La transformation infonuagique au service des banques canadiennes

« Transformation Talks », épisode 2

Dans cette série « Transformation Talks » de quatre vidéos, Kyle Bassett et Yair Weisblum de PwC Canada échangent sur l’importance de l’infonuagique pour la création de valeur dans le secteur bancaire canadien. Ils nous font part de leurs observations tirées de l’expérience de PwC Canada et offrent des conseils aux dirigeants de banques qui veulent arriver plus rapidement à de meilleurs résultats grâce aux investissements dans l’infonuagique.

1re partie : Prendre conscience du potentiel de l’infonuagique

Video

Please accept all cookies to view this video.


La transformation infonuagique est essentielle aux banques canadiennes qui souhaitent innover et rester concurrentielles. Dans cette première vidéo, Kyle et Yair discutent de l’infonuagique et du potentiel de celle-ci pour accélérer le changement au sein des banques canadiennes.

Yair : Bienvenue à « Transformation Talks », une série de PwC Canada sur l’avenir des services bancaires au Canada. Je m’appelle Yair Weisblum, associé, Conseils au secteur financier chez PwC Canada. Aujourd’hui, je reçois Kyle Bassett, responsable du groupe d’ingénierie infonuagique de PwC. Bienvenue Kyle.

Kyle : Très heureux d’être ici.

Yair : Avant que l’on n’entre dans le vif du sujet, pourriez-vous nous donner votre définition de l’infonuagique?

Kyle : Le mot est bien à la mode, n’est-ce pas? Il peut signifier beaucoup de choses, selon la personne à qui vous demandez. Avant, le nuage renvoyait plutôt à un centre de données externe, mais aujourd’hui, je le vois davantage comme un lieu où l’on exécute les applications de l’entreprise. Les applications, c’est ce qui compte pour nos clients. Ils ont des problèmes d’affaires à résoudre et ont besoin d’exploiter certaines des technologies d’avant-garde accessibles par le nuage.

Je crois aussi que c’est l’endroit idéal pour une approche axée sur la sécurité. Une telle approche impliquerait une révision des méthodes de gestion des identités et des méthodes d’hébergement des applications. Plusieurs de nos processus et de nos façons de penser découlent des centres de données classiques, alors une approche axée sur l’infonuagique est un bon moyen d’entamer un virage. Pour moi, le nuage est un outil de changement et d’innovation. Oui, il s’agit effectivement d’un centre de données externe, mais c’est plutôt une bonne chose de nos jours.

Yair : Pourquoi l’investissement dans l’infonuagique est si crucial pour les banques canadiennes, et à vrai dire, pour les grandes organisations dans notre écosystème?

Kyle : On est rendu à un point où on ne peut plus faire fi de l’infonuagique. Sur le plan concurrentiel, elle procure une grande rapidité, ce qui la rend incontournable. Depuis plusieurs années, on voit se multiplier les études de cas très convaincantes où l’on délaisse la gestion des centres de données pour la confier à un tiers qui est plus efficace en la matière.

L’infonuagique nous obligera aussi à nous réorganiser, à revoir notre façon d’offrir les applications et à lancer les nouvelles fonctionnalités plus rapidement. Nous faisons face à une concurrence importante et inédite de la part de petites entreprises émergentes qui jouent dans la cour des grands. C’est donc le moment d’investir, car on ne parle pas ici d’une année ou deux pour amener la chose à terme, mais possiblement d’une décennie. On a compris que notre monde évolue constamment et qu’il est impossible d’éviter les changements nécessaires pour rester dans la course. C’est le type d’avantage concurrentiel que vous donne l’infonuagique.

2e partie : Faire de l’infonuagique un outil stratégique

Video

Please accept all cookies to view this video.


Dans la deuxième vidéo de la série, Kyle et Yair discutent de l’intérêt d’investir dans les technologies infonuagiques et de leur utilité pour aider les banques canadiennes à améliorer leurs capacités dans des domaines clés, comme l’analytique des données et l’apprentissage machine.

Yair : Selon vous, quels sont les résultats à long terme que les banques recherchent avec l’infonuagique?

Kyle : Bien souvent, dans le passé, les analyses de rentabilité étaient envisagées sur plusieurs années, et c’est seulement au bout de tout ce temps qu’on pouvait savoir si l’investissement avait été rentable ou non. Aujourd’hui, le contexte nous impose plutôt d’envisager les choses sur des semaines ou des mois et de considérer la possibilité de changer de cap. Nous devons pouvoir accepter l’échec dans un monde qui se développe rapidement.

Dans de nombreux projets auxquels j’ai participé dans le temps, si l’on peut dire, le degré d’investissement était si important qu’il nous était impossible de changer de cap. Il fallait tenir bon, et les contrats étaient conçus en conséquence. Aujourd’hui, nous consommons les choses selon les besoins. Même lorsqu’il s’agit de services-conseils, nos clients veulent d’autres options. Ils veulent des services offerts par des équipes, et non plus seulement par une personne qui s’y connaît. Nous sommes tous obligés de changer, et cela a pour effet que nous nous évaluons plus fréquemment et que nous sommes en mesure de montrer cette valeur ajoutée.

Yair : Dans le secteur bancaire, j’entends beaucoup parler de l’utilisation des données infonuagiques et de la possibilité de faire des choses qui étaient impossibles auparavant. Qu’en pensez-vous?

Kyle : Tout le monde l’a entendu : les données, c’est la nouvelle mine d’or. C’est une remarque intéressante, mais qu’est-ce que ça veut réellement dire? Nous avons passé beaucoup de temps à construire les systèmes. Le monde est en pleine démonstration de faisabilité de l’infonuagique depuis de nombreuses années. Je pense que l’étape de production s’en vient, cette année et l’année prochaine. Presque tous nos projets font appel à l’analytique des données, et les gens commencent à s’intéresser à l’apprentissage machine. Évidemment, il faut d’abord établir les bases. Vous avez transféré vos données dans le nuage? C’est bien, mais êtes-vous capable de les utiliser? Pouvez-vous exploiter les données utiles? Nous sommes constamment préoccupés par la confidentialité et les renseignements personnels, ce qui est très important, mais il existe aujourd’hui des outils pour automatiser tout cela, ainsi que des canaux. Et nous sommes en mesure de prouver aux entreprises et aux organismes de réglementation que l’infonuagique est sécuritaire.

Une fois que les choses sont en place et bien structurées, les possibilités sont nombreuses. On peut construire des tableaux de bord ou commencer à utiliser l’analytique. Quant à l’apprentissage machine, les possibilités actuelles sont assez stupéfiantes. Mais cette transformation est difficile à entreprendre – c’est nouveau et ça demande des compétences particulières. Nous avons commencé par construire beaucoup d’accélérateurs. Nous constituons des équipes très déterminées et bâtissons des architectures de référence, dans le but de présenter ces capacités aux clients, de pouvoir démarrer rapidement et de nous attaquer immédiatement au problème de l’entreprise, sans avoir à construire une infrastructure pendant des mois.

3e partie : Accélérer l’innovation et la transformation numérique

Video

Please accept all cookies to view this video.


Pour réussir la transformation infonuagique, il est essentiel de recueillir des avis diversifiés et d’adopter une approche axée sur la sécurité. Dans cette vidéo, Kyle nous fait part de ce qu’il retient de l’expérience de PwC Canada et de la façon dont les banques peuvent utiliser l’approche du cabinet comme un catalyseur de création de valeur.

Yair : Kyle, nous vivons nous-mêmes une transformation infonuagique chez PwC. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet?

Kyle : Bien sûr. C’est une initiative très prometteuse. J’en fais partie depuis peu, et bien sûr il m’a fallu du temps pour m’y retrouver. J’ai été très encouragé en voyant tout le travail que le cabinet a accompli pour passer à l’infonuagique et amener le personnel à l’adopter et à utiliser des outils modernes, de façon très sûre, prudente et axée sur la sécurité.

Le cabinet dispose d’un avantage : une perspective diversifiée. Chez PwC, nous travaillons au sein d’un réseau mondial et avons beaucoup appris ensemble au fil de notre parcours. Nous avons la possibilité de mettre à profit ces expériences pour nos clients des services au secteur financier, qui en sont à différentes étapes dans leur parcours de modernisation. Nous pouvons voir les deux côtés de la médaille, puis présenter un projet adapté à ce type de client. J’encourage nos équipes à faire connaître leurs histoires, les réussites comme les échecs. Grâce à ces enseignements, nous aidons les clients à passer à la vitesse grand V et à être prêts pour l’infonuagique.

Yair : PwC est immense. Comment s’assurer que le personnel utilise les outils infonuagiques au quotidien?

Kyle : Oui, c’est très grand, à l’image de nos clients des services au secteur financier. Beaucoup d’employés, beaucoup de services et beaucoup de cloisonnements. Certaines choses ne changent pas : on doit travailler avec des gens et chercher ce qui les motive. Notre passage à l’infonuagique s’est échelonné sur plusieurs années et compte parmi les plus grands déploiements au monde. Dans l’ensemble du cabinet, nous sommes assujettis à de nombreuses règles et exigences de conformité, ce qui est normal considérant la nature de notre travail – mais nous avons réussi. Nous avons envisagé l’infonuagique et la sécurité sous un autre angle durant cette transformation, ce qui, à mon avis, nous a placés dans une meilleure position qu’avant. Ce sont de bonnes nouvelles. Je veux être en mesure de faire profiter nos clients de ces enseignements et de les aider.

L’infonuagique est très complexe. La riche expérience que nous avons acquise nous distingue par rapport aux autres cabinets et aux autres options offertes aux clients. Nous pouvons mettre à profit l’étendue de nos connaissances pour nous attaquer au problème, trouver une solution d’affaires et travailler comme une seule et même équipe.

4e partie : Maximiser les résultats de vos investissements dans l’infonuagique

Video

Please accept all cookies to view this video.


Dans la dernière vidéo de la série, Kyle donne des conseils aux dirigeants qui envisagent la prochaine étape de leur transition vers l’infonuagique. Tirer parti de ses bons coups, apprendre de ses échecs, mettre en place une base solide et passer à l’étape de la production – tous des composantes clés de la réussite que Kyle aborde à la lumière de son expérience personnelle.

Yair : Passer à l’infonuagique dans une banque ou une grande organisation est sans doute une entreprise colossale. Quels conseils donneriez-vous aux dirigeants d’organisations qui entament un tel projet ou qui sont en plein dedans, mais veulent faire des changements?

Kyle : Selon mes discussions avec nos clients du secteur des services bancaires, je pense qu’ils doivent regarder en arrière et faire un bilan des dernières années. Ce changement, comme tous les changements, n’est jamais facile. Nos clients ont arrêté leur choix sur un fournisseur de services infonuagiques, et maintenant, beaucoup en recherchent un deuxième. Ils ont souvent trouvé de nombreux partenaires pour mettre la main sur des « logiciels comme service » (modèle SaaS) ou des « plateformes comme service » (modèle PaaS), ont agi de manière très stratégique et ont déplacé beaucoup d’éléments vers le nuage.

Je conseillerais à nos clients d’examiner leurs réussites, mais aussi les revers qu’ils ont subis. De nombreux processus ont été mis en place dans les banques pour de bonnes raisons. En outre, nous en savons plus sur les modèles de sécurité et de vérification systématique, et nous utilisons mieux l’infonuagique.

Notre expérience peut donc être instructive pour nos clients. Je crois qu’ils peuvent agir plus rapidement, tout en revenant sur certaines formalités administratives mises en place qui leur font obstacle et qu’ils peuvent supprimer. Les talents que nous recherchons aujourd’hui pour mener ces changements veulent avancer vite et accomplir quelque chose chaque jour dans leur travail. Il nous faut revoir nos façons de faire, nous adapter et collaborer avec les organismes de réglementation, et aussi travailler avec nos clients, les conseiller, les rassurer et les faire avancer dans cette voie. Je pense que c’est notre travail de les faire avancer.

Yair : Tout cela est fascinant, Kyle. D’après toi, quels sont les trois grands points que doivent retenir les dirigeants de banques qui souhaitent entamer ou réorienter leur transformation infonuagique?

Kyle : Il faut revenir sur les belles réussites des dernières années, car il y en a eu beaucoup. Il s’agit de faire un bilan et de voir ce qui a bien fonctionné. Dans certains cas, on pourrait interroger les employés qui sont nouveaux ou dans l’entreprise depuis peu pour avoir une perspective diversifiée, chose très importante. D’autres initiatives cependant n’ont pas aussi bien fonctionné, ou ont été alourdies et ralenties par trop de tracasseries administratives. Il faut se pencher sur les causes de ces ralentissements. Si c’est la réglementation ou des processus trop lourds, alors l’automatisation est la solution.

Tout cela est possible si l’on jette des bases solides. C’est un cliché, mais il faut de bonnes fondations pour construire les autres étages. Comme point de départ, on peut toujours regarder ce qui se fait autour, parler à ses pairs, examiner des projets et étudier le secteur. Il existe de nombreuses architectures de référence qui sont excellentes. Maintenant, on n’a plus besoin de réinventer la roue.

Enfin, il faut en arriver à l’étape de la production dans les prochaines années. Il y a eu énormément de développement et de tests, ce qui a été très formateur, mais il faut vraiment passer à la production. Se débarrasser des centres de données traditionnels, mettre hors service certaines applications désuètes et moderniser le tout; les promesses de cette analyse de rentabilité ne se concrétiseront jamais si l’on reste empêtré dans les vieux centres de données et les anciens systèmes. Le passage à la production s’impose.

Yair : Merci, Kyle. C’était passionnant. L’infonuagique recèle vraiment de belles possibilités pour les banques canadiennes.

Kyle : Continuons d’apprendre et de réaliser de grandes choses.

« Pour moi, le nuage est un outil de changement et d’innovation. »

Kyle Bassett, associé, responsable de la pratique de l'informatique en nuage, PwC Canada

À propos des interlocuteurs

Kyle Bassett est associé et responsable du groupe d’ingénierie infonuagique chez PwC Canada. Il a consacré sa carrière aux solutions infonuagiques et à d’autres technologies transformatrices dans divers secteurs, dont celui des services financiers. Il a également joué un rôle important au sein de plusieurs start-ups axées sur l’infonuagique.

Rejoignez-moi sur LinkedIn


Yair Weisblum est associé, Services au secteur financier – Conseils et Transactions, chez PwC Canada. Comptant plus de 15 ans d’expérience, il a travaillé auprès de diverses organisations sur des enjeux tels que les stratégies numériques, la gestion de l’information, les services bancaires aux entreprises et aux particuliers ainsi que la conception de processus. 

Rejoignez-moi sur LinkedIn

Contactez-nous

Jason Boggs

Jason Boggs

Leader national, Banques et marchés financiers, PwC Canada

Tél. : +1 416 941 8311

Andrew Paterson

Andrew Paterson

Leader, Marchés, Comptes gérés, PwC Canada

Tél. : +1 514 205 5264

Suivre PwC Canada