75% du SEM-10 ont adopté l'Integrated Reporting - Olivier Rey

Start adding items to your reading lists:
or
Save this item to:
This item has been saved to your reading list.

Olivier Rey, Associé chez PwC, évoque les enjeux de l’Integrated Reporting <IR> et les questions clés comme la transparence, l’intégrité et de la création de valeur au sein des entreprises.

Entretien accordé à Magali Frédéric pour Business Magazine - avril 2018

1. En quoi l'Integrated Reporting <IR> est-il en train de révolutionner le monde et la pratique des affaires ? 

On vit dans un monde où la digitalisation et les réseaux sociaux demandent aux entreprises d'être beaucoup plus engagées et transparentes dans leurs démarches. L’Integrated Reporting <IR> permet justement aux entreprises de s'ouvrir et de parler plus librement et ouvertement de leur stratégie, de leurs risques, des bonnes nouvelles aussi bien que des mauvaises... C'est là ou certains conseils d’administration doivent évoluer et se rendre compte que de ne pas parler des problèmes qui sont évidents ou déjà connus de la communauté des affaires n'inspire pas confiance! On se retrouve face à un problème d'intégrité qu'aucune structure ne résoudra, mais que les dirigeants d’entreprises ont le devoir d'honorer. 

 

2. Certains disent que l'<IR> n'est qu'un outil pour donner bonne conscience aux sociétés et industriels car le capitalisme a toujours eu une mauvaise image. N'y a-t-il pas une part de vérité dans celà ? 

Au contraire, l’<IR> vient reconnaître les multitudes formes de « capitaux» qui peuvent être sociaux, intellectuels, financiers, environnementaux, manufacturiers et humains. Ceux-ci sont considérés comme des stocks de valeur qui évoluent à travers les activités économiques. Il ne se limite pas seulement à la dimension pécuniaire de l’entreprise, souvent résumée aux ‘pertes et bénéfices’ et au cours boursier. La vraie valeur d'une entreprise se trouve sous différentes formes, et il n'y a pas de meilleur outil que l’<IR> pour expliquer aux actionnaires et autres stakeholders comment ces différents capitaux interagissent autour d’un ‘business model’ pour créer de la valeur.

3. PwC est un ferme partisan de l'<IR>, à travers notamment les Corporate Reporting Awards. Quels enseignements tirez-vous de la dernière édition ?

Cela dépend. La SEM-10 s'est vraiment démarquée cette année, avec maintenant 75% des sociétés ayant choisi d'adopter l’<IR> : une nette progression par rapport à l'année dernière.

En revanche, en dehors de la SEM-10 et de quelques institutions financières non-listées en bourse, il ne semble pas y avoir eu de déclic! Il faut que les entreprises se rendent compte que de rester statique et "compliance driven" ne va pas les tirer vers le haut. Nous ne sommes plus la petite île accueillant uniquement des touristes qui viennent pour nos belles plages; nous sommes un centre financier sérieux et une destination de choix pour les investisseurs, et nous devons le démontrer.

Au-delà des chiffres, il faut des mots pour expliquer le futur de l’entreprise. Les investisseurs ont besoin d’une vision d’ensemble qui leur permette de trouver une logique globale pour mieux évaluer l’entreprise ; le <IR> permet au conseil d’administration d’exprimer clairement sa vision à long terme et contribue à la qualité du dialogue avec les investisseurs et autres stakeholders.

La complaisance peut couter très cher vis-à-vis de ceux-ci.

(cont/...)


Share the news

4. Les corps para-étatiques semblent complètement désintéréssés à progresser en matière de communication financière, sans doute à cause de problèmes sous-jacents de mauvaise gestion, de gaspillage de fonds publics ou encore de corruption. Que faire pour les remettre sur la bonne voie en termes de communication financière ? 

Je ne vais pas spéculer sur la cause, mais je suis forcé de constater que seulement la Mauritius Telecom et la Mauritius Housing Company ont participé cette année. Il y a une bonne centaine d’organismes parapublics à Maurice et c'est une participation très décevante. Les organismes parapublics ont comme stakeholders le contribuable, le peuple mauricien et parfois des investisseurs privés ; il est quand même dommage qu'ils ne participent pas à cette initiative et ne donnent pas l'exemple en adoptant l’<IR>. J’espère que l’année prochaine sera meilleure !


Original article published in Business Magazine Number 1332

Contact us

Olivier Rey
Partner
Tel: +230 404 5145
Email

Anthony Leung Shing
Tax Leader, PwC Mauritius
Tel: +230 404 5071
Email

Ariane Serret
Senior Manager, Clients and Markets Development, PwC Mauritius
Tel: +230 4045029
Email

Follow PwC Mauritius