Skip to content Skip to footer
Recherche

Loading Results

Le pouvoir de la résilience : Alina Achy trace son parcours chez PwC Canada

15 décembre, 2021

Toute sa vie, Alina Achy s’est dressée contre les attentes et les conventions. « Dès mon plus jeune âge, j’ai toujours voulu sortir des sentiers battus, dit-elle. Même enfant, je n’ai jamais accepté les limites qui m’étaient imposées. »

Son parcours l’a menée d’une petite ville du Liban au centre-ville de Toronto, où elle est à présent directrice principale au sein de l’équipe Fusions et acquisitions des Services fiscaux de PwC Canada. Les expériences qu’elle a vécues et les défis personnels qu’elle a dû relever en cours de route lui ont appris à être résiliente. « J’ai appris à ne pas fuir les difficultés, peu importe leur degré, explique-t-elle. Il suffit de garder son calme, de s’aérer l’esprit, de repenser à la situation, de parler aux gens, de voir qui peut aider, car une situation difficile n’a pas besoin de le rester », dit-elle.

Alina Achy

Coincée entre deux mondes

Alina est née en Ukraine d’une mère ukrainienne et d’un père libanais. Lorsqu’elle avait deux ans, sa famille s’est installée dans la ville natale de son père, au Liban. À l’époque, le pays se remettait à peine d’une guerre civile violente et traumatisante et était sous occupation étrangère.

Alina a passé la plus grande partie de son enfance déchirée entre deux cultures et des attentes différentes, grandissant avec des souvenirs qu’aucun enfant ne devrait avoir, mais voyant aussi les possibilités d’une vie différente à travers les yeux de sa mère. Coincée entre deux mondes, elle se sentait étrangère. « Je voulais tellement m’intégrer, se souvient-elle. Je passais constamment d’un ensemble d’attentes et de règles à l’autre. »

À l’encontre des attentes

Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, Alina a pris la première d’une série de décisions qui l’ont amenée à suivre sa propre voie. Son premier tremplin a été l’Université américaine de Beyrouth, d’où elle est sortie avec un diplôme en commerce. Elle a alors commencé sa carrière au service de fiscalité d’un grand cabinet comptable.

Dix ans plus tard, alors qu’elle travaillait sur un projet de diligence préalable, elle a fait la connaissance d’un associé de PwC et de son équipe, qui l’ont invitée à se joindre au cabinet. Alina a été attirée par les opportunités de croissance offertes : la possibilité de travailler dans différents endroits, sur différents projets et en collaboration avec une équipe mondiale. En 2011, elle est devenue première directrice en fiscalité, chez PwC Moyen-Orient.

Des relations clés

Dès qu’elle s’est jointe à PwC Moyen-Orient, Alina a commencé à établir des relations qui allaient s’avérer cruciales pour son avenir, notamment avec l’associé en fiscalité avec lequel elle travaillait en plus étroite collaboration, qui est rapidement devenu un formidable mentor pour sa carrière.

À cette époque, elle devait concilier son emploi à temps plein et sa vie de mère de deux jeunes enfants. Son mentor l’a aidée à trouver une garderie plus proche du bureau de PwC Moyen-Orient à Beyrouth. Il lui a également suggéré de réfléchir à un programme de MBA pour cadres supérieurs et à la manière dont elle pourrait le concilier avec sa charge de travail et ses responsabilités familiales. Elle a donc suivi un programme de MBA pour cadres supérieurs à l’École supérieure des affaires de Beyrouth.

Alina et son mari se sont aperçus qu’en grandissant, leur aîné, qui avait des problèmes de santé, se heurtait à divers obstacles. Ils ont donc décidé de s’installer au Canada, où ils sentaient que leur fils recevrait non seulement un meilleur traitement médical, mais serait aussi plus facilement accepté et pourrait mener une vie normale.

Les relations d’Alina au sein de PwC ont été déterminantes dans cette nouvelle étape de sa vie : « Les mentors et les alliés que j’ai eus chez PwC m’ont soutenue et m’ont donné d’excellents conseils, m’aidant à faire le pas suivant, tant sur le plan professionnel que personnel ». Ils ont facilité sa mutation au Canada, et son mentor l’a même aidée à conserver son calme et à relativiser lorsqu’un attentat à la bombe à Beyrouth a failli l’empêcher de se rendre à son premier entretien avec PwC Canada.

En 2014, elle fait ses débuts chez PwC Canada aux Services financiers, mais la courbe d’apprentissage est abrupte : « Je ne connaissais pas bien la fiscalité canadienne et pas du tout les fiducies et les fonds communs de placement », explique-t-elle. Le cabinet et l’équipe de fiscalité des Services financiers l’ont soutenue pendant qu’elle suivait le cours fondamental d’impôt de CPA Canada, un programme de trois ans, et qu’elle bénéficiait d’une formation pratique intensive. On lui propose ensuite un poste au sein de l’équipe Fusions et acquisitions des Services fiscaux et elle est récemment devenue directrice principale de cette équipe.

Donner au suivant

Alina ne tarit pas d’éloges sur les opportunités qu’elle a eues chez PwC Canada de travailler sur différents types de projets et avec divers clients. Elle apprécie également les relations solides qu’elle a créées avec les gens qui l’entourent, notamment dans le cadre du programme Femmes et leadership de PwC Canada.

Ce programme lui a permis de créer des liens avec des femmes du cabinet et d’autres entreprises et l’a amenée à sortir de sa zone de confort. Par exemple, elle n’était pas à l’aise de parler en public, mais les femmes de son groupe lui ont donné des conseils et offert des occasions de surmonter sa peur et de prendre la parole dans des cercles plus restreints et moins intimidants.

Alina guette toutes les occasions de faire profiter les autres de l’excellent encadrement qu’elle a reçu jusqu’à présent. Grâce à ses relations dans le programme Femmes et leadership, elle a appris l’existence d’ACCES Employment, un organisme de bienfaisance enregistré qui aide chaque année plus de 40 000 demandeurs d’emploi dans la région du Grand Toronto et en ligne. Alina a donné de son temps pour soutenir ce programme. Grâce à lui, elle a pu partager son expérience de nouvelle arrivante au Canada avec d’autres nouveaux arrivants qui cherchent à faire carrière au pays et à se perfectionner pour intégrer le monde du travail de l’avenir.

Un endroit où elle a sa place

Alina travaille chez PwC Canada depuis plus de sept ans. Son fils est devenu un adolescent sûr de lui et épanoui. Elle travaille avec une équipe fantastique et est fière de contribuer à faire de PwC Canada un endroit où elle et les autres ont un sentiment d’appartenance.

« Ce que j’aime vraiment du cabinet, c’est que c’est un endroit où je peux être moi-même. Je peux raconter mon histoire sans craindre d’être jugée », dit-elle.