Cover story: Maurice se distingue comme un acteur hautement capable sur les marchés privés

Interview:

Olwyn Alexander, Global Asset and Wealth Management Leader de PwC et John Li How Cheong, Financial Services Leader de PwC Maurice

Par Yarrick Bourquin et Reecha Ramoo, paru dans Business Magazine le 06 decembre 2023

 

Le marché de la gestion des actifs et de patrimoine représente un énorme potentiel.   A l’horizon 2027, les revenus qu’il génère pourraient atteindre 622,1 milliards de dollars, avec presque 50% provenant des marchés privés. Notre centre financier international possède tous les atouts pour repositionner avec succès sur ce marché de niche. Dans le cadre de sa stratégie africaine, Olwyn Alexander, Global Asset and Wealth Management Leader de PwC, qui était récemment à Maurice, et John Li How Cheong, Financial Services Industry Leader de PwC Maurice, nous en disent plus.

Après trois décennies d’existence, le centre financier mau­ricien se positionne comme une plateforme financière de choix, notamment pour canaliser les investissements à destination des marchés asiatiques, africains et du Moyen Orient. Comment voyez-vous son évolution ? 

Olwyn Alexander : Je tiens à dire que c'est ma première visite à Maurice. Bien que je connaisse certaines choses avant de venir sur l'Ile, je pense avoir acquis encore plus de connaissances maintenant, notamment à travers les nombreuses réunions que nous avons eues avec nos clients pendant mon séjour. Cela a vraiment été un excellent apprentissage. Ainsi, je peux dire que Maurice est très bien positionné en tant que juridiction pour continuer à prospérer. De par ma connaissance de Maurice dans le contexte de l’industrie, historiquement, j'avais compris que le pays est utilisé comme porte d’entrée pour les investissements vers l'lnde. Beaucoup de mes clients américains, ainsi que d’autres régions, auraient emprunté une voie similaire. De toute évidence, les choses ont un peu changé, et je comprends maintenant que Maurice entretient de bonnes relations avec certains pays africains.

Notre point de vue, lorsque nous prenons du recul et examinons l'industrie mondiale de la gestion d’actifs et de la gestion de patrimoine est qu'il y aura une croissance de 5 % par an, chaque année, jusqu’en 2027, dans tous les marchés différents. Mais là où nous voyons une croissance supplémentaire, c'est dans les marchés privés, où nous observons une croissance de 5,6 % par an jusqu’en 2027.

Nous constatons également un grand intérêt des clients pour les marchés privés. Nous avons des fonds de pension et des gestionnaires d’actifs qui disent qu'ils prévoient d'augmenter leurs allocations de presque 20 % de leurs investissements privés. Et je pense qu’il y a un besoin croissant de financement privé pour des investissements, par exemple, dans la transition énergétique, les infrastructures, entre autres.

II y a de nombreuses raisons de croire que les marchés privés continueront de croître. Concernant les opportunités d'investissement, nous observons que de nombreux gestionnaires d'actifs étendent leurs capacités dans les marchés privés. Cependant il est crucial pour eux d’explorer de nouveaux horizons du point de vue de l’investissement. L’Afrique, en particulier, semble être un continent ou il y a un sous-investissement, offrant de nombreuses opportunités.

Je sens qu'une impulsion significative pourrait être obtenue si nous pouvions progresser dans la coopération mondiale, en particulier en ce qui concerne la durabilité. II y a un réel besoin dans les territoires africains qui souffrent beaucoup des changements climatiques. Si les pays développés se réunissent de manière significative pour fournir le financement nécessaire, comme discuté, par exemple, lors de la COP 28, l’Afrique pourrait en bénéficier. De plus, des pays comme Maurice, servant de passerelle pour canaliser ces investissements, pourraient faire d'énormes progrès.

Qu’est-ce qui explique l'intérêt accru pour les marchés privés ?

Olwyn Alexander : La croissance sur les marchés privés est due à l'accroissement des allocations plus élevées provenant des régimes de retraite, des investisseurs institutionnels, et à un intérêt grandissant des particuliers fortunés. Au sein de notre base de clients, on perçoit une croissance significative dans le secteur de la richesse, incluant les riches, les ultra-riches, et les investisseurs particuliers. Historiquement, ces types d'investisseurs n’avaient pas un accès facile aux marchés privés ; par exemple. Il était difficile pour un investisseur particulier d’investir dans un fonds de capital-investissement.

 

De nombreux clients explorent désormais de nouveaux horizons pour identifier les sources émergentes de croissance des actifs sous gestion (AuM).

De nombreux clients explorent désormais de nouveaux horizons pour identifier les sources émergentes de croissance des actifs sous gestion (AuM). Ceci, associé à l'intérêt renouvelé pour les allocations sur les marchés privés, se traduit par une augmentation substantielle des investissements dans ces domaines.

De plus, le rapport PwC de 2023 sur la Gestion mondiale d'actifs et de patrimoine prévoit que les revenus des gestionnaires d'actifs rebondiront pour atteindre 622,1 milliards de dollars d’ici 2027, avec presque 5 % provenant des marchés privés. Cela indique un potentiel de frais et de revenus nettement plus élevé dans les marchés privés par rapport aux marchés actifs et passifs.

Au fil des années, Maurice a consolidé son image en tant que centre financier international de renom et de substance, tout en se positionnant comme un centre d’excellence et une plaque tournante fiable pour la structuration et la canalisation des investissements. En envisageant l'avenir, devons-nous renforcer davantage notre offre afin de devenir le centre privilégié des investissements durables et à impact pour l'Afrique et au-delà ?

Olwyn Alexander : Sans aucun doute. Maurice jouit d'une solide réputation, ayant été un acteur sur le marché depuis la création de son centre financier international. Le gouvernement et les régulateurs ont fait preuve d'un engagement réel et d'une détermination pour retirer le pays de la liste grise du Groupe d’action financière (GAFI), démontrant un effort concerté pour respecter les normes d'une juridiction réputée et bien réglementée.

De nombreux professionnels hautement qualifiés de l’industrie, y compris ceux que j’ai récemment rencontrés, ramènent une expérience internationale précieuse à Maurice, contribuant à un environnement sain et dynamique. Pour ce qui est de l'avenir, maintenir la compétitivité pour toute juridiction implique de garantir l'alignement entre le gouvernement, les régulateurs et l’industrie, maintenir les normes élevées et renforcer la cohésion dans le secteur sur les politiques et les objectifs communs est crucial.

De mon point de vue, surtout en ce qui concerne les marchés privés et l'accès à l'Afrique, Maurice se distingue en tant qu'acteur hautement capable, fort et réputé dans l'industrie. Cela ne vise pas à diminuer le potentiel de l'Afrique, mais Maurice, avec sa longue histoire de réglementation et sa solide réputation, s'aligne souvent bien sur les préférences des investisseurs internationaux. Semblable à un mariage parfait !

John Li How Cheong : Bien que nous mettions régulièrement en avant notre proximité avec l'Afrique, il est crucial de reconnaître que nous ne sommes pas simplement à proximité ; nous faisons partie intégrante de l'Afrique. Et, en considérant le continent africain, notamment en termes de représentation, nous nous démarquons en tant qu'unique pays répondant à tous les critères énoncés dans les recommandations du GAFI.

Pour les gestionnaires d'actifs, la sécurité financière est une préoccupation primordiale, notamment pour atténuer les risques de blanchiment d'argent.

Pour les gestionnaires d'actifs, la sécurité financière est une préoccupation primordiale, notamment pour atténuer les risques de blanchiment d'argent. Notre cadre robuste d'AML/CFT (lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme) leur offre ainsi l'assurance nécessaire. Nous pouvons donc affirmer que tout est bien aligné pour que Maurice serve de plateforme d'investissement de premier plan pour l'Afrique. De plus, si nous nous comparons à des juridictions de gestion d'actifs plus importantes telles que Luxembourg, Dublin et Singapour, notre avantage unique réside dans notre connaissance approfondie du continent et notre expérience accrue du marché en termes d'investissement. 

La rétention des talents est une préoccupation majeure dans le monde de la finance. Comment la situation à Maurice se compare-t-elle avec d'autres centres financiers ? Et disposons-nous des ressources nécessaires pour favoriser la croissance et maintenir le succès de cette industrie ?

Olwyn Alexander : Cela a, en effet, été un thème récurrent lors des discussions récentes. Bien qu'il soit vrai que le pays est confronté à de nombreux défis en ce qui concerne ses ressources humaines, il est crucial de noter que Maurice n'est pas seul dans cette situation. Des défis similaires prévalent dans des pays tels que Singapour et le Luxembourg, et à l'échelle mondiale, de nombreuses juridictions luttent avec la demande en ressources et en talents.

Je comprends que le pays a une population jeune qui aime voyager, et le défi réside dans le fait de les inciter à revenir. Je ne pense pas qu'ils devraient être découragés à partir, car l'expérience internationale et l'exposition acquise à l'étranger sont extrêmement précieuses. Cependant, il devrait y avoir davantage de politiques visant à les sensibiliser au retour, et si de telles politiques existent déjà, il est nécessaire de mieux les promouvoir.

De plus, je suis d'avis qu'il devrait y avoir des initiatives impliquant le recrutement de talents dans d'autres juridictions. Un exemple évident est l'Afrique, où il existe un besoin réel en termes d'investissements et d'éducation. Je pense que les Africains accueilleraient favorablement les opportunités d'emploi et l'expérience internationale que Maurice pourrait offrir. Si votre pays mettait en place des programmes ciblés avec des universités sélectionnées en Afrique pour recruter et développer les compétences nécessaires maintenant et dans le futur, et établissait des programmes pour offrir à ces personnes des opportunités communes d'apprendre le métier et de contribuer de leurs compétences, cela aurait un impact complémentaire. Cela permettrait non seulement de résoudre le problème des ressources et de bénéficier aux Africains d'un point de vue éducatif et professionnel, mais aussi de rapprocher Maurice du continent africain.

Il est crucial de reconnaître l'importance de la connaissance locale lors de l'assistance à l'industrie de la gestion d'actifs dans ses investissements dans diverses juridictions. À travers mes années d'expérience, j'ai appris que la connaissance locale est inestimable pour naviguer dans des marchés divers et prendre des décisions d'investissement judicieuses.

Il est également impressionnant de voir le ministre des Services financiers et de la Bonne gouvernance être invité à des réunions dans certains pays européens positionner Maurice comme une porte d'entrée vers l'Afrique. Lors de la prise de décisions et des déploiements d'investissements, il est essentiel de s'assurer que les bonnes structures et ressources sont en place pour faciliter ces investissements en Afrique.

Un autre avantage est que Maurice n'a pas de contrôle des changes, contrairement à de nombreux pays africains, ce qui est vivement apprécié par les gestionnaires d'investissement ou ceux qui déploient des capitaux.

Quelles sont les ressources spécifiques dont Maurice a besoin pour se positionner à l'avant-garde des opportunités d'investissement ?

John Li How Cheong : Concernant nos offres mondiales, il existe aujourd'hui de nombreuses opportunités. Historiquement, nous dépendions de la route Inde-Maurice, et les produits que nous proposions étaient relativement traditionnels. Par conséquent, nos services manquaient de l'échelle de gestion d'investissement à laquelle nous aspirons.

De mon point de vue, ces défis présentent de nombreuses opportunités de croissance.

Et déjà, il existe un plan veillant à positionner Maurice comme un centre financier international et à attirer des gestionnaires d'investissement dans le pays. Cependant, cette initiative n’a pas encore pleinement abouti. Nos atouts sont la connaissance et la proximité du marché africain, le vécu en tant que secteur et les réglementations en place et à venir. Là où on doit s’améliorer, c'est en fonction des ressources humaines, notamment spécialisées, ainsi que dans le domaine de la gestion d'investissement. Aujourd’hui, nous ne sommes pas encore au niveau des IFC plus matures comme Singapour, par exemple. Néanmoins, cela représente à nouveau une opportunité pour nous d'améliorer nos compétences et d'élever notre niveau de jeu.

En tant que nation insulaire, nous avons démontré une agilité à nous adapter à différents rôles et situations.

 

L’orientation évolutive de l'industrie de la gestion d'actifs et de patrimoine se concentre de plus en plus sur l’Afrique.

L’orientation évolutive de l'industrie de la gestion d'actifs et de patrimoine se concentre de plus en plus sur l’Afrique. Bien qu’il ait de nombreuses opportunités dans cette direction, un travail significatif est nécessaire pour atteindre le niveau que nous souhaitons.

L'année dernière a été marquée par la promulgation de la loi sur les actifs virtuels et l'offre initiale de jetons, ainsi que de la loi sur les sociétés à capital variable. De plus, on a vu le lancement de la plateforme en ligne du « Single Window System » et l'introduction des « Insurance Wrappers ». Common! Ces développements contribuent-ils à l'écosystème adéquat pour attirer des acteurs de poids et ajouter de la valeur sur le marché. De plus, ces produits aideront-ils Maurice à renforcer sa position et rivaliser avec d’autres juridictions telles que Singapour, Hong Kong ou le Luxembourg ?

Olwyn Alexander : Généralement, plus la pyramide des produits est grande, plus la gamme des classes d'actifs que vous avez réglementés, telles que la tokenisation ou les monnaies numériques, est large, plus vous serez attractif. Les gestionnaires d'actifs préfèrent souvent consolider leurs juridictions. Donc, plus vous pouvez cocher de cases pour eux, mieux c'est ! C'est la ou les juridictions renommées comme Singapour et le Luxembourg excellent : elles sont à l’avant-garde pour s’assurer qu'elles écoutent et collaborent avec les gestionnaires, non seulement pour répondre à leurs besoins actuels, mais aussi pour discuter de leurs projets futurs. Cela inclut la prise en compte des classes d'actifs, des types d'investisseurs et la recherche de solutions fiscales adaptés à ces types d’investisseurs. L'objectif est ainsi d'offrir une gamme de services large, flexible et adaptée.

En outre, en ce qui concerne les tendances relatives aux actifs virtuels, la nouvelle génération des très a l’aise avec l’utilisation de ces actifs. Parmi les investisseurs âgés de 27 à 42 ans interrogés par la Bank of America en 2022, 75 % estiment que les classes d’actifs traditionnelles ne peuvent plus à elles seules fournir des rendements supérieurs à la moyenne, alors qu’un tiers seulement des personnes âgées de plus de 43 ans partagent ce point de vue.

L'attitude et l'appétit pour l'investissement dans les actifs numériques sont totalement différents. Je pense que cela concerne probablement davantage la prochaine génération que la génération actuelle. La richesse va changer de mains et probablement changer de direction en termes d'investissements confortables, en ligne avec cette nouvelle génération.

 

La tokenisation peut être très utile pour donner accès aux marchés privés

La tokenisation peut être très utile pour donner accès aux marchés privés et au fractionnement de la propriété.

John Li How Cheong : L'introduction de nouveaux produits va dans la direction que nous voulons prendre, c'est-à-dire la diversification des produits que nous voulons offrir, tels que vous avez mentionnés. Nous ne pouvons plus rester cantonnés à nos produits traditionnels et devons bouger vers des produits plus sophistiqués. Car n'oublions pas que nous ciblons un nouveau type d'investisseurs, comme les grosses fortunes. Mettre en place le cadre juridique et réglementaire nécessaire ne peut que nous être bénéfique en tant que juridiction, et renforcer notre offre. Ce qui est crucial derrière cela, c'est que c'est le cadre juridique et réglementaire qui rend ce type d'investissement assez sécurisé.

Il existe déjà de nombreux produits dans le monde que nous n'exploitons pas assez en termes de classes d'actifs. Par exemple, le trading de produits dérivés nécessite souvent d'aller à l'étranger et d'obtenir une licence. Maintenant, sommes-nous tout à fait prêts pour cela, surtout en termes d'expertise ? Nous ne pouvons pas attendre d'être totalement prêts ; nous devons aller à la recherche de ces expertises. Nous devons commencer quelque part, et l'introduction de ces produits est un premier pas franchi.

Comment mieux vendre les atouts de notre centre financier ?

Olwyn Alexander : Bien sûr, il existe une demande des marchés émergents pour lesquels Maurice peut servir davantage de porte d'entrée. Pour susciter encore plus la demande, des efforts sont nécessaires du point de vue du marketing et du profilage de la juridiction. Renforcer la notoriété de la marque mauricienne à travers des activités telles que des missions commerciales, avec les investisseurs et les gestionnaires d'actifs, et la compréhension de leurs besoins et préférences sont des étapes essentielles. En s'alignant sur leurs agendas, Maurice peut jouer un rôle dans la satisfaction des demandes de ces marchés.

Chez PwC, nous avons un groupe de structuration fiscale international qui interagit avec des clients sur des questions mondiales, se connectant avec les marchés locaux lorsque des opportunités se présentent. Différents territoires adoptent des stratégies différentes, mais les organisations, y compris les Big Four, sont généralement impliquées auprès d'associations industrielles au niveau local. Les entreprises du secteur, telles que PwC elle-même, soutiennent activement de nouvelles initiatives industrielles.

John Li How Cheong : Historiquement, les États-Unis et l'Europe restent nos principaux pourvoyeurs en matière d'investissements, et depuis un certain temps, nous constatons des tendances régionales telles que l'Afrique du Sud. Nous devons rester près de nos bureaux dans ces juridictions et faire connaître nos offres en tant que IFC, tout comme les services en Inde ou à Singapour. Ce sont les endroits où nous organisons des tournées, des roadshows, et échangeons avec des conseillers fiscaux, entre autres. Le marketing est ainsi essentiel pour accroître la notoriété et attirer ces entités, car ce sont elles qui conseillent de grandes maisons d'investissement sur la structuration de leurs investissements. Pour nous, il s'agit de créer une demande en s'engageant activement sur le marché.

Quel est le potentiel pour Maurice de développer son propre marché national de la finance verte et d'attirer des investissements dans des projets écologiques ?

Olwyn Alexander : Bien que je ne sois pas très familière avec ce que Maurice a mis en place du point de vue de la durabilité et de l'investissement d'impact, je crois fermement que, à l'échelle mondiale, nous avons besoin de nombreuses incitations politiques, et peut-être même d'incitations et de sanctions pour nous orienter dans la bonne direction, car nous sommes déjà en retard sur les questions climatiques, et la gestion de la hausse des températures, par exemple. Et à moins que nous ne voyions des changements de politique immédiats de la part du gouvernement, que ce soit des incitations fiscales ou des sanctions, il n'y a rien de tel que la politique fiscale pour changer les comportements.

II y a de nombreuses années, nous avons tous vécu l'introduction d'une taxe lors de nos achats de sacs en plastique. Aujourd’hui, l'utilisation de sacs réutilisables s’est tellement ancrée que nous ne pouvons pas imaginer faire nos courses sans eux, et cette transformation démontre à quel point il est simple d'introduire le changement. La politique fiscale et les mesures fiscales peuvent, en effet, être des outils efficaces pour modifier les comportements.

Je pense que nous allons voir de plus en plus d'appétit pour la finance verte. Cela dépend des juridictions et du type de politique et d"incitations que les gouvernements souhaitent mettre en place et privilégier.

Certainement, au niveau mondial, il y a un accent important sur la promotion du financement vert tant au niveau mondial qu’international.

John Li How Cheong : Je pense que cela dépend de la politique locale en matière de cadre ESG. Par exemple. Maunce a émis son ambition de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40 % d'ici à 2030. Des projets durables doivent être mis en œuvre pour atteindre ces objectifs. Des projets ont besoin de financement pour leur réalisation. Et c'est là qu'interviennent les produits comme les obligations vertes qui proposent des termes encourageants et avantageux pour financer de tels projets. On a déjà commencé avec quelques institutions financières du pays qui proposent de tels types de financement. La réussite de la finance verte dépendra de la durabilité des projets en place. Le cadre juridique existant reste à peu près le même ; la différence réside dans l'éligibilité au financement vert. C’est là que les compétences et les réglementations doivent être alignées sur le cadre ESG. La politique des ODD est en place pour bénéficier de la finance verte et fonctionne de pair avec la politique ESG.

Selon l'Africa Wealth Report 2022, Maurice détient une richesse totale de 44 milliards de dollars. À fin décembre 2021, le pays comptait 4 800 personnes fortunées, détenant des actifs dépassant 1 million de dollars. Cependant, lorsque l'on compare cette richesse de 44 milliards de dollars à celle d'autres nations africaines, telles que les 651 milliards de dollars en Afrique du Sud, les 307 milliards de dollars en Égypte ou les 228 milliards de dollars au Nigeria, l'on se rend compte que le marché domestique à Maurice semble relativement modeste. Vos commentaires ?

Olwyn Alexander : Le marché domestique à Maurice est, en effet, relativement restreint. Cependant, avec la croissance substantielle de la richesse émanant de l'Afrique, notamment avec un nombre croissant d'individus accédant aux classes moyennes et supérieures, il y aura une quantité considérable de richesse à gérer. Dans ce contexte, Maurice pourrait jouer un rôle clé en tant que porte d'entrée pour l'investissement en Afrique. Il est intéressant de réfléchir à cette perspective du point de vue des politiques, de la réglementation et des capacités des banques internationales et de la gestion de patrimoine. Toutefois, il est important de noter qu'il existe un défi structurel concernant les banques internationales à cet égard.

Aussi, un autre aspect à prendre en compte est la capacité bancaire internationale, en particulier en ce qui concerne la gestion de patrimoine privé.

Lorsque des clients fortunés approchent une banque, ils ne souhaitent pas déposer l'ensemble de leurs fonds à Maurice ou se limiter aux offres des banques locales ; ils recherchent une exposition internationale.

Lorsque des clients fortunés approchent une banque, ils ne souhaitent pas déposer l'ensemble de leurs fonds à Maurice ou se limiter aux offres des banques locales ; ils recherchent une exposition internationale. Par conséquent, disposer d'un système bancaire mature qui offre ce que recherchent les clients est crucial. De nombreux produits, tels que l'ELTIF européen et l'ELTAF britannique, ainsi que des produits luxembourgeois comme le Fonds d'Investissement à Long Terme pour les particuliers, sont des aspects à explorer.

John Li How Cheong : Effectivement, l'interconnectivité joue un rôle crucial. Actuellement, les banques actives dans la gestion de patrimoine sont pour la plupart des banques nationales et régionales. Comme Olwyn l'a mentionné, pour les personnes fortunées cherchant à investir des ressources importantes, la diversification à travers plusieurs juridictions est une considération essentielle. Arriver à attirer des banques internationales serait bénéfique pour répondre aux besoins diversifiés de ces clients.

Faut-il craindre la concurrence émanant d'autres juridictions sur Ie marché de la gestion d'actifs et de patrimoine ?

John Li How Cheong : Nous possédons indéniablement un avantage considérable, compte tenu de notre bilan de 30 ans en tant que centre financier international. Alors que des centres financiers émergents tels que Kigali et Nairobi commencent à tirer la tête et essayer de se positionner, Maurice a évolué au cours des trois dernières décennies. Au fil des années, nous avons évolué vers un modèle qui met l'accent sur la substance, au lieu d’être vu comme un centre financier avec des conventions fiscales. Notre focus évolue vers une substance accrue.

Le renforcement des cadres réglementaires a été crucial, en particulier pour surmonter les défis liés à la liste grise du GAFI. Émerger avec succès de cette liste a nécessité des efforts considérables. Actuellement, si je ne me trompe pas, Maurice est le seul pays africain conforme aux 40 recommandations du GAFI. Et nos compétiteurs potentiels, comme Kigali et Nairobi, n'ont peut-être pas encore suivi le même processus complet de conformité.

Notre avantage réside dans notre alignement avec ce que recherchent les gestionnaires d'actifs : la sécurité et la stabilité. Cependant, nous ne devons pas nous montrer complaisants en supposant qu'ils ne pourront pas nous rattraper. L'expérience avec Gift City constitue une leçon précieuse, soulignant la nécessité de s'attaquer activement aux défis potentiels afin d'éviter une situation similaire dans le contexte africain.

Olwyn Alexander : D'autres juridictions n'ont pas priorisé leur position en tant que porte d'entrée vers l'Afrique, à la différence de Maurice, ce qui constitue un avantage distinct. Si des investissements sont réalisés en Afrique et que Maurice en tire profit en consolidant sa position, cela pourrait être réussi. Cependant, cette approche diffère de celle de Singapour, qui se concentre principalement sur les marchés de la Chine continentale et d’autres marchés asiatiques.

John Li How Cheong : Dans l'ensemble, en rétrospective, notre priorité était l'Inde. Actuellement, le succès de nos investissements dépend de la destination et de l'orientation que nous souhaitons prendre. Certes, nous rencontrerons des défis sur certains marchés, surtout là où nous ne sommes pas aussi compétitifs. Cependant, il est impératif d'identifier et de capitaliser sur nos forces plutôt que de tenter d'opérer sur des marchés où nous sommes en situation de désavantage concurrentiel.

Contact us

Anthony Leung Shing, ACA, CTA

Anthony Leung Shing, ACA, CTA

Country Senior Partner, PwC Mauritius

Tel: +230 404 5071

Robert Coutet

Robert Coutet

Assurance Leader, PwC Mauritius

Tel: +230 404 5138

Jean-Pierre Young, ACA, CIA

Jean-Pierre Young, ACA, CIA

Advisory Leader, PwC Mauritius

Tel: +230 404 5028

Dheerend Puholoo, ACCA

Dheerend Puholoo, ACCA

Tax Leader, PwC Mauritius

Tel: +230 404 5079

Ariane Serret

Ariane Serret

Senior Manager, Clients and Markets Development, PwC Mauritius

Tel: +230 4045029

Follow PwC Mauritius