S’orienter dans un contexte commercial en mutation

Repenser sa stratégie d’approvisionnement face aux nouveaux tarifs américains

Les États-Unis sont depuis longtemps le principal partenaire commercial du Canada. En 2017, les importations et exportations de marchandises américaines ont représenté plus de 540 milliards de dollars américains, selon l’édition 2018 du rapport Le Commerce international du Canada.

Les biens importés des États-Unis font partie de la chaîne d’approvisionnement de bon nombre de détaillants canadiens. Les représailles tarifaires récemment mises en place par le gouvernement du Canada en réaction à l’imposition de tarifs par les États-Unis sur les produits d’acier et d’aluminium canadiens auront vraisemblablement des répercussions importantes pour les détaillants, en particulier ceux qui s’approvisionnent exclusivement aux États-Unis. De plus, cette crise tarifaire risque de ne pas être un événement isolé, puisque le contexte géopolitique est actuellement en profonde mutation.

Les positions politiques dominantes sont un facteur important de toute stratégie d’approvisionnement, qu’il s’agisse des droits de la personne dans l’industrie du vêtement, des préoccupations environnementales entourant des produits alimentaires comme le café en grains ou les tarifs imposés sur les matières premières et les produits de consommation.

Comprendre les nouveaux tarifs sur les biens américains

Le 1er juin 2018, les États-Unis ont imposé des tarifs de 10 % à 25 % sur divers produits d’acier et d’aluminium en provenance du Canada. Étant donné que ces biens ont représenté 16,6 milliards de dollars canadiens en 2017, le gouvernement canadien a choisi d’imposer des représailles tarifaires d’une valeur totale équivalente sur des biens américains.
Bien que les tarifs canadiens visent principalement les mêmes produits d’acier et d’aluminium importés des États-Unis vers le Canada, ils s’appliquent également à un vaste éventail d’autres produits de consommation. Par exemple, un tarif de 10 % s’applique dorénavant à divers aliments et boissons comme le jus d’orange non congelé, le sirop d’érable, le ketchup et autres sauces tomates et le café torréfié. Les tarifs canadiens ont pris effet le 1er juillet 2018.

Plusieurs détaillants espèrent que les tensions commerciales avec les États-Unis seront de courte durée, mais la soudaineté du différend illustre l’incidence négative que peuvent avoir sur une entreprise des problèmes inattendus affectant la chaîne d’approvisionnement.

À la lumière des répercussions financières que pourraient avoir les tarifs imposés aux biens importés des États-Unis, les détaillants canadiens doivent élaborer des stratégies d’approvisionnement souples qui prévoient d’autres sources d’approvisionnement pour les biens ou intrants de production clés. En fait, les nouveaux tarifs représentent une occasion de mettre en place une stratégie d’approvisionnement plus durable et stable à long terme.

Comment repenser sa stratégie d’approvisionnement? Tout d’abord en se concentrant sur trois activités clés.

De nombreux facteurs peuvent influer sur la chaîne d’approvisionnement d’un détaillant, et tout changement soudain apporté à vos accords d’approvisionnement en raison d’un seul facteur, sans tenir compte des répercussions sur votre stratégie d’approvisionnement globale, peut donc s’avérer aussi nuisible que d’assumer les nouveaux tarifs. Si, par exemple, tout votre jus d’orange est importé des États-Unis, vous pourriez diminuer vos coûts tarifaires en vous tournant vers un autre pays comme le Brésil, mais cela entraînerait une augmentation de vos frais de transport et de logistique. Toutefois, si vous choisissez de vous approvisionner au Mexique, vous devrez composer avec des défis logistiques comparables, mais le taux de change pourrait, dans l’ensemble, représenter une meilleure solution.

Une vue d’ensemble de votre chaîne d’approvisionnement vous permettra de déterminer la stratégie d’approvisionnement qui s’aligne le mieux avec vos objectifs d’affaires, votre tolérance au risque et vos cibles en matière de coûts. Pour ce faire, vous devrez tenir compte des facteurs pertinents liés à l’approvisionnement pour chacun de vos principaux intrants.

Pour le secteur des aliments et des boissons, ces facteurs peuvent comprendre les lieux d’approvisionnement potentiels (y compris les possibilités d’approvisionnement local), le taux de change et sa volatilité, les coûts au débarquement, les frais d’inspection, les tarifs, les coûts de la main-d’œuvre, la fiabilité de la chaîne d’approvisionnement et le respect des pratiques réglementaires identifiées.

Outre les facteurs généraux liés à l’importation, il est également important d’identifier les exigences organisationnelles spécifiques qui sont au cœur de vos décisions en matière d’approvisionnement, comme les pratiques environnementales des fournisseurs ou l’accès à des biens certifiés biologiques.

Une fois que vous avez une vue d’ensemble de vos besoins en matière d’approvisionnement, identifiez les lieux d’approvisionnement (y compris les possibilités d’approvisionnement local) et les fournisseurs potentiels. N’oubliez pas de tenir compte du niveau actuel des importations et des exportations de même que des accords commerciaux intervenus entre le Canada et ces pays.

Outre l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), qui est en cours de renégociation, le Canada a conclu de nombreux accords de libre-échange avec d’autres pays, tant des accords multilatéraux, comme l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne et l’Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP), que des accords bilatéraux, comme l’Accord de libre-échange Canada-Corée et l’Accord de libre-échange Canada-Colombie.

Savoir où il est possible d’obtenir les principaux biens dont dépend votre entreprise et comprendre les relations commerciales actuelles ou futures qu’entretient le Canada avec les pays en question vous permettront de trouver des sources d’approvisionnement moins coûteuses ainsi que d’autres sources d’approvisionnement vers lesquelles vous pourrez vous tourner en cas de problème.

North American Free Trade Agreement (NAFTA),

Une fois que vous comprenez les facteurs liés à l’approvisionnement des biens au Canada et à l’étranger, vous devez également examiner les facteurs propres aux fournisseurs avec lesquels vous devrez faire affaire pour obtenir les biens. L’évaluation des fournisseurs peut porter sur les indicateurs clés de performance (comme la performance de livraison, les taux de remplissage, les taux de déchargement et la quantité moyenne de livraison) et les facteurs de risque clés (notamment la fraude, la corruption, la conformité aux normes environnementales et sociales ainsi que la qualité des fournisseurs intermédiaires).

En évaluant et en surveillant ces mesures de la performance et du risque de manière cohérente, vous serez à même de mieux comprendre vos options et de prendre des décisions stratégiques éclairées en matière d’approvisionnement. Bien que vous souhaitiez probablement éviter les nouveaux tarifs, il est aussi important de vous assurer que tout accord d’approvisionnement de rechange que vous pourriez conclure n’entraînera pas des coûts ou des risques supérieurs à ceux associés aux nouveaux tarifs.

Approvisionnement de produits – Comparaison sommaire

Les tableaux suivants présentent deux exemples d’occasion d’approvisionnement de marchandises dont pourraient profiter les détaillants à la lumière du contexte commercial changeant. Nous avons choisi le jus d’orange comme exemple de produit importé et le café comme exemple d’approvisionnement intérieur.

Jus d’orange : Non congelés, d’une valeur Brix n’excédant pas 20
Café torréfié : Non décaféiné

Les composantes du coût au débarquement varient par emplacement, produit et fournisseur. Les principales composantes du coût au débarquement considérées sont le transport (bateau et/ou camion), l’entreposage au port, les droits de port, la taxe de péréquation pour documentation de la Floride (Florida documentation equalization tax), l’assurance et l’inspection.

Saisir l’occasion de repenser sa stratégie d’approvisionnement

Il est important de se rappeler que les nouveaux tarifs sur les biens importés des États-Unis ne sont pas la fin du monde. Plutôt que de voir les nouveaux tarifs comme une menace, profitez de l’occasion pour vous assurer que votre stratégie d’approvisionnement répond bien aux besoins de vos clients et de votre entreprise.

Notre pratique de commerce de détail et de produits de consommation

Vous souhaitez transformer votre stratégie d’approvisionnement? L’équipe des services au secteur du commerce de détail et des produits de consommation de PwC Canada compte plus de 250 spécialistes offrant des services à des sociétés de tous les secteurs du commerce de détail et des produits de consommation.

Notre équipe peut vous aider à élaborer une méthode d’évaluation fondée sur vos objectifs d’approvisionnement et d’affaires puis utiliser l’analytique des données pour vous aider à améliorer vos résultats.

{{filterContent.facetedTitle}}

{{contentList.dataService.numberHits}} {{contentList.dataService.numberHits == 1 ? 'résultat' : 'résultats'}}
{{contentList.loadingText}}

Contactez-nous

Anita McOuat

Associée, leader sectoriel national, TMT et Marchés de consommation, Certification, PwC Canada

Tél : +1 416 869 8667

Myles Gooding

Associé responsable du secteur du Commerce de détail et des produits de consommation, Conseils, PwC Canada

Tél : +1 416 687 8598

Jaime Seidner

Associé, PwC Canada

Tél : +1 416 687 8492

Zamina Walji

Première directrice, Certification, Marchés de consommation, PwC Canada

Tél : +1 416 687 8909

Suivre PwC Canada