Skip to content Skip to footer
Recherche

Loading Results

Énergie, services publics, mines et produits industriels

Tendances du marché et de l'industrie des fusions et acquisitions au Canada en mi-année

Les transactions dans les secteurs de l’énergie, des services publics, des mines et des produits industriels (ESPMI) ont été nombreuses au premier semestre de 2021, en particulier par rapport à la période correspondante de l’an dernier. Comme la valeur des transactions restera sans doute élevée, les sociétés devront se doter de plans solides et bien définis pour réaliser des synergies et dégager de la valeur si elles espèrent obtenir le rendement souhaité sur leur investissement.

Voici les principales tendances en matière de fusion-acquisition (F&A) observées dans les secteurs ESPMI :

  • La transition mondiale vers le zéro émission nette s’est accélérée au cours des six derniers mois. Elle s’impose de plus en plus comme vecteur d’influence majeur de l’activité de transactions dans tous les secteurs ESPMI – en plus de la disponibilité des capitaux et des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans leur ensemble.
  • Comme nous l’avions indiqué dans notre rapport de février sur les tendances du marché, les entreprises s’intéressent de plus en plus à la création de partenariats innovants pour atteindre le zéro émission nette et d’autres objectifs stratégiques. Hydro-Québec et Énergir, par exemple, ont récemment annoncé qu’elles allaient collaborer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre causées par le chauffage, tandis que Suncor et ATCO ont dévoilé leur intention de construire une usine de production d’hydrogène (annonce en anglais seulement).
  • Bien que les prix du pétrole se soient améliorés au cours des derniers mois, nous nous attendons à ce que les sociétés de production énergétique restent prudentes dans leurs plans d’investissement pour le reste de 2021 et le début de 2022. Il se pourrait que certains producteurs étrangers intégrés abandonnent graduellement leurs actifs à forte émission de carbone et procèdent donc à des cessions. Mais la vente de leurs actifs canadiens pourrait s’avérer difficile, étant donné le nombre limité d’acheteurs au pays.
  • Pour les sociétés minières dont le siège social est situé au Canada, l’incertitude géopolitique plus grande dans les régions minières pourrait avoir une incidence sur les activités d’acquisition et de cession au cours des six prochains mois. Devant les prix élevés des produits de base, certains gouvernements étrangers cherchent à mettre la main sur une plus grande part des bénéfices, notamment en imposant de nouveaux impôts et de nouvelles redevances ou en augmentant les taux. Les sociétés minières doivent évaluer ces facteurs de risque, qui pourraient avoir un effet sur leur valorisation et entraver le rythme des activités de transaction. Le Canada a toujours été un milieu propice aux transactions du secteur minier, et nous nous attendons à ce que ce contexte reste vrai pour les métaux précieux, ainsi que pour les minéraux critiques et stratégiques.
  • Les producteurs d’électricité indépendants – et, dans une moindre mesure, les services publics – cherchent encore à investir à l’échelle mondiale pour obtenir de meilleurs rendements. Un certain nombre d’entre eux travaillent actuellement à acquérir une compréhension approfondie des marchés spécifiques qui correspondent à leur évaluation des perspectives, à leur savoir-faire en matière d’aménagement, ainsi qu’à l’expérience et aux compétences linguistiques de leurs employés. L’annonce récente par Hydro-Québec et Innergex de leur acquisition des centrales hydroélectriques de Curtis Palmer, aux États-Unis, est une autre manifestation de l’intérêt soutenu des services publics et des producteurs d’électricité indépendants du Canada envers les fusions et acquisitions.
  • La demande de minéraux pour batteries et d’hydrogène ne cesse d’augmenter, ce qui entraînera probablement un accroissement des études de faisabilité et projets de commercialisation axés sur les technologies vertes. La demande de capitaux devrait s’accroître en conséquence, ce qui ouvrira de nouvelles possibilités d’investissement. À mesure que ces projets progresseront, de nouvelles opportunités de F&A devraient surgir. L’Investment Management Corporation de l’Ontario a récemment annoncé qu’elle créerait un système de stockage d’énergie sur batterie à l’échelle mondiale après son acquisition de Green Frog Power (annonce en anglais seulement), ce qui constitue une première étape marquante dans cette direction.
  • Il est probable que les regroupements se poursuivront dans le secteur des services énergétiques, car les entreprises cherchent à élargir leur offre de services et à créer des synergies. On peut s’attendre à un scénario semblable dans le secteur aurifère, à mesure que les restrictions s’allègent et que les processus de contrôle préalable se font plus faciles. Nous nous attendons également à assister à la création de plus de coentreprises intégrant des partenaires autochtones, à la faveur à la fois du mouvement de réconciliation et de l’aspect social des facteurs ESG.

Vous souhaitez en savoir plus sur les opportunités de F&A dans les secteurs de l’énergie, des services publics, des mines et des produits industriels?

Communiquez avec nous pour en discuter.

Michelle Grant

Associée, leader nationale, Transactions ‒ Énergie, services publics, mines et produits industriels, Vancouver, PwC Canada

+1 604 806 7184

Courriel

Contactez-nous

Domenic Marino

Domenic Marino

Leader national, Transactions, PwC Canada

Tél. : +1 416 941 8265

Sean Rowe

Sean Rowe

Leader national, Transactions, Marchés et création de valeur, PwC Canada

Tél. : +1 416 815 5093

Contactez-nous

Domenic Marino

Domenic Marino

Leader national, Transactions, PwC Canada

Tél. : +1 416 941 8265

Suivre PwC Canada