Créer de la valeur au delà de la surface

Se différencier en créant des relations avec la communauté

Se différencier en créant des relations avec la communauté

Le cycle de reprise actuel pousse les grandes sociétés minières canadiennes à adopter des stratégies uniques, qui se distinguent des approches utilisées dans le passé.

Nous explorons les tendances régionales au Canada et la façon dont certaines sociétés minières développent des liens forts et, dans certains cas, inhabituels, dans les collectivités où elles exercent leurs activités.

Ces alliances favorisent la protection de l’environnement, apportent des améliorations innovantes à l’industrie, stimulent les activités des entreprises locales et sont essentielles au développement de talents locaux et d’une main-d’œuvre compétente et loyale pour l’avenir.

Les sociétés qui ont une stratégie de croissance régionale disposent, lorsque cette stratégie est conjuguée à la confiance des parties prenantes locales, d’un avantage concurrentiel, en plus de jouer un rôle clé dans la création de collectivités plus fortes lorsque la reprise fera vraiment sentir ses effets.

 

loading-player

Playback of this video is not currently available

Une entrevue avec Maxime Guilbault (directeur principal, Certification, PwC Canada) and Stephen Mullowney (associé, Financement d’entreprises, PwC Canada).

"Le mode d’opération des minières aujourd’hui se distingue vraiment de ce que l'on a pu voir dans le passé dans le sens où les compagnies ont une vision à plus long terme. C’est plus facile de retenir les bons éléments puis vraiment catalyser la communauté autour de ce projet-là puis d’en faire un endroit qui est très porteur pour le développement."

Maxime Guilbault, Directeur principal, Certification, PwC Canada

Sortir des sentiers battus 

Les sociétés minières savent que, pour avoir accès à des travailleurs compétents sur un marché concurrentiel, elles doivent offrir, en plus de bons salaires, de la sécurité d’emploi, du développement professionnel, l’accès à de nouvelles technologies et un équilibre travail-vie privée propice aux familles.

Depuis son camp minier de l’Abitibi dans l’ouest du Québec, Corporation Aurifère Monarques est un producteur d’or émergent qui aspire à devenir un joueur mondial majeur. Pour attirer de jeunes employés, Corporation Aurifère Monarques essaie de se rapprocher des milléniaux en utilisant de nouvelles technologies dans ses mines et en démontrant son engagement envers la protection de l’environnement, notamment par son partenariat avec le projet de recherche Mission monarque.

Pendant ce temps, dans le sud-ouest du Québec, IAMGOLD Corporation a accru la production de sa mine Westwood. Cette expansion apporte de bonnes nouvelles sur le plan économique à la collectivité et en faisant appel à l’expertise minière locale.

L'organisation, avec quatre autres entreprises ont consacré conjointement près de 10 M$ CA sur sept ans au programme Institut de recherche en mines et environnement (IRME). L’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) et Polytechnique Montréal participent au programme. Les deux établissements travaillent de concert avec l’industrie à améliorer le nettoyage des sites et à former la prochaine génération de travailleurs miniers.

IAMGOLD embauche des diplômés hautement qualifiés de l’IRME UQAT-Polytechnique et la société a également utilisé les résultats de recherche de l’Institut pour améliorer ses propres processus de récupération des résidus et réduire ses coûts.

 
loading-player

Playback of this video is not currently available

« Nous voulons démontrer que nous sommes d’abord et avant tout une bonne société citoyenne. En plus d’inciter la nouvelle génération à se joindre à nous, cette réputation va les inspirer dans leurs efforts visant à s’assurer que les bénéfices des sociétés minières contribuent également à la réalisation de leur rêve d’un monde meilleur. »


Jean-Marc Lacoste
Président et chef de la direction, Corporation Aurifère Monarques

Des relations en or dans l’Est

Anaconda Mining Inc. est la preuve que les sociétés minières canadiennes peuvent avoir de grandes répercussions sur les collectivités dans lesquelles elles exercent leurs activités. L’an dernier, la société de prospection, de mise en valeur et d’exploitation minière aurifère de Toronto a produit environ 16 000 onces d’or, dans la péninsule de Baie Verte, à Terre-Neuve-et-Labrador, où la société a dû faire des efforts pour gagner le respect de la région.

L’an dernier, Anaconda a fait sa première incursion hors de Terre Neuve et Labrador grâce à l’acquisition du projet Goldboro en Nouvelle-Écosse, un gisement situé à 185 kilomètres au nord-ouest de Halifax dont les ressources mesurées, indiquées et présumées s’élèvent à plus de 800 000 onces d’or. Ce type d’entrepreneuriat apporte des actifs sous-exploités sur le marché et, ce faisant, permet de créer des emplois bien rémunérés.

La main d’œuvre d’Anaconda, qui est relativement jeune comparativement au reste de l’industrie en général (environ le tiers de ses employés sont dans la vingtaine), est essentiellement composée de talents locaux. Son initiative la plus importante en matière de formation à ce jour est son programme de formation continue, appelé l’« Université Anaconda. » C'est un programme de formation interne qui offre les employés une formation continue dans leur propre discipline ainsi que des formations plus variées dans des domaines tels que la gestion, le leadership, la sécurité et les finances, tout ce qui les aide à devenir des personnes et des employés plus accomplis.

Anaconda est à l’avant-plan d’une tendance du secteur selon laquelle les sociétés investissent massivement dans des partenariats régionaux et consolident leurs relations avec les collectivités où elles exercent leurs activités. Sa réputation en tant qu’entreprise priorisant la collectivité au Canada atlantique joue un rôle essentiel dans sa stratégie de croissance.

 

loading-player

Playback of this video is not currently available

« Nous aimons le fait que, d’une certaine manière, le Canada atlantique sort des sentiers battus. Notre stratégie d’investissement a été de viser des projets dont les ressources totales produisent moins d’un million d’onces, pour lesquels il n’existe pas vraiment de concurrence. »


Dustin Angelo,
Président et chef de la direction, Anaconda Mining Inc.

Des partenariats à long terme

Le cuivre est un métal d’une importance capitale pour la Colombie-Britannique, comptant pour environ le quart de la valeur des principaux métaux extraits dans la province en 2017. Le secteur joue un rôle clé dans l’ouverture des frontières et est l’élément vital de nombreuses collectivités rurales.

La demande de cuivre devrait continuer d’augmenter au fur et à mesure que se développeront les industries vertes, notamment celle de l’énergie éolienne et solaire, et le stockage de l’énergie. L’exploitation minière, de même que la foresterie, l’agriculture et le tourisme forment la base de l’économie de la ville de Princeton. La collectivité a subi de profonds changements depuis 2011, année où la mine Copper Mountain est entrée en production, relançant l’extraction de cuivre dans la région après une longue pause.

Au nord, la nouvelle production de cuivre près de Dease Lake rapporte des bénéfices à des collectivités. Au début de 2015, la société Imperial Metals de Vancouver a commencé à expédier du concentré de cuivre de sa mine Red Chris. Elle emploie plus de 400 travailleurs et travaille en étroite collaboration avec les écoles de la région. La société soutient les programmes de formation de la Northwest Community College School of Exploration & Mining. En retour, l’école apporte à la mine Red Chris des travailleurs qualifiés pour des postes de débutants.

Les sociétés voient un fort potentiel de croissance en Colombie-Britannique, tant pour le rôle que ses métaux joueront dans l’économie émergente de l’énergie propre que dans son réseau électrique vert. En savoir plus dans notre dernier rapport 50e numéro...Le point sur l’industrie minière de la Colombie-Britannique en 2017.

Photo : gracieuseté de Imperial Metals Corporation
« Une masse salariale de 40 M$, c’est beaucoup là-bas. Pour la première fois depuis des années, nous avons créé des emplois stables, à long terme et payants dans la région. »


Bryan Kynoch
Président d’Imperial Metals Corp.

Contactez-nous

Liam Fitzgerald

Liam Fitzgerald

Associé, Leader, Compétences, innovation et affaires juridiques, Services fiscaux, PwC Canada

Tél : +1 416 869 2601

Nochane Rousseau

Nochane Rousseau

Associé directeur, Grand Montréal, PwC Canada

Tél : +1 514 205 5199 

Mark Platt

Mark Platt

Associé, PwC Canada

Tél : +1 604 806 7093

Stephen Mullowney

Stephen Mullowney

Associé, Vente, acquisition et financement d’entreprises, Services au secteur minier, PwC Canada

Tél : +1 416 687 8511

Monica Banting

Monica Banting

Leader, Services au secteur minier, Est du Canada, PwC Canada

Tél : +1 416 941 8233

Suivre PwC Canada