Contexte changeant pour les technologies immobilières

Comment tirer parti de l’adoption du numérique pendant la pandémie?

« La technologie a fait un bond de dix ans. »

Après des années de discussions sur le passage imminent du secteur immobilier canadien aux technologies immobilières, l’adoption du numérique s’est nettement accélérée pendant la pandémie de COVID-19. Mais le ton a changé.

Si une partie de ce qui avait alimenté les investissements et les nouveaux fonds pour accélérer les technologies immobilières était la crainte de rater cette tendance émergente, le ton de la discussion en 2020 reflète une approche plus prudente : selon CB Insights, les sommes consacrées à ces technologies devraient baisser légèrement, pour s’établir à 8,4 G$ US en 2020, après des années de croissance rapide. Les entreprises étant très attentives aux coûts, elles mettent désormais l’accent sur la nécessité plutôt que sur la recherche de la dernière merveille.

Technologies immobilières et ses secteurs d’investissement clés

Solutions assurant la continuité des activités

Des outils de vidéoconférence et de collaboration aux technologies infonuagiques, les sociétés immobilières ont adopté des solutions qui les ont aidées à poursuivre leurs activités à distance pendant la pandémie. Les solutions assurant la continuité des activités ont aussi été cruciales sur le plan de l’engagement des propriétaires et des locataires; la demande de technologies immobilières facilitant la réouverture sécuritaire des immeubles de bureaux et de commerces de détail a été élevée en 2020 et devrait l’être aussi en 2021.

 

Engagement de la clientèle et ventes

Les visites virtuelles d’immeubles à vendre existent depuis un certain temps, mais elles ont rapidement évolué pendant la pandémie pour devenir plus interactives et proposer différents formats, comme des appareils commandés par la voix qui guident les acheteurs potentiels dans une maison.

Dans le segment des bureaux et des commerces de détail, les applications d’engagement des locataires sont de plus en plus utilisées pour aider les employés et les clients à composer avec le retour dans les lieux physiques, surtout comme source de renseignements utiles sur la santé et la sécurité. 

Outils de gestion des coûts et des efficiences

 

Alors que les pressions sur les entreprises s’intensifient, les sociétés immobilières cherchent des solutions pour gérer leurs coûts, surtout ceux qui ne peuvent pas être transférés aux locataires. Des outils de surveillance d’immeubles à distance aux logiciels de gestion de projet qui regroupent les opérations sur une seule plateforme, les personnes sondées nous ont dit à quel point la pandémie avait rendu plus urgent le besoin de réaliser des efficiences au moyen des technologies immobilières.

 

Technologies de la construction

 

Encore une fois dans le sondage de cette année, les technologies de la construction sont en tête de liste des facteurs de transformation. Selon de nombreux répondants, les solutions de construction modulaire qui permettent de gérer les problèmes de pénurie de main-d’œuvre ont atteint le point où elles sont vraiment utiles sur le plan des coûts, et donc plus populaires. Par ailleurs, les entreprises de construction montrent plus d’intérêt pour la technologie des jumeaux numériques.

 

Un parcours global de transformation numérique

Les outils adoptés au cours des derniers mois ne font pas tous partie de la catégorie des technologies émergentes habituellement assimilées aux technologies immobilières, mais l’adoption de solutions pratiques et immédiates ne diminue aucunement les avantages du passage au numérique. Maintenant que l’ensemble du secteur en a vu les avantages concrets, l’occasion est parfaite pour passer à une nouvelle vague de transformation numérique. Mais pour tirer le meilleur parti de cette opportunité, les sociétés immobilières doivent adopter une approche globale qui ne s’arrête pas à la technologie elle-même, mais englobe aussi d’autres éléments de la transformation numérique.

Analytique des données

Maintenant que le numérique donne aux sociétés immobilières accès à plus de données que jamais, elles disposent d’un nouvel outil puissant pour prendre d’importantes décisions d’affaires.

Prenons par exemple la sélection des emplacements ou l’optimisation des actifs ou du portefeuille. De nouveaux outils combinent les données d’une société à celles de sources externes et en tirent des renseignements utiles pour choisir les nouvelles stratégies à appliquer à des propriétés ou à des portefeuilles existants ou pour repérer d’autres marchés ou emplacements offrant des opportunités d’investissement. L’analytique des données et la modélisation prédictive aident à établir la répartition optimale des actifs pour les immeubles multiusages, d’un point de vue global, et à obtenir des analyses détaillées de la combinaison des types d’unités d’un immeuble.

Les personnes interrogées comprennent bien les avantages d’investir dans l’analytique des données. Mais pour réellement propulser leurs capacités, les sociétés immobilières devront d’abord se concentrer sur les données fondamentales. Dans un monde où les données se multiplient à un rythme effréné, il est essentiel que les sociétés immobilières gagnent la confiance des clients, des partenaires, des organismes de réglementation et du public. Pour y arriver, elles devront s’assurer d’utiliser les données de manière sécurisée et éthique en les organisant mieux et en mettant en place des systèmes de gouvernance solides pour gérer les questions de protection des renseignements personnels de plus en plus nombreuses.

Cybersécurité

La gestion efficace des risques liés à la cybersécurité sera également essentielle à la création d’un climat de confiance dans le monde, de plus en plus numérique et axé sur les données, qui attend les sociétés immobilières. Les investissements dans les technologies immobilières, les maisons et les immeubles intelligents et d’autres technologies comportent des avantages considérables, mais créent aussi de nouvelles vulnérabilités. Les rançongiciels, par lesquels des pirates tentent de prendre le contrôle de systèmes critiques, continuent d’être les problèmes les plus graves pour la plupart des entreprises. Maintenant qu’un si grand nombre d’entreprises ont adopté le télétravail, les risques n’ont fait qu’augmenter.

Pour répondre à ces menaces, les sociétés immobilières devraient envisager les mesures suivantes : 

  1. Faire preuve de diligence raisonnable avant d’adopter une nouvelle technologie : évaluation des risques, examen de l’architecture et mesures plus intrusives comme les tests d’intrusion.
  2. Définir et mettre en œuvre des processus clairs pour la surveillance continue de l’exposition globale aux risques. Les outils et les capacités de cybersécurité peuvent devenir rapidement obsolètes.
  3. Surveiller l’environnement technologique pour déceler tout signe d’activité malveillante en tout temps.
  4. Établir un plan solide d’intervention en cas d’incident et un cadre de gestion de crise.

En plus de ces mesures, il est important que les sociétés s’assurent d’affecter suffisamment de ressources à la cybersécurité, surtout dans un contexte où les spécialistes de ce domaine se font rares. Et comme la cybersécurité est la responsabilité de tous, les sociétés immobilières doivent impérativement adopter une approche unifiée fondée sur l’intégration de leurs lignes de défense. Elles pourront ainsi progresser rapidement et en toute confiance dans le domaine de l’innovation.

Le perfectionnement et l’avenir du travail

En adoptant une approche globale de transformation numérique, les sociétés immobilières canadiennes doivent aussi s’assurer de mettre en place le personnel et les ressources appropriés pour optimiser leurs investissements technologiques. Il arrive que des sociétés implémentent des technologies prometteuses, comme des outils d’automatisation et de gestion de projet, pour ensuite se rendre compte que leurs employés n’arrivent pas à les utiliser efficacement.

Les sociétés auront tout intérêt à investir dans le perfectionnement de leurs employés. Mais comme l’indique notre enquête mondiale auprès des chefs de direction 2020, les sociétés immobilières accusent un retard en matière de perfectionnement, surtout pour déterminer les compétences dont elles ont besoin. Selon les chefs de direction ayant participé à notre enquête, c’est là leur plus important défi.

Mais le perfectionnement dépasse la formation et englobe aussi une forme d’adaptation à l’avenir du travail. Après leur brusque passage au télétravail, les sociétés immobilières doivent maintenant aider leurs employés pour qu’ils réussissent dans un milieu de travail virtuel. Selon le récent Sondage sur les effectifs canadiens de l’avenir de PwC, les communications préoccupent beaucoup les employés : 45 % des répondants ont indiqué que la connectivité avec leur équipe était le principal défi du télétravail. Pour régler ce problème, les sociétés doivent investir davantage dans des outils de collaboration virtuelle et dans les compétences de leurs leaders, qui seront de plus en plus appelés à montrer qu’ils ont de bonnes habitudes de travail virtuel, mais aussi à améliorer les communications et la rétroaction et à trouver de nouvelles façons de penser, de travailler et de résoudre des problèmes.

Suivre PwC Canada