Les technologies numériques : jouer quitte ou double


La technologie amènera d’importants changements dans l’ensemble de la chaîne de valeur et aura des conséquences sur tous les aspects de la gestion d’actifs et de patrimoine. La façon dont les sociétés aborderont cette révolution technologique déterminera leur réussite future.
 

Bien que des sociétés utilisent actuellement la technologie dans certaines de leurs fonctions, celle-ci deviendra cruciale pour la réussite future de l’ensemble de leurs activités. Dans notre 21e enquête mondiale auprès des chefs de direction (rapport en anglais seulement), 70 % des chefs de direction des sociétés de gestion d’actifs et de patrimoine ont indiqué croire que l’évolution des technologies de base aura un effet disruptif sur leurs modèles d’affaires au cours des cinq prochaines années et 71 % se disent préoccupés par la disponibilité de compétences numériques dans le secteur.

Leur plus grand défi? Faire tomber les barrières entre leurs activités et la technologie. En effet, les sociétés ne pourront maîtriser pleinement la situation qu’avec des équipes et des cadres qui maîtrisent la technologie.
 

D’analyste de placements à scientifique des données

Grâce aux avancées en matière de puissance informatique, d’analytique prédictive et d’intelligence artificielle, des processus robotiques alimentés par l’intelligence artificielle seront amenés à surveiller et à analyser chaque société ouverte ainsi que d’autres données financières et non financières, plus rapidement et à moindre coût. Cela s’étend aux catégories d’investissements alternatifs, où l’analytique des données permet la création de valeur dans les transactions immobilières et les investissements privés. Nombreux sont ceux qui se demandent si leurs emplois ne seront pas bientôt confiés à des robots. Bien que les jours des grandes équipes d’analystes soient comptés, c’est toujours à un humain que reviendra la décision finale d’investir ou non, mais cette décision reposera sur de nouvelles sources de données.

La technologie entraînera une diminution des coûts et une augmentation de l’externalisation

Pour réduire les coûts, les sociétés ont commencé à automatiser et à externaliser les services de suivi de marché et de soutien administratif (middle et back office). Les grands gestionnaires de patrimoine régionaux et mondiaux ainsi que les grandes sociétés de gestion d’actifs internationale automatiseront ou externaliseront leurs activités internes. Les petites sociétés externaliseront aussi une partie de leurs activités à de plus grandes sociétés de gestion d’actifs ou à des multinationales de services publics émergentes. Celles-ci pourraient ainsi s’occuper des fonctions relatives à la connaissance de la clientèle (KYC ou Know Your Client en anglais), aux agents de transferts, au traitement des transactions, à la gestion des risques et à la production de rapports fiscaux. L’innovation technologique permettra de mieux surveiller les sous-traitants de façon à gérer les risques associés aux tiers et à soutenir la collecte de données. Des réseaux de chaînes de blocs émergeront et transformeront encore davantage le secteur pour ce qui est des transactions, de la comptabilité et de la gestion d’actifs. L’automatisation des services de suivi de marché et de soutien administratif améliorera l’analytique des données, ce qui permettra d’en savoir plus sur le déroulement des activités.

La nouvelle expérience client

L’investissement dans les technologies financières vise à modifier les interactions avec la clientèle pour répondre « partout et en tout temps » aux besoins des clients de l’ère numérique grâce aux flux de données sur les clients. Pour recueillir ces données personnelles, les innovateurs surveilleront les médias sociaux pour améliorer leurs relations avec les clients et offrir un service personnalisé. À l’ère de la consolidation de l’espace tablette, les gestionnaires d’actifs utiliseront les technologies prédictives et l’économie comportementale pour assumer davantage un rôle de conseillers, faire la promotion de leurs services et mener des campagnes de marketing pour obtenir un meilleur retour sur investissement.

Le personnel à l’ère de la technologie

À l’avenir, les scientifiques des données seront tout aussi recherchés que les analystes de recherche. Selon l’étude Unlocking the human opportunity: Future-proof skills to move financial services forward (rapport en anglais seulement) la demande pour des spécialistes en analytique des données devrait augmenter de 33 % d’ici 2020. D’autres rôles devraient également changer. En effet, plus de la moitié des cadres interrogés croient que 40 % des rôles se transformeront au cours des trois à cinq prochaines années. Ainsi, l’éventail de compétences qu’ils devront posséder s’élargira et ils devront faire preuve d’innovation et d’agilité. De plus, les sociétés devront trouver de nouvelles façons d’attirer, de motiver et d’organiser le personnel. La diversité sera plus essentielle que jamais, à mesure qu’elles chercheront à embaucher les meilleurs talents.

L’adoption du numérique pose certains défis, notamment dans les secteurs où l’adoption des solutions numériques n’en est qu’à ses balbutiements. Il pourrait y avoir un choc de cultures à mesure que les pratiques manuelles laisseront la place aux approches numériques qui donnent davantage d’autonomie aux conseillers. Toutefois, le statu quo n’est plus une option. Les sociétés de gestion d’actifs et de patrimoine qui adoptent le numérique auront beaucoup plus de chance de croître et de prospérer que leurs concurrents moins technophiles, même en plein cœur de la disruption. Puis, à mesure que les entreprises adopteront la technologie et réinventeront leur modèle d’affaires, les chefs de direction devront non seulement savoir comment gérer une entreprise, mais aussi comprendre la prochaine génération de technologies.

Contactez-nous

Andrew Paterson

Andrew Paterson

Leader national, Gestion d’actifs et de patrimoine et leader régional du Québec, Services au secteur financier, PwC Canada

Tél : +1 514 205 5264

Suivre PwC Canada