité pour les Canadiens. Les promoteurs, les investisseurs, les prêteurs et d’autres experts du domaine font preuve d’un optimisme modéré à propos du secteur, selon le rapport sur les tendances récentes de l’immobilier pour 2019 publié aujourd’hui par PwC Canada et le Urban Land Institute (ULI). Toutefois, l’avenir est prometteur pour les espaces de travail flexible, les habitations pour personnes âgées et les sociétés de technologie immobilière.  

 

Immobilier résidentiel

L’offre de terrains est la principale préoccupation des promoteurs pour 2019. D’ailleurs, le rapport révèle que tous les ordres de gouvernement doivent maintenant se tourner vers la question de l’offre, et ne pas se soucier seulement de la demande. Des marchés comme ceux d’Edmonton et de Montréal sont parvenus à rétablir l’équilibre entre l’offre d’habitations et les hausses des prix, mais ce n’est pas le cas pour Toronto et Vancouver.

« La résolution du problème de l’abordabilité incombe autant aux gouvernements qu’aux promoteurs. Le gouvernement a tenté de s’attaquer à la demande en introduisant des mesures comme le resserrement des règles hypothécaires et les impôts étrangers, mais ils ont négligé l’offre », a déclaré Frank Magliocco, leader national, Secteur de l’immobilier, PwC Canada. L’assouplissement de la réglementation et la disponibilité plus grande de terrains pouvant être aménagés en temps voulu contribueront à régler la question de l’abordabilité.  

« Le secteur immobilier est à la croisée des chemins : il doit travailler avec plusieurs autres secteurs pour prospérer dans l’avenir. On voit de plus en plus de collaboration entre des architectes, des constructeurs et des sociétés de technologie qui veulent redéfinir le mode de vie des Canadiens », affirme Richard Joy, directeur général, ULI Toronto.

La proportion du revenu des ménages nécessaire pour couvrir le coût d’une maison unifamiliale est passée à 53,5 % au premier trimestre de 2018 alors que  Vancouver occupe le premier rang avec un pourcentage de 119,3 %. Le coût élevé du logement a pour effet d’inciter les Canadiens, surtout les milléniaux, à abandonner le rêve d’être propriétaire d’une habitation au cœur de la ville et à s’installer dans les banlieues ou dans d’autres quartiers offrant des logements plus abordables.

« Il est également important de noter les changements dans les types d’hébergement qui touchent les complexes pour retraités. Les changements démographiques font pression sur les promoteurs immobiliers, ce qui mène à la construction de plusieurs nouveaux sites, à la modernisation de sites actuels et à l’arrivée de centres de soins hautement spécialisés. Ce sera certainement un secteur à surveiller qui pourrait attirer l’attention de plusieurs investisseurs », souligne Annie Labbé, évaluateur agréé, première vice-présidente, Services-conseils en immobilier chez PwC Canada.

La hausse des taux d’intérêt et des tarifs douaniers sur l’acier provenant de l’étranger est au premier plan des préoccupations des promoteurs et des propriétaires. Par exemple, les tarifs douaniers sur l’acier pourraient faire monter le prix payé, par les constructeurs de résidences et de commerces, pour les matériaux, ce qui exercerait des pressions accrues sur l’abordabilité.

 

Immobilier commercial

Les espaces de travail flexible et de cotravail, toujours en progression, devraient représenter 30 % du portefeuille immobilier des sociétés d’ici 2030. « La question des coûts n’est pas vraiment un problème dans l’aménagement de locaux de cotravail; il s’agit plutôt de créer une communauté et de favoriser l’échange d’expériences et de connaissances entre des gens et des secteurs d’activité diversifiés », affirme M. Magliocco.

Le secteur du logement locatif continue d’afficher un rendement solide, mais certains segments du secteur du commerce de détail sont toujours aux prises avec des difficultés et doivent se réinventer. Le secteur industriel continue de bien performer et la légalisation du cannabis récréatif au Canada devrait favoriser des occasions dans le secteur de l’immobilier commercial dans tout le pays, car de nouvelles entreprises chercheront des locaux industriels pour faire pousser les plants et des locaux commerciaux pour vendre les produits.

Les complexes pour retraités offrent certaines des meilleures perspectives pour la prochaine année, puisque les Canadiens de plus de 65 ans sont maintenant plus nombreux que ceux de moins de 15 ans. En 2017, 31 % des Canadiens âgés de 85 ans ou plus vivaient dans des logements collectifs, et ce pourcentage ira en augmentant dans les prochaines années.

 

Sociétés de technologie immobilière

L’émergence des sociétés de technologie immobilière, qui offrent autant de nouveaux services d’octroi de prêts que des plateformes d’investissement et des activités de courtage numériques, change la manière dont les sociétés achètent, vendent et gèrent les propriétés.

« Bien que la convergence de l’immobilier et des technologies se soit opérée lentement jusqu’à présent, l’intérêt et l’attention portés aux sociétés de technologie immobilière ont beaucoup changé ici, à l’échelle locale, et mondialement », a déclaré M. Magliocco.

Selon le rapport, les sociétés de technologie immobilière devraient consacrer des investissements additionnels de 5,2 G$ US, à l’échelle mondiale, à 454 transactions de capitaux propres en 2018, après le niveau record atteint en 2017, qui était de 3,4 G$ US pour 367 transactions. Toutefois, seulement 10 % des chefs d’entreprise du secteur mondial de l’immobilier s’inquiètent de la rapidité de l’évolution technologique.

Selon le rapport, les drones sont le principal agent de disruption du secteur immobilier. Des drones pourraient être utilisés pour voir l’avancement des travaux sur place tandis que d’autres essaient d’intégrer des stations d’accueil dans des collectivités pour répondre aux besoins de livraison « jusqu’au dernier kilomètre ». Les véhicules autonomes, la cybersécurité et les technologies de la construction font aussi partie de la liste des agents de disruption relevés.

Toujours selon le rapport, divers facteurs comme la croissance du produit intérieur brut (PIB) et l’abordabilité ont des effets sur les différents marchés de l’immobilier au Canada. Les cinq principaux marchés à surveiller en 2019 sont  Toronto, Vancouver, Montréal, Ottawa et la ville de Québec.

Cliquez ici pour consulter le rapport.

 

À propos de PwC Canada

Chez PwC, notre raison d’être est de donner confiance au public et de résoudre des problèmes importants. Plus de 7 400 associés et employés s’emploient à fournir à une vaste clientèle des services de qualité en matière de certification, de fiscalité, de conseils et de transactions. PwC Canada est membre du réseau mondial de cabinets de PwC, qui compte plus de 250 000 personnes dans 158 pays. Pour en savoir davantage, consultez notre site Web à l’adresse : www.pwc.com/ca/fr.

© 2018 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l., société à responsabilité limitée de l’Ontario. Tous droits réservés.

PwC s’entend du cabinet canadien, et quelquefois du réseau mondial de PwC. Chaque société membre est une entité distincte sur le plan juridique. Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez notre site Web à l’adresse www.pwc.com/structure.

 

Contactez-nous

Pierre Campeau
Directeur, Relations publiques
Tél : +1 416 687 8643
Courriel

Kelly Baudru
Directrice, Communications, PwC Canada
Tél : 604-806-7344
Courriel

Suivez-nous