Skip to content Skip to footer
Recherche

Loading Results

Les marchés immobiliers canadiens à surveiller en 2022

Les plus grandes villes du Canada

Bien que les marchés immobiliers de Vancouver et de Toronto continuent de dominer en matière de perspectives d’investissement et d’aménagement, chaque région compte ses propres opportunités et difficultés. Découvrez les 10 principaux marchés immobiliers canadiens à surveiller en 2022.

Vancouver

Pour la troisième année consécutive, Vancouver se classe en tête des marchés à surveiller au Canada. Les investisseurs et les promoteurs sont optimistes en raison de ses perspectives économiques favorables, de la reprise de l’immigration et de l’abondance des capitaux.

En savoir plus


Toronto

Depuis les actifs industriels jusqu’à l’habitation, le marché immobilier du Grand Toronto se démarque par sa solidité alors que l’économie de la région redémarre sur les chapeaux de roue après plusieurs confinements. Cela dit, la vigueur de ces secteurs pose également des problèmes.

En savoir plus


Montréal

Pendant que l’économie de Montréal s’améliore, la concurrence joue et crée des pressions croissantes qui, à leur tour, obligent les entreprises à trouver des solutions créatives pour optimiser leurs portefeuilles.

 

En savoir plus


Calgary

Un regain d’optimisme règne à Calgary, grâce à l’amélioration de la conjoncture économique et à la diversification économique en cours après une période difficile pour l’industrie du pétrole et du gaz, essentielle pour l’Alberta.

 

En savoir plus


Autres villes canadiennes clés

Ottawa

Ottawa traverse une période de croissance : le secteur de la technologie y crée de nouveaux emplois et la deuxième phase du projet de train léger, qui est en cours, offre de nouvelles possibilités de construction de logements en copropriété et de logements locatifs.

Le Conference Board du Canada prévoit un rebond de 3,5 % du produit intérieur brut (PIB) à Ottawa-Gatineau cette année. Le marché de l’immobilier résidentiel y a été particulièrement solide, le télétravail permettant à des acheteurs vivant dans des régions plus onéreuses, comme Toronto, de déménager à Ottawa.

Les personnes sondées surveillent de près les tendances dans le marché des bureaux qui, au deuxième trimestre, affiche un taux d’inoccupation de 7,7 % pour les immeubles de catégorie A du centre-ville, selon CBRE. Les propriétaires modernisent les installations et les aires communes, en vue d’un retour au bureau ainsi que pour attirer et retenir les locataires. Cependant, ces derniers hésitent encore à retourner au bureau, car ils attendent de voir quelles solutions le gouvernement fédéral apportera au problème.

Quant au marché industriel d’Ottawa, il connaît une forte demande de la part des entreprises de commerce électronique et de distribution, et les nouveaux projets misent sur le faible taux d’inoccupation et la hausse des loyers. Cela dit, la pression à la baisse sur les taux de capitalisation rend la tâche plus difficile à certains acteurs qui cherchent à investir dans de nouveaux projets industriels.


Halifax

La population d’Halifax est en pleine croissance et la région affiche un faible taux d’inoccupation des logements locatifs et un nombre limité de logements disponibles. Le Conference Board du Canada y prévoit une croissance du PIB de 4,9 % en 2021, et de 3,7 % l’an prochain.

Alors que l’immigration internationale a reculé durant la pandémie, la migration interprovinciale a stimulé l’immobilier résidentiel, notamment parce que les acheteurs des autres provinces cherchent des maisons plus abordables à Halifax. En revanche, comme cette région n’est pas habituée à une croissance rapide, elle accuse un retard dans la construction des logements et des infrastructures et services connexes pour répondre à cette demande croissante.

La SCHL s’attend à ce que le marché locatif y demeure vigoureux en raison de la hausse de l’immigration, qui stimulera la demande de logements. En outre, face à cette expansion, les autorités municipales visent une croissance durable grâce à une stratégie de transport collectif rapide. Cette stratégie prévoit des autobus rapides et des services de traversier, et la municipalité examine la possibilité d’y intégrer des collectivités privilégiant le transport en commun.

Au deuxième trimestre de 2021, le taux d’inoccupation des bureaux de catégorie A au centre-ville d’Halifax a atteint 26,7 % selon CBRE, qui souligne que certains immeubles de bureaux ont été retirés du marché pour être convertis en propriétés résidentielles multifamiliales. Le marché industriel demeure dynamique selon Colliers, qui fait état d’un taux d’inoccupation de 3,1 % pour le même trimestre.


Winnipeg

Selon le Conference Board du Canada, le PIB de Winnipeg progressera de 4,6 % en 2021. La SCHL, de son côté, s’attend à ce que le marché des maisons unifamiliales isolées entre dans une période de hausse des mises en chantier en 2021. Cela s’explique en partie par le nombre limité de logements disponibles dans les marchés du neuf et de la revente. Cette insuffisance pourrait également avoir une incidence sur le marché des logements en copropriété, ce qui stimulerait les nouvelles constructions, tandis que la remontée de l’immigration favoriserait les mises en chantier de logements multifamiliaux en 2022 et 2023, selon les perspectives du marché de l’habitation publiées par la SCHL au printemps de 2021.

Il est à noter que Winnipeg compte un nouvel ajout au centre-ville, soit une tour résidentielle de 40 étages présentée comme le plus haut gratte-ciel entre Toronto et Calgary.

Selon CBRE, le taux d’inoccupation des immeubles de bureaux de catégorie A au centre-ville a légèrement augmenté, pour atteindre 11,8 % au deuxième trimestre de 2021. Le marché industriel demeure solide, avec un taux de disponibilité de 3,4 % au deuxième trimestre de 2021 selon Colliers, qui souligne que la ville affiche une forte activité sur le front des locations et des ventes.


Edmonton

Les perspectives économiques pour Edmonton s’améliorent, en partie grâce au redressement des prix du pétrole par rapport à leurs creux de 2020. Le Conference Board du Canada prévoit une hausse du PIB de 6,4 % en 2021. Cette prévision pour l’année laisse présager pour Edmonton la plus forte croissance des 13 grandes régions métropolitaines de recensement analysées ce printemps.

La hausse de la demande en 2020 a eu un impact sur le nombre de maisons disponibles, mais le Conference Board du Canada prévoit que les mises en chantier augmenteront chaque année entre 2021 et 2025. Concernant la densification et les collectivités privilégiant le transport en commun, Edmonton continue d’encourager la construction d’immeubles de hauteur moyenne et de gratte-ciel dans l’objectif de créer des quartiers et des corridors qui offrent des options de vie, de travail et de divertissement.

Par ailleurs, le marché des bureaux au centre-ville connaît un regain d’activité, certains locataires cherchant à rehausser leurs espaces en misant sur des immeubles qui offrent plus de commodités. CBRE indique que le taux d’inoccupation des immeubles de bureaux de catégorie A y a décliné légèrement au deuxième trimestre de 2021, pour atteindre 18,4 %. Un répondant a soulevé l’augmentation des taux de capitalisation des immeubles de bureaux, qui crée des opportunités pour ceux qui s’intéressent au marché d’Edmonton.

Les activités de location sont demeurées vigoureuses dans le marché industriel de la grande région d’Edmonton, qui comptait 4,1 millions de pieds carrés en construction au deuxième trimestre de 2021, selon Colliers. Toujours pour ce trimestre, le rapport de Colliers sur le marché industriel note un taux de disponibilité de 9,5 %.


Québec

Même s’il prévoit une solide hausse du PIB de 5,6 % à Québec en 2021, le Conference Board du Canada s’attend à ce que les mises en chantier chutent cette année, et poursuivent leur descente entre 2022 et 2025.

La demande pour les maisons unifamiliales isolées a augmenté au début de la pandémie, stimulant la construction, mais la SCHL prévoit un ralentissement de cette hausse en 2022. Dans le marché locatif, qui compte un grand nombre d’unités en construction, la SCHL anticipe un équilibre relatif entre l’offre et la demande, ce qui contribuera à maintenir le taux d’inoccupation stable cette année.

Après quelques modifications apportées au trajet proposé, la Ville de Québec va de l’avant avec son projet de tramway, dans le cadre d’un vaste plan de transport régional qui comprend également un nouveau tunnel qui créera un lien supplémentaire pour les collectivités environnantes. Le marché industriel de la région est prospère, avec de nouvelles constructions comme un centre de traitement de données prévu à Lévis.


Saskatoon

La reprise économique de Saskatoon est en cours, le Conference Board du Canada y prévoyant une croissance du PIB de 5,4 % en 2021. Entre 2022 et 2025, la croissance moyenne du PIB devrait s’établir à 3,3 % selon l’organisme, ce qui représente le taux le plus élevé pour cette période parmi les 13 grandes régions métropolitaines de recensement analysées ce printemps.

Selon les perspectives du marché de l’habitation publiées par la SCHL au printemps de 2021, le dynamisme du marché de la revente et la diminution de l’offre d’habitations neuves, conjugués aux tendances migratoires et à l’amélioration de l’économie, stimuleront le marché résidentiel. La construction du réseau de transport rapide par autobus devrait également commencer en 2022. Les autorités locales espèrent que cette infrastructure favorisera la formation de collectivités privilégiant le transport en commun.

Même si le taux d’inoccupation continue d’augmenter, une nouvelle tour de 18 étages en construction à Saskatoon (qui deviendra, à terme, la plus haute de la Saskatchewan) devrait jouer un rôle clé dans la revitalisation du centre-ville, dans le cadre d’un projet multiusage à trois phases.

Selon Colliers, le marché industriel demeure relativement stable, avec un taux d’inoccupation de 3,5 % au deuxième trimestre de 2021.

Contactez-nous

Frank Magliocco

Frank Magliocco

Leader, Immobilier, PwC Canada

Tél. : +1 416 228 4228

Miriam Gurza

Miriam Gurza

Directrice général du groupe Conseils et Secteur de l’immobilier, PwC Canada

Tél. : +1 416 687 8143

Fred Cassano

Fred Cassano

Associé, Leader national, Fiscalité immobilière, PwC Canada

Tél. : +1 905 418 3469

Wesley Mark

Wesley Mark

Associé, Transactions - Évaluations, Leader national, Conseils en immobilier, PwC Canada

Tél. : +1 416 814 5877

Suivre PwC Canada