Skip to content Skip to footer
Recherche

Loading Results

Convergence et émergence :

Comment tirer le meilleur parti des nouvelles technologies

Bon nombre d’organisations en sont aux premières étapes de l’implantation de technologies émergentes, comme la chaîne de blocs, l’automatisation des processus par la robotique (APR), l’Internet des objets (IDO) et l’intelligence artificielle (IA). Dans notre enquête de 2018 Risk in Review, 53 % des répondants canadiens ont indiqué implanter de nouvelles technologies afin d’améliorer les produits existants ou l’expérience client. Les résultats de l’enquête révèlent également que 56 % des répondants implantent de nouvelles technologies afin de développer de nouveaux produits et de cibler de nouveaux clients. L’IDO a été cité par 33 % des répondants comme étant la technologie qui aura la plus grande incidence dans un avenir rapproché, suivie de l’APR, l’IA et la chaîne de blocs.

Ces technologies émergentes transforment les processus d’affaires et le fonctionnement de la société. Or, une fois combinées, elles deviennent plus puissantes et offrent un potentiel extraordinaire de croissance. Quels sont les avantages d’une telle convergence, et quels sont les risques dont les organisations devraient être au fait lorsqu’elles cherchent à tirer le maximum des avancées technologiques actuelles?

Description détaillée

Pour mieux comprendre les opportunités offertes par la convergence, il est important de bien comprendre ce que ces technologies émergentes sont et ce qu’elles peuvent faire. Imaginez le fonctionnement de ces quatre éléments ensemble comme s’il s’agissait d’une voiture.

L’automatisation des processus par la robotique

L’automatisation des processus par la robotique (APR) permet aux entreprises d’automatiser des activités traditionnellement faites manuellement et nécessitant beaucoup de ressources. L’absence d’intervention humaine réduit les erreurs et libère les employés, qui peuvent alors se concentrer sur des activités qui ajoutent de la valeur. La transmission est l’APR qui, lorsqu’elle fonctionne bien, permet au moteur de faire tourner les roues plus efficacement.

L’Internet des objets

L’Internet des objets (IDO) désigne des dispositifs dotés de capteurs qui recueillent et partagent des données. Ils peuvent recueillir des informations de manière continue et en temps réel afin d’aider les entreprises à prendre de meilleures décisions. Certaines industries sont maintenant en mesure d’accéder à des informations essentielles de sécurité ou d’environnement, ou du moins y accèdent avec plus d’agilité, ce qui n’était pas le cas auparavant. Dans une voiture, imaginez que les phares et les essuie-glaces sont des dispositifs dotés de capteurs qui détectent les conditions et interagissent avec les autres composantes pour faire leur travail.

L’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle (IA) est le cerveau des technologies. Elle permet aux entreprises de mieux analyser l’information (dont peut-être celle rendue disponible par les capteurs de l’IDO, protégée par la chaîne de blocs et optimisée par des solutions d’APR) pour tirer des conclusions et prendre des décisions. De plus en plus, l’IA peut aider les entreprises à utiliser des données existantes afin de prédire des résultats futurs. Dans l’analogie avec la voiture, l’IA est le moteur.

La chaîne de blocs

La chaîne de blocs est essentiellement un registre distribué. Les multiples copies du registre qui circulent dans le monde permettent une transparence et une collaboration accrues entre les participants. Mais surtout, les transactions ne peuvent être changées une fois qu’elles ont été réalisées et traitées (c’est ce que l’on appelle également l’immutabilité). Toujours dans l’analogie avec la voiture, dans les véhicules les plus évolués, la chaîne de blocs est comme un carrosserie offrant une sécurité et une protection accrues au conducteur.

Le pouvoir de la convergence

Cet ensemble de technologies émergentes offre de nombreux avantages, dont une meilleure transparence et l’immutabilité (la chaîne de blocs), la simplification des processus d’affaires accompagnée d’une réduction des erreurs (l’APR), l’accès à des données exactes (l’IDO) et la capacité de prévoir les besoins du client (l’IA). La plupart des organisations en sont toujours à la phase exploratoire de ces technologies. Mais il peut être utile de regarder le portrait global pour comprendre de quelle manière elles peuvent interagir pour atteindre leur plein potentiel.

Un scénario possible est celui où des contrats intelligents utiliseraient une chaîne de blocs créée au moyen de l’intelligence artificielle pour faire le suivi de la livraison et de la réception d’un bien et où l’APR et l’IDO joueraient également un rôle. Par exemple, pour des biens périssables ou de grande valeur devant être conservés à une certaine température, des capteurs IDO peuvent être intégrés au cycle de transport. Si la température s’écarte de la plage spécifiée, le dispositif IDO enregistre l’incident dans la chaîne de blocs. Le contrat intelligent (IA) refusera alors la livraison. Mais si la transaction respecte tous les paramètres, l’IA dira au système d’APR d’émettre un bon de réception. Ensuite, elle indiquera au logiciel d’APR de se connecter au système automatisé de la banque pour payer la facture.

Risques et défis

Dans notre enquête auprès des chefs de direction 2018, 67 % des répondants ont affirmé que les changements technologiques perturberont leur entreprise au cours des cinq prochaines années. Or, il est important de comprendre les objectifs d’affaires des entreprises adoptant une technologie créative avant d’intervenir et d’essayer d’y faire correspondre un problème. La diligence raisonnable est essentielle.

Gouvernance

Il est tout aussi important de déterminer de quelle manière ces outils émergents s’intègrent à l’infrastructure technologique plus globale de l’organisation. Un petit groupe qui, par excès d’enthousiasme, introduit une nouvelle technologie sans tenir compte de la sécurité ou de la situation globale peut exposer l’organisation à de nouveaux risques.

 

L’adoption par les utilisateurs

L’adoption par les utilisateurs pose un autre défi. Certaines personnes peuvent résister aux technologies émergentes en raison de leur incidence sur les emplois, de la transformation des processus et des nouvelles façons de travailler qu’elles apportent. Offrir de la formation aux membres du personnel afin de les aider à développer leurs compétences technologiques peut rehausser leur niveau de confort et accroître l’acceptation par les utilisateurs.

 

Sécurité et protection de la vie privée

Ces technologies soulèvent des défis de sécurité et de protection de la vie privée, particulièrement en raison de l’intervention de tiers et de l’accent de plus en plus marqué sur la protection des données et la réglementation. Par de nouveaux canaux qui pourraient contourner les contrôles, bon nombre de ces nouveaux outils mettent l’information à la disposition d’un plus grand nombre de participants au sein d’un réseau. Les organisations doivent donc développer des solutions qui permettent d’atteindre un juste équilibre entre la réalisation des avantages d’une transparence et d’une collaboration accrues tout en respectant les exigences en matière de sécurité et de protection de la vie privée.

Par où commencer?

Comme le rythme des changements et d’investissement dans les technologies émergentes s’accélère, bon nombre d’organisations se demanderont comment amorcer le processus d’adoption. Il est important qu’elles suivent les étapes suivantes :

Se familiariser

Les organisations peuvent commencer par se renseigner sur les technologies émergentes. Investir le temps et les efforts nécessaires pour sensibiliser les équipes à la technologie, aux risques potentiels et aux contrôles devant être mis place. Par exemple, il est important de préserver le principe de la séparation des tâches pour répondre aux risques de chevauchement des fonctions exécutées par un processus automatisé.

Explorer la gouvernance

Dans un milieu en constante évolution, il est important que les dirigeants adhèrent à l’idée de développer un cadre de gouvernance agile, puisque les modèles de contrôle traditionnels entraîneront des retards et créeront des obstacles à l’entrée et à la mise en œuvre. Et bien que les techniques de développement agiles soient souvent utilisées pour implanter des solutions de technologies émergentes, les organisations doivent trouver un juste équilibre entre la rapidité d’intervention pour déployer un nouveau service et l’assurance que les contrôles et les bilans adéquats sont en place pour éviter qu’une erreur ne devienne un désastre. Celles qui identifient les risques et les enjeux de gouvernance dès le départ peuvent être en mesure de les transformer en opportunités en façonnant l’environnement au lieu d’y réagir.

Se lancer dans l’aventure

En explorant cette convergence, les organisations devraient se tenir au fait de l’évolution de ces technologies et se tenir prêtes à s’adapter à l’émergence éventuelle de technologies encore plus récentes. Compte tenu de la rapidité des changements aujourd’hui, les organisations ne peuvent jamais tenir pour acquis qu’elles sont parvenues à la fin de leur transformation numérique.

Contactez-nous

Jennifer Johnson

Jennifer Johnson

Leader national, Cybersécurité, protection des renseignements personnels et lutte contre la criminalité financière, PwC Canada

Tél : +1 416 947 8966

Peter Hargitai, CPA, CA, CITP

Peter Hargitai, CPA, CA, CITP

Partenaire, PwC Canada Leader national des solutions numériques de gestion des risques, PwC Canada

Tél : +1 416 941 8464

Suivre PwC Canada