Tests de dépréciation de l’écart d’acquisition (ou goodwill)

Affichez la page en: English

L’adoption des Normes internationales d’information financière : une question d’évaluation autant qu’une question de comptabilisation

La date d’adoption obligatoire des Normes internationales d’information financière (IFRS) au Canada, fixée à 2011, approche à grands pas. Les entités s’appliquent désormais à préparer leurs premiers états financiers IFRS, qui comprennent le bilan d’ouverture au 1er janvier 2010.

À la date de basculement vers les IFRS, le 1er janvier 2010 pour la majorité des entités, les entreprises devront effectuer un test de dépréciation du goodwill, qu’il y ait ou non une indication d’une perte de valeur. Les entités qui adoptent les normes IFRS pour la première fois devront appliquer les concepts de la Norme comptable internationale (IAS) 36, lesquels diffèrent des normes canadiennes et américaines actuelles, lors des tests de dépréciation du goodwill.

L’approche et la méthodologie imposées par la norme IAS 36 concernant les tests de dépréciation du goodwill, de même que la nouvelle terminologie employée (valeur recouvrable, unités génératrices de trésorerie, valeur d’utilité, juste valeur diminuée des coûts de la vente), pourraient constituer des défis à relever pour les entreprises. Effectuer un test de dépréciation selon la norme IAS 36 est autant un exercice d’évaluation que de comptabilité.  

Les règles dictées par la norme IAS 36 sont complexes. Afin d’effectuer une transition en douceur vers les IFRS en 2010 et d’éviter les mauvaises surprises en 2011, les entreprises devraient commencer dès maintenant et ne pas hésiter à demander conseil à des professionnels.

Comment PwC peut vous aider

Nos spécialistes en évaluation d’entreprise comprennent les différences cruciales entre les IFRS et les normes canadiennes et américaines actuelles en matière de juste valeur et d’évaluation de la dépréciation.  Nous possédons les connaissances et l’expérience nécessaires pour répondre aux besoins d’évaluation des organisations pendant leur conversion aux IFRS.

Chercher conseil auprès de nos spécialistes en évaluation peut aider votre équipe de direction à :

  • reconnaître et résoudre les problèmes liés à la juste valeur et aux tests de dépréciation grâce à des professionnels possédant les connaissances et l’expérience pratique nécessaires;
  • rester sur la bonne voie en ce qui a trait aux problèmes liés à la juste valeur et aux tests de dépréciation pendant l’année de transition;
  • réduire le risque d’erreurs importantes liées à la juste valeur et aux tests de dépréciation au cours de la période de transition;
  • enclencher le processus de transition rapidement afin d’assurer qu’il n’y ait pas de mauvaises surprises en 2011;
  • planifier une mise en œuvre plus efficace et moins coûteuse;
  • répondre en temps opportun aux besoins de votre entreprise en matière de juste valeur et de tests de dépréciation.

Communiquez avec nous dès aujourd’hui.