Skip to content Skip to footer
Recherche

Loading Results

Qu’est-ce qui fait de Vancouver un marché à surveiller en 2021?

L’un des faits saillants de notre récent rapport Emerging Trends in Real Estate est l’accélération du changement parallèlement à l’évolution de certaines tendances préexistantes et à l’émergence de nouveaux modèles sur les marchés immobiliers canadiens. Dans le cas de Vancouver, notre ville est considérée depuis longtemps comme un excellent lieu d’investissement immobilier, ce qu’a accentué la pandémie de COVID-19.

Malgré les innombrables questions entourant l’impact de la pandémie sur le maché de l’habitation et sur d’autres secteurs de l’immobilier, Vancouver s’est une fois de plus retrouvée au premier rang des marchés à surveiller dans le rapport de cette année. Comment cela est-il possible, compte tenu de la chute du marché de l’habitation observée dans les années précédentes? Plusieurs raisons expliquent ce phénomène, mais la réponse courte, c’est que, sans être immunisée contre les répercussions de la COVID-19, notre ville reste un endroit où il fait bon vivre et faire des affaires, ce qui a renforcé son image de refuge pour l’investissement, même dans l’actuel contexte d’incertitude.

Un marché immobilier en transition

Comme dans d’autres villes, le marché de Vancouver connaît des changements et de l’incertitude. Par exemple, le secteur du commerce de détail de Vancouver vit la même transition que partout ailleurs au pays. Alors que les ventes et les prix des propriétés affichent une résilience remarquable, certaines catégories ne s’en tirent pas aussi bien, comme les condos de luxe du centre-ville. À ce jour cette année, les mises en chantier à Vancouver ont reculé de 27 % comparativement à seulement 1 % pour l’ensemble du Canada, selon la Société canadienne d’hypothèques et de logement.

Quant aux bureaux, l’incertitude demeure en ce qui concerne la signification du télétravail pour le milieu de travail de demain, et la tendance des villes actives 18 heures sur 24 dont il est question dans notre rapport de cette année est nettement perceptible en Colombie-Britannique. Avec le télétravail, les gens peuvent maintenant envisager de déménager non seulement en banlieue, où le marché de l’habitation est plutôt solide, mais aussi dans des villes secondaires de la province, comme Victoria.

Une ville dynamique à court et à long terme

Malgré la baisse de l’engouement pour la densité urbaine dans l’immédiat, les acteurs de l’immobilier avec qui nous nous sommes entretenus pour le rapport de cette année se montraient généralement optimistes envers l’avenir de Vancouver. « Vancouver restera un endroit où les gens veulent être, ce qui pourrait être encore plus vrai après la pandémie », a déclaré l’une des personnes interviewées.

Parmi les gens qui souhaitent vivre à Vancouver, on compte des immigrants, qui ont joué un rôle non négligeable pour stimuler la demande sur le marché de l’habitation de la ville. Bien que la COVID-19 ait considérablement réduit le nombre de résidents permanents admis au Canada dans les derniers mois, les prévisions du Conference Board du Canada (CBdC) en matière de migration indiquent une augmentation annuelle de la migration internationale nette vers Vancouver pour la période de 2021 à 2024.

La grande richesse immobilière dans notre ville, attribuable en partie aux gens qui investissent dans l’immobilier pour leurs enfants, contribue également à stimuler le marché de l’habitation de Vancouver. Les revenus augmentent aussi rapidement : selon les prévisions mises à jour publiées en octobre par le CBdC, l’augmentation du revenu par habitant devrait atteindre 8,1 % en 2020 et 6,6 % l’an prochain. Les données du CBdC montrent une vigueur généralisée des indicateurs économiques pour Vancouver en 2021, y compris le produit intérieur brut, l’emploi et la croissance du commerce de détail.

Si le marché des immeubles de bureaux a changé pendant la pandémie, il demeure en activité, malgré l’augmentation du taux d’inoccupation au centre-ville, qui est passé de 3,3 % au deuxième trimestre de 2020 à 4,6 % au troisième trimestre selon un rapport de CBRE. En septembre, Amazon a annoncé son intention de créer 3 000 nouveaux emplois à son centre technologique de Vancouver dans le cadre du projet de réaménagement de l’ancien immeuble de Postes Canada, qui lui conférera une superficie supplémentaire de plus de 680 000 pi2 (63 174 m2).

Accélération des tendances et nouvelles opportunités

Avec ces forces contrebalancées par l’incertitude à court terme, quelles sont les meilleures opportunités qui se présentent sur le marché immobilier de Vancouver? L’une d’entre elles est l’immobilier industriel, dont les perspectives sont restées prometteuses cette année dans un contexte de croissance accélérée du commerce électronique. Selon CBRE, le taux de disponibilité dans le secteur industriel de Vancouver était de 2,8 % au troisième trimestre de 2020, soit un peu plus faible que le taux de 2,9 % enregistré au trimestre précédent. Mais, comme nous l’ont dit maintes fois les personnes interviewées, la difficulté est de trouver le bon produit.

Ce qui nous amène à une autre des grandes tendances constatées cette année : l’occasion de réinventer les portefeuilles et de réaménager les propriétés pour les adapter aux changements du marché. Par exemple, pour les actuels propriétaires d’immeubles commerciaux, le temps pourrait être venu de rénover ces actifs afin de profiter de la croissance accélérée dans des secteurs industriels comme l’entreposage et le traitement de commandes. Il s’agit de redéfinir l’approche de  développement industriel en accueillant favorablement les nouvelles tendances comme l’entreposage par empilement et les solutions axées sur la technologie pour optimiser l’utilisation de l’espace.

Une chance d’accéder à un marché immobilier vigoureux

Qu’en est-il des opportunités pour ceux qui n’ont pas encore accédé au marché concurrentiel (et coûteux) de Vancouver et qui souhaitent tenter leur chance en surveillant l’émergence d’opérations visant des entreprises en difficulté? Étant donné la rareté des signes témoignant de telles ventes sur le marché de Vancouver jusqu’à maintenant, ces nouveaux joueurs risquent d’être déçus. En fait, les investisseurs demeurent très intéressés par le marché immobilier de Vancouver, que ce soit pour des immeubles de bureaux à réaménager ou des occasions d’accéder au vigoureux marché industriel. Cela signifie que les prix sont à la hausse dans de nombreux cas, même si la concurrence n’est pas aussi féroce qu’elle l’a déjà été. Donc, pour les nouveaux joueurs, il vaut mieux chercher une porte d’entrée sur le marché de Vancouver qu’une aubaine.

Toutes ces tendances indiquent que, malgré l’incertitude actuelle, Vancouver continue à se démarquer parmi les villes du monde comme un lieu relativement sûr pour investir. La clé de la réussite en 2021 sera de mettre en place des stratégies pour favoriser la résilience malgré l’incertitude tout en restant à l’affût des nouvelles opportunités qu’apporte l’accélération des tendances redéfinissant le marché immobilier de Vancouver à court et à long terme.

Contactez-nous

John Bunting

John Bunting

Associé, PwC Canada

Tél : +1 604 806 7797

Suivre PwC Canada