Skip to content Skip to footer
Recherche

Loading Results

« Il faut soulever des montagnes pour triompher », dit Amber

20 janvier, 2022

Le demi-Ironman m’a aidée à réfléchir à d’autres aspects de ma vie. Lors d’une telle épreuve, et dans la vie en général, on a l’impression de devoir faire cavalier seul. Il faut de la motivation, mais la présence de ma famille m’a rappelé que je ne suis jamais vraiment seule, tant dans ma vie personnelle et que professionnelle.

Le dimanche 1er août 2021, je suis montée sur mon vélo en sachant qu’une longue journée m’attendait. Je m’apprêtais à faire 90 kilomètres à vélo et 21 kilomètres à la course lors du demi-Ironman de Calgary*. Après huit heures, huit minutes, j’ai franchi la ligne d’arrivée.

Amber on a bike

J’avais fait une croix sur la course après un marathon en 2016. Mais en novembre 2020, mon ancien employeur m’a mise à pied, et j’avais besoin de m’occuper. Quand mon conjoint a proposé qu’on s’inscrive à cette compétition, j’ai accepté sans hésiter. Je suis une personne compétitive, alors je voulais savoir ce dont j’étais capable.

Malgré des mois d’entraînement difficiles – les salles de sport étaient fermées et l’hiver glacial a été suivi d’un printemps marqué par les feux de forêt – ce n’est que la veille du grand jour que j’ai pleinement réalisé le défi qui m’attendait. Quand mon conjoint et moi sommes venus déposer nos vélos, l’épreuve m’a soudainement semblé insurmontable. Heureusement, mon cousin m’a appelée et m’a dit exactement ce que j’avais besoin d’entendre : « Il faut soulever des montagnes pour triompher ».

J’ai terminé le trajet à vélo en cinq heures. Quand j’ai commencé à courir, il faisait 32 degrés Celsius et l’atmosphère était pleine de fumée. À cause de différents facteurs, j’ai marché plus que prévu au début de la course. Après le premier tour, j’ai pris un virage et j’ai vu mon père qui m’applaudissait. Puis, j’ai aperçu le reste de ma famille. Ça m’a fait tellement de bien! La course était vraiment difficile : j’ai couru le deuxième tour, mais le troisième et dernier tour a été la pire épreuve de ma vie.

Un de mes plus beaux souvenirs de la compétition, c’était de voir les gens persévérer. J’ai vu tellement de personnes descendre de leur vélo, le porter jusqu’en haut de la côte, leurs amis à leurs côtés. Mon père était avec moi. Il faisait partie des nombreux spectateurs qui sont allés soutenir leurs proches.

Ça me fait penser à PwC Canada. Mes collègues s’investissent vraiment dans leurs relations interpersonnelles au travail. Les premiers jours d’un emploi à distance et l’intégration à partir de la maison peuvent être difficiles, mais mon équipe m’a épaulée – les gens veulent savoir si je vais bien, au travail et dans ma vie en général. Ce genre de culture d’entreprise n’est pas courant.

Amber s’est jointe à l’équipe des communications de PwC Canada en tant que première conseillère en mars 2021.

* Le demi-Ironman inclut généralement un parcours de 2 kilomètres à la nage. Étant donné l’imprévisibilité des conditions d’entraînement durant la pandémie de COVID-19, les athlètes avaient l’option de se désister de cette partie de la course. Amber et son conjoint ont décidé de ne pas nager cette journée-là, mais plutôt au cours de la semaine qui la précédait, dans une piscine.