Extrait du journal de l'économie de L'Express • Mercredi 28 octobre 2020


La stratégie de gestion de risque, indissociable de la résilience.


La pandémie entraîne de nouveaux risques pour les entreprises comme une réduction de la productivité ou encore une chute de la consommation. Face à cette situation, les sociétés sont appelées à développer une stratégie car, ne l’oublions pas, gouverner c’est prévoir. Les organisations qui font preuve de rapidité dans la prise de décision pendant de telles crises en sortent gagnantes dans leur secteur respectif.

Lisez la suite

Bombe à retardement dans certains cas, grenade dégoupillée dans d’autres, COVID-19 oblige, le monde risque bien de faire face à une nouvelle pandémie, celle de la dette. Au niveau microéconomique, alors qu’à Maurice les prêts bancaires accordés aux entreprises du secteur privé ont atteint pas moins de Rs 318 milliards à août 2020, en pleine récession, les stratégies de gestion de risque, la pertinence et la rapidité des décisions prises seront primordiales à la survie des entreprises.

La firme PwC, suivant ses Corporate Reporting Awards, sous le thème «gestion de risque comme un catalyseur de croissance pour les sociétés» dont la présentation s’est tenue mercredi dernier (19 novembre), vient mettre en exergue l’importance de la mise en place et l’application de stratégies efficaces de gestion de risque au sein des sociétés.

L’objectif est non seulement d’aider les entreprises à faire face à la crise, mais aussi d’identifier et saisir les opportunités qu’elle présente. Toutefois, s’imposant en tiran, la COVID-19 n’offre aucune visibilité sur l’avenir. Dans ces circonstances est-il possible de prévoir et de gérer les risques associés à la pandémie ?

 « En effet, une visibilité réduite sur l’évolution de la pandémie oblige, les risques qui pourraient éventuellement affecter la performance des entreprises évoluent constamment. Dans cette situation sans précédent, la clé de voûte réside dans la capacité des entreprises à adopter une approche agile pour assurer la continuité des activités de la compagnie tout en optimisant la gestion des risques. C’est là qu’entrent en scène les spécialistes en gestion des risques qui peuvent aider les organisations à gérer la situation tout en se préparant à un retour à la normale » explique Olivier Rey, partenaire chez PwC.

Il est à savoir que parmi les principaux thèmes de risque qui prennent de l’ampleur, l’on retrouve bien évidemment l’incidence sur la liquidité et les ressources en capital des sociétés, le spectre d’une récession mondiale, une réduction de la productivité sans compter la baisse du niveau de la consommation et les risques liés à la cybersécurité, sans oublier les fraudes dont les activités n’ont pas fléchi malgré la COVID-19.

«Gouverner, c’est prévoir. Certes, l’impact à long terme de la pandémie est inconnu, mais la planification des scénarios possibles est l’une des mesures clés qui pourront faire toute la différence. C’est aussi le bon moment pour les entreprises de revoir leurs stratégies sur le long terme et de se préparer tout en évaluant les risques et les opportunités. Il est donc primordial de rassembler la bonne équipe dans tous les domaines d’activité afin d’adopter une approche holistique de la mise en œuvre de cette stratégie.»

A lire aussi: How to manage the impact of COVID-19 on cyber security

Face à une baisse de la demande dans divers secteurs, se démarquer de ses concurrents n’est pas une option mais une obligation pour bon nombre d’entreprises afin de garder la tête hors de l’eau.

 « Nous n’avons pas de boule de cristal, mais l’histoire démontre que les organisations qui planifient et font preuve de rapidité dans la prise de décision pendant de telles crises, en sortent gagnantes dans leur secteur respectif. C’est là que les organisations dotées d’un cadre de gestion de risques bien rodé et efficace auront un avantage significatif sur leurs concurrents » précise Olivier Rey.
 

Si personne n’était préparé à affronter la COVID-19, les décisions ont dû être prises au pied levé résultant en des actions qui se veulent palliatives rapidement, à l’instar de mesures de restructuration et de réduction de coûts d’opération incluant des licenciements entre autres. Toutefois, il est clair que la pandémie, à l’instar des irréductibles Gaulois, ne cédera ni ne disparaîtra pas de sitôt, ne laissant d’autre choix aux entreprises que de se préparer à affronter une longue et imprévisible bataille pour redresser et stabiliser leur bilan financier.

« La résilience des entreprises en période de crise et la gestion des risques sont liées. Une gestion rigoureuse des risques augmente cette résilience qui, elle, reconnaît que les événements à risque élevé sont difficiles à prévoir et essaie de vous préparer à y faire face. »

En plus du COVID-19, notre entrée dans la liste noire de l’Union européenne introduit un nouveau type de risque qui nécessite une approche et une gestion différente. « Malheureusement, de nombreuses organisations à Maurice n’étaient tout simplement pas suffisamment préparées à cela. »

Préférant l’optimisme, PwC Maurice considère ces défis existants comme étant une opportunité pour les organisations mauriciennes de revoir leurs approches des risques. « Nous constatons que les PDG exigent davantage d’efforts de concentration sur le renforcement de la résilience des entreprises. C’est aussi l’occasion pour la gestion des risques d’être au centre des discussions stratégiques dans les entreprises afin de se préparer à ces nouveaux types de risques qui pourraient éventuellement apparaître », ajoute le partenaire chez PwC.

Il est à savoir que lors des Corporate Reporting Awards, le constat était que sur la base des rapports annuels soumis et les sites Web des sociétés, 65 % des entreprises étaient encore à un niveau basique concernant les mesures de gestion de risques.

State of Risk Management in Mauritius

Nageant dans les abysses de l’incertitude, sur quoi les stratégies de gestion de risques doivent-elles se concentrer ? « Il s’agit à la fois des risques externes et internes. Ce que nous observons, c’est que les organisations, en particulier celles qui n’ont pas pleinement développé leur potentiel en matière de gestion des risques, ont tendance à ne pas voir ce qui se passe autour d’elles car elles sont trop focalisées sur l’interne. Certains changements externes qui peuvent être négligés comprennent, par exemple, les changements dans les besoins technologiques et les besoins des clients. Oublier ces facteurs aura sans aucun doute un impact sur la mise en œuvre efficace des stratégies sur le long terme de l’organisation. », déclare Olivier Rey

Finalement, le constat sans appel est qu’identifier les risques existants et potentiels, prioriser la gestion de risques dépendant de leurs impacts sur la trésorerie de l’entreprise, la rapidité décisionnelle et la mise en application des bonnes mesures, pourront sans aucun doute donner une chance à ceux qui entrevoient déjà la fin.

 

Decouvrez les nominés et gagnants de l'édition 2020 du Corporate Reporting Awards

De gauche a droite: Sanjiv Bhasin (Afrasia), Thierry Labat & Arnaud Lagesse (IBL Ltd), Bronwyn Corbett & Moira Van Der Westhuizen (Grit), Jean Michel Ng Tseung (MCB Group), Iqbal Oozeer (Currimjee Jeewanjee), Gary Lee Ping Shing & Antish Beedassee (ENL Group), Dipak Chummun (IBL Ltd)

Cliquez ici

Contact us

Olivier Rey

Olivier Rey

Partner, PwC Mauritius

Tel: +230 404 5145

Anthony Leung Shing

Anthony Leung Shing

Country Senior Partner, Tax Leader, PwC Mauritius, PwC Mauritius

Tel: +230 404 5071

Ariane Serret

Ariane Serret

Senior Manager, Clients and Markets Development, PwC Mauritius

Tel: +230 4045029

Julien Tyack

Julien Tyack

Associate Director, PwC Mauritius

Tel: +230 404 5210

Follow PwC Mauritius