Tendances du marché des fusions et acquisitions au Canada

De nouvelles opportunités se dessinent dans l’économie post-pandémie

Selon de nombreux indicateurs, cette année s’annonce riche en fusions et acquisitions, tant à l'échelle mondiale qu'ici au Canada.

À mesure que nous sortirons de la pandémie et que la reprise économique se confirmera, certaines entreprises ne pourront éviter la consolidation pour assurer leur survie. Nous nous attendons à de nombreuses opérations opportunistes cette année, particulièrement dans les secteurs qui ont été durement touchés. La valeur totale des transactions de fusions et acquisitions a baissé en 2020 par rapport à l’année précédente, mais le volume des transactions a augmenté et les opérations à valeur plus élevée ont repris dans les derniers trimestres de 2020.

Les obstacles ne sont pas tous levés, mais les opportunités et les transformations qui s’annoncent laissent présager un marché très actif en 2021. Il se pourrait même que la concurrence soit forte pour certaines sociétés. Une transaction pourrait en effet être le meilleur moyen, pour de nombreuses entreprises canadiennes et mondiales, d’accéder rapidement aux compétentes, aux ressources et aux technologies dont elles ont besoin pour créer de la valeur pour l’avenir.

Découvrez nos prévisions sur l’évolution du marché canadien des fusions et acquisitions en 2021.

« Les entreprises sont passées des tactiques défensives aux stratégies offensives de fusions et acquisitions à une vitesse fascinante pendant la pandémie. Les transactions qui avaient été suspendues reviennent et les nouveaux vendeurs profitent de la rareté des transactions et du niveau presque record des valorisations. Les volumes reviennent à leur niveau d’avant la pandémie. Les fusions et acquisitions joueront un rôle prépondérant dans la reprise économique et dans les stratégies de nombreuses entreprises. »

—Domenic Marino, associé, leader national, Transactions, PwC Canada

Énergie, services publics, mines et produits industriels

« Le secteur énergie, services publics, mines et produits industries (ESPMI) est à la croisée des chemins. L’année 2020 a amené une accélération des mesures favorables à la neutralité carbone et aux critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). Les possibilités seront nombreuses au Canada pour les sociétés qui s’engageront réellement dans cette transition – et qui sauront aussi gérer les actifs d’exploitation existants. »

—Michelle Grant, associée, leader nationale, Transactions ‒ Énergie, services publics, mines et produits industriels
  • Les transactions ont largement repris dans les secteurs ESPMI après une pause marquée au début de la pandémie. Mais les effets de la COVID-19 se font encore sentir : la transition vers la neutralité carbone s’est accélérée, mais l’incidence à long terme de la pandémie sur les chaînes d’approvisionnement locales et mondiales reste inconnue. Les possibilités sont là, mais beaucoup de questions restent sans réponse concernant l’avenir des secteurs ESPMI au Canada.
  • Dans le secteur de l’énergie, nous prévoyons une augmentation du volume des transactions en 2021, une poursuite des consolidations en amont, et des restructurations. Dans les services publics, l’abandon progressif des sources d’énergie conventionnelles pourrait entraîner des désinvestissements et une réorientation des capitaux vers les énergies renouvelables. Dans le secteur minier, nous nous attendons à une poursuite des consolidations, particulièrement dans les aurifères. Dans le secteur des produits industriels, les transactions viseront probablement à sécuriser les chaînes d’approvisionnement et les consolidations se poursuivront dans le génie et la construction. Il faut aussi s’attendre à quelques défaillances dues à des problèmes d’approvisionnement.
  • Dans l’ensemble des secteurs, l’avantage concurrentiel ira aux entreprises bénéficiant d’un bilan sain, d’un accès aux capitaux et de bonnes alliances. Les entreprises les plus anciennes, en particulier, devront établir des partenariats et des coentreprises avec des sociétés plus jeunes ayant les connaissances et les compétences dont elles besoin pour réduire leurs risques et diversifier leur offre. 

Michelle Grant

Associée, Vancouver, PwC Canada

+1 604 806 7780 poste 7184

Courriel

Technologies, médias, télécommunications et consommation

« La COVID-19 a eu des effets très contrastés sur les marchés de la consommation. Les entreprises traditionnelles qui ont conservé leur service en magasin, par exemple, sont distancées par celles qui ont développé des plateformes sophistiquées de commerce électronique et optimisé l’utilisation de leurs locaux. Ce que l’on peut dire de ce secteur, c’est qu’il sera largement influencé, y compris dans les fusions et acquisitions, par un changement rapide et irrévocable des habitudes de consommation. »

—Shoshana Baizer, associée, leader, Transaction - Technologies, médias, télécommunications et marchés de consommation
  • Les disparités sont énormes dans ces secteurs : les entreprises qui ont réussi pendant la pandémie cherchent à prendre de l’expansion par les fusions et acquisitions, soit en restant dans leur cœur de métier, soit en diversifiant leurs activités pour étendre leur marque. Mais celles qui ont été durement touchées devront probablement se restructurer, surtout lorsque les aides gouvernementales cesseront.
  • Dans l’avenir, le commerce électronique, les technologies sophistiquées et l’expérience client, et plus généralement l’agilité et la capacité à s’adapter rapidement aux nouvelles préférences des consommateurs seront la clé de l’avantage concurrentiel. La pandémie a aussi incité le consommateur à rechercher les marques locales ou éthiques; ce changement culturel aura un effet sur les stratégies de fusions et acquisitions, du moins à court terme.
  • De nombreuses entreprises des secteurs des technologies, médias et télécommunications au Canada, où les consolidations ont déjà été nombreuses, ressortent très fortes de la pandémie. Nous nous attendons à une diversification des portefeuilles au moyen des fusions et acquisitions dans ces secteurs cette année. Les investissements dans la 5G et dans les systèmes d’exploitation se poursuivront également, particulièrement parce que le télétravail est, selon de nombreux observateurs, appelé à rester.
  • Les fusions et acquisitions joueront un rôle prépondérant dans la croissance de ces secteurs dans les années à venir. L’intérêt est déjà là dans les entreprises dont le bilan est solide et dans les fonds de capital-investissement disposant de réserves de liquidités. Les actionnaires recherchent les entreprises ayant un plan clair de création de valeur, et évaluent tous leurs investissements à travers le prisme de la technologie. Les technologiques sortent relativement indemnes de la pandémie et il est plus clair que jamais que les technologies et la numérisation doivent être au cœur de la stratégie de chaque entreprise.

Shoshana Baizer

Associée, leader, Transactions – Technologie, médias, télécommunications et marchés de consommation, Toronto, PwC Canada

+1 416 815 5204

Courriel

Sociétés privées

« À mesure que nous sortirons de la pandémie, nous nous attendons à une situation peut-être unique dans son genre : les fonds de capital-investissement sont prêts à investir et les taux d’intérêt facilitent cet investissement. Si vous êtes propriétaire d’une société privée et que vous voulez entrer sur le marché, les opportunités sont là. »

—David Bryan, associé, leader, Transactions et Services aux sociétés privées
  • Les projets de fusions et acquisitions de nombreux propriétaires de sociétés privées se sont vite transformés en stratégies de survie en 2020, et les quelques fusions et acquisitions qui ont eu lieu ont porté davantage sur les entreprises en défaillance. Mais la reprise économique qui s’annonce en 2021 amènera des opportunités uniques pour les acheteurs et pour les entreprises qui veulent vendre sur le marché des sociétés privées.
  • Il semble que les opportunités proviendront de sources différentes en 2021. À mesure que les aides gouvernementales diminueront, les entreprises en difficulté chercheront à vendre. Nous verrons également des consolidations, car les entreprises seront obligées de travailler ensemble pour réduire leurs coûts et préserver leur acquis. Il y aura probablement aussi une vague de ventes dans les entreprises familiales et les sociétés privées dont les propriétaires s’en seront sortis, mais voudront passer à autre chose.
  • Les sociétés privées qui seront en bonne position au sortir de la pandémie seront celles qui auront adopté les technologies et qui rechercheront de nouveaux marchés et de nouvelles façons de vendre et de commercialiser leur produit. Ces sociétés pourront convaincre les investisseurs en décrivant leur situation avant la pandémie, les mesures qu’elles ont prises pendant et ce qu’elles seront devenues après.
  • Une nouvelle tendance, plus étonnante, apparaît dans ce secteur : certains fonds de capital-investissement et certains investisseurs institutionnels cherchent à acquérir des entreprises locales afin de soutenir les économies locales. Nous ne savons pas si cette tendance se maintiendra, mais elle est un facteur à prendre en considération dans l’estimation de la valeur des transactions.

David Bryan

FCPA, FCA, PAIR, SAI Associé, leader, Transactions et Services aux sociétés privées, Edmonton, PwC Canada

+1 780 441 6709

Courriel

Capital-investissement

« Aujourd’hui plus que jamais, les fonds de capital-investissement qui ont investi dans la création de valeur ont une longueur d’avance. Mais cela nécessite d’aller au-delà de l’analyse des coûts traditionnelle et d’être imaginatif en ce qui concerne l’amélioration des revenus et le repositionnement stratégique. Ces fonds peuvent investir de façon compétitive dans les transactions qui s’annoncent pour l’année à venir; ils sont en bonne position pour créer de la valeur immédiatement et réaliser des rendements supérieurs sur leurs investissements de l’année. »

—Michael Shea, associé, leader, Transactions - Investissement privé
  • L’analyse des investissements privés étrangers ou locaux au Canada en 2020 fait ressortir une baisse considérable de la valeur des transactions par rapport à l’année précédente. Les chiffres indiquent un fort recul au deuxième trimestre, essentiellement dû à la COVID-19, mais l’activité a repris par la suite, ce qui est de bon augure pour l’année à venir.
  • Où seront les possibilités en 2021? Les fonds de capital-investissement les plus patients iront vers les sociétés en défaillance, particulièrement lorsque les aides gouvernementales cesseront. Les opérations de sortie pourraient par ailleurs être plus nombreuses que prévu dans la mesure où les valorisations actuelles sont élevées et que certains fonds pourraient, de ce fait, revoir leurs délais de sortie « normaux » dans certains secteurs.
  • Les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), et particulièrement les mesures prises pour les suivre, les mesurer et les respecter, prendront une importance accrue en 2021. Cette tendance a été soulignée dans une communication conjointe des « 8 Grands » fonds de retraite canadiens qui demandent une standardisation de l’information sur les critères ESG afin de faciliter la prise de décisions de placement dans le cadre d’une reprise post-COVID plus verte. Nous nous attendons à ce que les fonds tirent parti de ces opportunités, comme la neutralité carbone par exemple, par des investissements stratégiques et par la création de valeur fondée sur les critères ESG dans les sociétés qu’elles détiennent. Nous nous attendons également à un intérêt accru pour la diversité et l’inclusion dans tous les fonds, qui reconnaissent de plus en plus l’impact positif de la diversité sur les rendements.
  • Les fonds de capital-investissement devraient également jouer un rôle essentiel dans la reprise des sociétés canadiennes. Ils sont nombreux à disposer d’amples réserves de liquidités à déployer et revoient actuellement la taille et la répartition géographique de leurs cibles d’investissement, notamment pour aller au-delà des cibles traditionnelles et investir, entre autres, dans des sociétés en croissance ou des situations spéciales.
  • En ce moment, les fonds de capital-investissement s’intéressent particulièrement aux secteurs des soins de santé et des technologies, en raison notamment de leur résilience pendant la pandémie. Nous constatons, par exemple, un intérêt particulier pour les technologies perturbatrices aussi bien à titre d’investissement en soi que comme complément à une société en portefeuille. (Ceci consiste, par exemple, à acquérir une société spécialisée dans l’internet des objets dans un secteur donné afin d’améliorer l’utilisation des données dans une société du portefeuille.)

Michael Shea

CA, EEE, CFA Associé, leader, Transactions - Investissement privé, Toronto, PwC Canada

+1 416 687 8025

Courriel

À venir

« Nous constatons un appétit croissant pour les acquisitions et pour les cessions, ce qui devrait accélérer le rythme des transactions au Canada en 2021. Les fusions et acquisitions peuvent être un outil extraordinaire de création de valeur; tout est dans l’exécution de la transaction et dans le niveau et la qualité de la planification. »

—Sean Rowe, associé, leader, Transactions - Création de la valeur, PwC Canada
Suivre PwC Canada

Contactez-nous

Domenic Marino

Domenic Marino

Associé, leader national, Transactions, PwC Canada

Tél : +1 416 941 8265

Sean Rowe

Sean Rowe

Associé, leader, Transactions - Création de la valeur, PwC Canada

Tél : +1 416 815 5093

Masquer