Skip to content Skip to footer
Recherche

Loading Results

L’Industrie 4.0 : l’occasion de briller pour le secteur manufacturier canadien


L’Industrie 4.0, ou la quatrième révolution industrielle, est amorcée. La technologie numérique transforme radicalement le monde industriel et manufacturier. Les sociétés canadiennes se trouvent dans une position unique pour saisir les occasions créées par cette révolution, mais elles doivent agir rapidement, sans quoi elles risquent de se laisser distancer pour de bon.
 

L’Industrie 4.0: la numérisation intégrale

La quatrième révolution industrielle va bien au-delà de concepts tels que l’Internet industriel et l’usine numérique. Dans l’Industrie 4.0, les entreprises numérisent leurs actifs physiques et les intègrent dans des écosystèmes numériques tout au long de la chaîne de valeur, des fournisseurs jusqu’aux consommateurs. 

Le rapport PwC 2016 Global Industry 4.0 Survey révèle que de plus en plus d’entreprises industrielles intègrent la transformation numérique de l’Industrie 4.0 au cœur de leur stratégie. À l’échelle mondiale, ces entreprises prévoient doubler leur niveau moyen de numérisation, qui passera de 33 % à 72 % d’ici cinq ans, et investir plus de 900 milliards de dollars US chaque année à cette fin. Le message qui ressort de notre étude est clair : le temps des débats est révolu, il faut passer à l’action et investir dès maintenant.

Aucun facteur précis ne sert de moteur à l’Industrie 4.0, mais les pressions liées à la croissance profitable sont très fortes. De plus, les consommateurs en demandent plus, mais exigent des prix toujours plus bas. Les technologies numériques offrent un moyen de satisfaire à ces demandes et offrent la possibilité d’offrir de nouveaux produits et services, tout en assurant une profitabilité à l’entreprise. Parallèlement, les chefs de file de l’industrie ont déjà entamé leur transformation numérique, ce qui exerce une pression sur leurs concurrents, qui doivent suivre le rythme. En outre, l’Industrie 4.0 constitue, pour les entreprises qui ne peuvent espérer faire concurrence sur les coûts (comme certaines entreprises canadiennes) le moyen de prospérer de façon durable dans les années à venir.

La performance redéfinira le paysage concurrentiel

Grâce à la technologie numérique qui sous-tend l’Industrie 4.0, les entreprises feront un bond prodigieux en matière de performance opérationnelle et financière, ce qui redessinera totalement le paysage concurrentiel.

Pour chacun des secteurs observés, de l’aéronautique à la logistique, les entreprises prévoient devenir beaucoup plus efficaces et réaliser d’importantes économies de coûts grâce à des investissements massifs dans le numérique. Selon leurs prévisions, la productivité devrait augmenter en moyenne de 4,1 % par an jusqu’à 2020, et les coûts, baisser en moyenne de 3,6 % ou de 493 milliards de dollars US par an au cours de la même période. De plus, le tiers des entreprises de chaque secteur industriel s’attend à des gains de productivité et à des réductions de coûts de 20 % ou plus.

Comment comptent-elles y parvenir? En investissant dans des projets de fabrication intelligente, notamment dans les solutions de planification et d’ordonnancement intégrées, où les données de l’entreprise se combinent avec l’information sur le niveau des stocks, la demande des consommateurs, etc., provenant de partenaires le long de la chaîne de valeur. La planification intégrée de la production permet d’améliorer l’utilisation des actifs ainsi que les capacités de production. Quant à l’analyse prédictive, elle accroît la disponibilité des actifs en optimisant le calendrier de maintenance. Et ce n’est que le début.

L’ampleur de ces gains de productivité et des réductions de coûts pourrait conférer aux entreprises qui agissent rapidement un avantage concurrentiel presque insurmontable pour leurs concurrents. Si ne serait-ce que la moitié des prévisions se réalisent, de nombreuses entreprises pourraient se trouver dans l’incapacité de rivaliser avec leurs concurrents simplement parce qu’elles ne pourront pas fonctionner de façon rentable comme leurs pairs.

Toutefois, cette nouvelle ère d’investissements numériques ne se résume pas à la réduction des coûts et à l’amélioration de la productivité. L’Industrie 4.0 offre de bonnes occasions d’accélérer la croissance. En fait, 86 % des entreprises interrogées s’attendent à réduire leurs coûts et à accroître leurs revenus au cours des cinq prochaines années grâce à la transformation numérique.

Les entreprises utilisent le numérique pour introduire de nouveaux produits, ou encore pour élargir leur portefeuille de produits existants. Elles exploitent l’analyse des données pour créer des services et des solutions numériques. Elles se servent des données pour mieux cerner les activités les plus profitables, et aussi pour proposer, de façon proactive, des produits et des services personnalisés aux clients. Elles espèrent que ces efforts en matière de numérique entraîneront, en moyenne, une croissance de 2,9 % de leur chiffre d’affaires, soit 421 milliards de dollars US, par année jusqu’en 2020. 

Repenser le consommateur

La façon dont les entreprises industrielles ont adopté la technologie numérique signifie que les relations avec leurs clients changent elles aussi rapidement. L’ancien paradigme «  fabriquer un produit, le vendre, puis passer à autre chose » tire à sa fin. Les consommateurs ont désormais un rôle à jouer puisque la technologie numérique permet aux fabricants de collaborer avec eux pour créer et livrer des produits qui sont de plus en plus adaptés à leurs besoins hautement spécifiques.

La plupart des sociétés que nous avons interrogées prévoient bâtir leur offre numérique pour les consommateurs au cours des prochaines années, que ce soit en créant de nouveaux produits ou en intégrant des éléments numériques dans les produits existants. L’analyse prédictive recèle des possibilités encore plus intéressantes, permettant aux entreprises de prévoir la demande et d’amener les consommateurs à réaliser rapidement leurs objectifs. Près du trois quarts des entreprises interrogées estiment que les solutions analytiques amélioreront considérablement les relations avec les clients dans les années à venir.

Les entreprises canadiennes doivent adopter la nouvelle mentalité associée à l’Industrie 4.0 si elles veulent tirer parti des opportunités numériques qui en émergeront. Celles qui se considèrent comme de simples fabricants de produits, ou à peine plus, auront une vision très étroite et limitée des opportunités offertes. Par contre, celles qui mobiliseront leurs efforts autour de l’expérience client seront plus disposées à faire vivre cette expérience tant désirée. Par exemple, un fabricant d’équipement minier peut estimer que le fait de remettre à ses clients des analyses fondées sur les données concernant la performance et l’utilisation efficace de leurs équipements crée de la valeur qui va bien au-delà de la simple vente du produit.

Des produits aux plateformes

Partout dans le monde, les entreprises manufacturières et industrielles exploitent les données et les technologies numériques pour concevoir de nouveaux services à valeur ajoutée pour leurs clients. Pour ce faire, un grand nombre d’entre elles ont entrepris de passer du produit à la plateforme, comme les interfaces d’échanges numériques et la technologie interopérable, et notamment les systèmes de gestion du cycle de vie du produit et les systèmes d’exécution de la fabrication qui permettent aux fournisseurs d’établir une relation avec leurs clients et d’interagir avec eux. Ces plateformes présentent de nombreux avantages pour leurs propriétaires puisque les données des clients peuvent être utilisées pour affiner les prévisions, améliorer les produits existants et créer de nouveaux produits afin de répondre aux nouvelles demandes ou de réagir aux demandes insatisfaites.

Le propriétaire d’une plateforme détient également l’accès aux clients. Et, comme le montre le cas de certains grands noms du secteur des logiciels et de l’Internet, ceux qui agissent en premier — ou rapidement — peuvent bâtir une relation très étroite avec leurs clients. Le propriétaire de la plateforme peut ainsi obtenir une part de marché considérable, et même dominer le marché.

Le plus grand obstacle : les talents

Malgré les perspectives prometteuses offertes par  l’Industrie 4.0, son avènement, à savoir la mise en place de la culture, des structures organisationnelles, du leadership et des compétences nécessaires pour prospérer dans le nouveau monde de l’industrie numérique, constitue un véritable défi pour les entreprises.

La moitié des entreprises industrielles et manufacturières croit que les véritables défis de l’ère de l’Industrie 4.0 résident dans l’établissement d’une culture numérique et la formation de personnel compétent, et cela s’applique même aux entreprises qui pensaient que leur propre transformation était déjà en cours. Alors que les entreprises de tous les secteurs cherchent désespérément à recruter des spécialistes dans le domaine numérique, il n’est pas surprenant de constater que les entreprises manufacturières et industrielles considèrent que la voie à suivre est de développer la compétence à l’interne.

Les entreprises canadiennes ont un avantage important sur leurs concurrents établis ailleurs dans le monde. Le Canada est riche de talents essentiels au succès d’une entreprise qui évolue dans l’Industrie 4.0 : des ingénieurs en logiciel, des informaticiens, des analystes de données, et plus encore. Nos écoles continuent de former des talents de ce type chaque année. En outre, des talents du niveau des experts de la Silicon Valley et dont nous bénéficions localement sont disponibles à un coût moindre que celui exigé par leurs homologues des États-Unis.

Impératifs de l’Industrie 4.0 pour le Canada

Les produits manufacturiers et industriels occupent depuis longtemps une place importante dans l’économie canadienne, et cette importance a été mise en relief, une fois de plus, avec la dégringolade du secteur énergétique. Même si le secteur est plus fort et plus concurrentiel que jamais, ses entreprises ne peuvent se reposer sur leurs lauriers à l’aube de la quatrième révolution industrielle.

L’Industrie 4.0 et la transformation numérique offrent aux entreprises canadiennes la chance de rester concurrentielles et pertinentes dans les années à venir. Dans les faits, l’investissement n’est pas optionnel. Les concurrents du monde entier investiront plus de 900 milliards de dollars US chaque année pour numériser l’ensemble de leurs activités. Les chaînes d’approvisionnement seront transformées  et les sociétés qui ne disposeront pas des capacités numériques nécessaires seront incapables de participer à cette révolution, et encore moins de rivaliser avec leurs concurrents.

Le secteur manufacturier canadien ne pourra pas soutenir la concurrence avec les pays où le coût de la main-d’œuvre est faible, cette époque est bel et bien révolue. Néanmoins, tout ce qui est fabriqué doit d’abord être conçu, et l’Industrie 4.0 offre donc une issue aux entreprises canadiennes dans un monde numérique qui évolue rapidement. Il serait tout indiqué pour les entreprises canadiens d’exploiter la numérisation de leur industrie afin de devenir les moteurs du changement plutôt que les victimes de celui-ci.

Mais la transformation ne peut attendre. Les entreprises canadiennes doivent commencer à naviguer dès aujourd’hui dans l’Industrie 4.0, car la « fenêtre d’opportunités » est déjà sur le point de se refermer.

Contactez-nous

Matthew Wetmore

Matthew Wetmore

Associé directeur national, Industries et régions, PwC Canada

Tél : +1 403 509 7483

Michael Kamel

Michael Kamel

Associé, Trsansactions, PwC Canada

Tél : 514 205 3976

Neil Manji

Neil Manji

Leader national, ESPMI, PwC Canada

Tél : +1 416 687 8130

Denis Ouellet

Denis Ouellet

, PwC Canada

Tél : +1 514 205 5167

Nochane Rousseau

Nochane Rousseau

Associé directeur, Grand Montréal, PwC Canada

Tél : +1 514 205 5199 

Mario Longpré

Mario Longpré

Associé, PwC Canada

Tél : +1 514 205 5065

Kevin Bromley

Kevin Bromley

Associé, PwC Canada

Tél : +1 604 806 7515

Suivre PwC Canada