Se préparer à la croissance

Miser sur la croissance et la stabilité

Faits saillants et analyse : une année de stabilité

Les plus grandes sociétés minières canadiennes ont entamé une période de stabilité relative après avoir traversé une période d’effervescence marquée par un boom, un repli et une reprise. Les entreprises de ce secteur ont remboursé leurs dettes, amélioré leur bilan et investi judicieusement dans les projets existants, une tendance qui suit celle observée à l’échelle mondiale dans le secteur minier en 2017.

Augmenter l’efficience et garder une certaine souplesse sont maintenant les principaux objectifs des sociétés qui tentent de se positionner pour bénéficier des prochaines phases du cycle. Les transactions exceptionnelles ont été peu nombreuses et les activités de financement, limitées en 2017 — plusieurs grands joueurs ont plutôt choisi d’investir dans de nouvelles technologies, comme l’automatisation et l’analyse des mégadonnées, afin de maximiser la rentabilité à long terme.

Cette prudence généralisée coïncide avec des prix relativement stables pour la plupart des marchandises, en particulier l’or, qui est au cœur des activités de nombreuses sociétés minières inscrites à la Bourse de Toronto (TSX). On observe également une remontée des prix du cuivre, du zinc, du cobalt et du lithium, de nouvelles technologies de production et de stockage d’électricité destinées à l’utilisateur final laissant entrevoir une stimulation de la demande pour ces produits de base à long terme.

L’activité de la dernière année fait piètre figure par rapport au dynamisme marqué des années précédentes, mais le prix des marchandises s’est stabilisé et est à un niveau modéré, créant ainsi un climat de confiance prudente pour les perspectives de croissance de 2018.

loading-player

Playback of this video is not currently available

John Matheson, associé en Transactions chez PwC Canada explique comment une atmosphère de confiance prudente a émergé parmi les sociétés minières inscrites à la TSX alors qu’elles se positionnent pour faire face aux prochaines phases du cycle minier (en anglais seulement).

« Une confiance prudente se dégage de l’ensemble du secteur d’activité. Les prix se sont stabilisés et la demande pour l’or comme valeur refuge contre l’inflation est demeurée vigoureuse, tandis que la demande pour les autres marchandises demeure solide. »



John Matheson
Associé, PwC Canada

 

Pleins feux sur les spécialistes

loading-player

Playback of this video is not currently available

David Smith, premier vice-président, Finances, et directeur financier
Mines Agnico Eagle Limitée

Peaufiner une stratégie gagnante depuis 60 ans

L’an dernier, Mines Agnico Eagle Limitée a célébré son 60e anniversaire et ainsi marqué un jalon que peu de sociétés comparables ont atteint, se classant encore une fois parmi les 10 plus grandes sociétés minières cotées à la Bourse de Toronto en 2017. Le secret de ce succès qui dure depuis maintenant six décennies : selon le directeur financier de la société, c'est l’exécution irréprochable d’une stratégie cohérente, des actifs solides et une culture d’entreprise rassurante.

(en anglais seulement)

 
loading-player

Playback of this video is not currently available

Bryan Coates, président
Redevances Aurifères Osisko Ltée

Agents de disruption

En moins de quatre ans, la capitalisation boursière de Redevances Aurifères Osisko a quintuplé, pour atteindre 2,5 G$ CA. Le modèle d’affaires hybride de la société allie des activités de type traditionnel fondées sur des accords de redevances et d’écoulement à un portefeuille de placements dans des sociétés ouvertes du secteur des ressources, une stratégie astucieuse qui a permis à la société de se hisser actuellement au quatrième rang des plus grandes sociétés de redevances sur métaux précieux du monde.

(en anglais seulement)

 

Sociétés minières inscrites à la TSX : une légère baisse

Sociétés minières inscrites à la TSX : une légère baisse

Les titres miniers ont accusé un retard par rapport à la performance globale du marché l’an dernier, plombés par la stagnation du prix de l’or, qui a reculé de 3 % au cours de la période de 12 mois terminée le 30 septembre 2017. Les 225 sociétés aurifères inscrites à la TSX ont perdu 4 % de leur valeur totale pendant cette période, contre un gain global de 10 % pour l’ensemble du marché. Le secteur minier représente 9 % de la capitalisation boursière totale de la TSX, en baisse par rapport à 11 % un an plus tôt.

Tout laisse présager que le secteur diminue sa dépendance à l’or pour se tourner vers d’autres métaux du fait de la demande induite par les nouvelles technologies et les nouveaux marchés. La hausse de la production des véhicules électriques, par exemple, entraîne une hausse de la demande pour le lithium, le cobalt, le cuivre, le nickel, l’aluminium et le manganèse.

Presque la moitié des émetteurs miniers inscrits à la TSX avait une capitalisation boursière d’au plus 150 M$ CA, tandis que la valeur d’un tiers d’entre eux se situait entre 150 M$ CA et 1 G$ CA. Ce deuxième groupe a enregistré la plus forte expansion pendant cette période, le nombre de sociétés y figurant étant passé de 59 à 74 en un an.

Les 25 principales sociétés : Se concentrer sur la réduction de la dette

Les 25 principales sociétés : Se concentrer sur la réduction de la dette

Au cours de la dernière année, les 25 principales sociétés minières inscrites à la TSX se sont concentrées davantage sur la réduction de la dette que sur les dépenses en immobilisations. Cette approche a permis de diminuer de 7 % le ratio de la dette moyenne par rapport aux capitaux propres.

Demeurée en tête, Société aurifère Barrick a réduit sa dette à 6,4 G$ CA, en baisse par rapport à 8,5 G$ CA en septembre 2016. Kirkland Lake Gold Ltd. (au 16e rang) a obtenu la meilleure performance sur le marché, le cours de son action ayant bondi de 175 % au cours de l’année suivant l’acquisition de Newmarket Gold Inc.

L’or est resté le produit le plus important pour les 25 principales sociétés, 19 d’entre elles ayant investi dans ce métal précieux. Pour l’avenir, toutefois, la société minière à la valeur la plus élevée à la TSX mise sur un autre produit de base.

Issue de la fusion de Potash Corporation of Saskatchewan Inc. et Agrium Inc., Nutrien Ltd. est évaluée à plus de 40 G$ CA. Avant la fusion, Potash Corporation of Saskatchewan et Agrium occupaient respectivement le deuxième et le troisième rangs. Franco-Nevada Corp. et Teck Resources Ltd complètent le groupe des cinq principales sociétés.

Transactions : à la recherche d’une plus grande efficience

Transactions : à la recherche d’une plus grande efficience

Le rythme des transactions a considérablement ralenti en 2017, les chefs de la direction ayant généralement évité les activités de transformation par fusion et acquisition pour se tourner vers des transactions stratégiques complémentaires. Il est probable que cette tendance se maintienne et que les principales transactions de fusions et acquisitions concerneront des sociétés de taille intermédiaire qui cherchent à accroître leur efficience par la consolidation.

En faisant l’acquisition de Newmarket Gold pour environ 1 milliard de dollars canadiens, Kirkland Lake Gold s’est hissée au rang des grands producteurs d’or en combinant des actifs de première qualité dans le Nord-Est de l’Ontario et à Victoria, en Australie. Entre-temps, Redevances Aurifères Osisko Ltée a consacré 1,13 G$ CA à l’acquisition d’actifs de la société américaine de capital-investissement Orion Mine Finance Group, ce qui a fait grimper le cours de l’action d’Osisko de 65 %.

Centerra Gold, société minière basée à Toronto, fait partie des acheteurs les plus actifs au cours des deux dernières années. Elle a acquis AuRico Metals Inc., une rivale de plus petite taille, pour une contrepartie de 310 M$ CA, et Thompson Creek Metals Company Inc., pour environ 1,1 G$ US.

Pour ce qui est des transactions de financement, les sociétés minières inscrites à la TSX ont réuni en 2017 seulement la moitié du capital réuni l’année précédente. Pour une deuxième année consécutive, il n’y a pas eu de PAPE minier à la TSX.

Contactez-nous

Liam Fitzgerald

Liam Fitzgerald

Associé, Leader, Compétences, innovation et affaires juridiques, Services fiscaux, PwC Canada

Tél : +1 416 869 2601

Nochane Rousseau

Nochane Rousseau

Associé directeur, Grand Montréal, PwC Canada

Tél : +1 514 205 5199 

Mark Platt

Mark Platt

Associé, PwC Canada

Tél : +1 604 806 7093

Stephen Mullowney

Stephen Mullowney

Associé, Vente, acquisition et financement d’entreprises, Services au secteur minier, PwC Canada

Tél : +1 416 687 8511

Marelize Konig

Marelize Konig

Leader nationale, Transformation de l’entreprise, PwC Canada

Tél : +1 416 814 5862

John Matheson

John Matheson

Associé, Transactions - Acquisitions d'entreprises, PwC Canada

Tél : +1 416 687 8171

Suivre PwC Canada