La société en pleine expansion a aussi besoin d’un conseil d’administration

Affichez la page en: English

Toute entreprise qui peut compter sur l'efficacité d'un conseil d'administration en bonne et due forme ou d'un conseil consultatif informel dispose d'une source de conseils utile et relativement peu onéreuse. La petite ou la moyenne entreprise notamment peut ainsi accéder à un vaste éventail d'experts qui offrent de précieux conseils en toute objectivité pour améliorer la gestion de l'entreprise.

Comment le conseil ajoute de la valeur à une entreprise à forte croissance

Les membres du conseil d'administration d'une petite société n'ont pas besoin de faire appel à un vaste réseau de relations pour contribuer à la rentabilité et à la réussite de l'entreprise. Parmi les chefs de la direction d'entreprises canadiennes de logiciels à forte croissance sondés récemment par PwC, 75 % ont déclaré que c'est avant tout par leurs conseils diversifiés et précis que leur conseil d'administration et leur comité consultatif leur avaient été utiles. L'entreprise à forte croissance a aussi besoin d'un conseil d'administration qui puisse guider sa direction. Dans le sondage de PwC, 64 % des chefs de la direction sentaient le besoin d'être mieux épaulés par leur conseil d'administration. La plupart des répondants estimaient savoir régler les problèmes quand ils se posaient, mais ont dit avoir besoin de conseils de nature plus personnelle au chapitre des compétences « comportementales » en gestion d'entreprise.

La taille de l'entreprise ne devrait pas influer sur l'efficacité du conseil

Ce que le chef de la direction d'une entreprise à forte croissance attend de son conseil :

  • Qu'il fasse bénéficier l'entreprise de son expérience dans le secteur;
  • Qu'il pose les bonnes questions, même si elles sont parfois difficiles;
  • Qu'il fasse preuve d'intégrité en s'opposant au chef de la direction quand il a tort.

Bien que les conseils d'administration des petites et moyennes entreprises fermées ne soient pas soumis à des exigences réglementaires, leurs membres devraient recourir aux meilleures pratiques qui sont requises des entreprises cotées en Bourse. Ces administrateurs seraient bien avisés d'insister pour que le conseil adopte les meilleures pratiques ayant cours dans les entreprises cotées en Bourse afin d'assurer la bonne conduite, la productivité et la santé de l'entreprise. Il n'est pas rare non plus qu'une petite société cherche à se faire acquérir par une plus grande. Si tel est le cas, il ne faut pas lésiner sur les moyens pour projeter la meilleure image financière possible.

Pourquoi songer à siéger au conseil d'une entreprise à forte croissance?

Les administrateurs ont le plus souvent coutume de chercher à siéger aux conseils de grandes sociétés cotées en Bourse — lesquelles sont habituellement celles qui ont effectivement un conseil d'administration. Mais il existe un créneau dans l'univers des entreprises à forte croissance, que les administrateurs canadiens pourraient occuper avantageusement sur les plans personnel et financier.

Précisons toutefois que celui qui se lance dans l'aventure doit être prêt à consacrer le temps et les efforts nécessaires pour guider une petite entreprise sur la voie de la rentabilité.

« La personne qui ne veut regarder que les chiffres et se concentrer sur les résultats, de préciser Mike Harris, leader du groupe Gouvernance d'entreprise de PwC, n'est pas celle qu'il faut à une petite entreprise. »

Les membres du conseil d'une petite ou moyenne entreprise doivent avoir de l'imagination et une vision, selon M. Harris. « Il est essentiel, précise-t-il, de voir ce que l'entreprise peut devenir au bout du compte et de posséder la créativité nécessaire pour y arriver. » Nombreux sont les administrateurs qui pourraient ainsi exploiter un nouveau créneau et apprendre de leur expérience au sein de l'entreprise au fur et à mesure qu'elle progresse.