Lutte contre la fraude

Affichez la page en: English
Sarah MacGregor
Sarah MacGregor
Associée, Enquêtes et juricomptabilité de PwC
« Pendant une récession économique, les personnes peuvent commettre des actes répréhensibles pour se sortir de leurs difficultés économiques. »

Pendant les périodes économiques difficiles, les motifs qui peuvent inciter une personne à frauder augmentent alors qu’en général la détection et la prévention des fraudes ainsi que les enquêtes ne reçoivent plus toute l’attention souhaitée. De plus, même si la situation devrait s’améliorer dans un contexte postrécession, aucune société privée n’est à l’abri de la fraude : les mesures de réduction des coûts et des effectifs se sont traduites par des contrôles affaiblis ou inexistants et le terrain est propice aux fraudes financières commises par des personnes au sein comme à l’extérieur de l’entreprise.

Sarah MacGregor, Associé, Services de juricomptabilité de PwC : « Pendant une récession économique, les personnes peuvent commettre des actes répréhensibles pour se sortir de leurs difficultés économiques. Lorsque la cupidité et l’opportunisme sont de la partie, les conditions favorables aux activités frauduleuses sont réunies. »

Les types de délits les plus répandus en période de récession ou de croissance sont les dépenses abusives, détournement des revenus, les réclamations frauduleuses au titre de la responsabilité civile, les informations financières mensongères et le détournement d’actifs (c.-à-d., l’utilisation des actifs de l’entreprise à des fins personnelles).

Il est donc important que les sociétés privées fassent preuve de vigilance à l’égard des crimes économiques. Beaucoup de sociétés qui ne considèrent pas la fraude comme une priorité n’élaborent pas de programme antifraude efficace, particulièrement pendant les périodes de difficultés économiques. Elles s’exposent ainsi à un risque financier accru et leur réputation pourrait en souffrir. En fait, selon sondage mondiale Global Economic Crime Survey qui a été menée en 2014 par PwC, 36 % des entreprises canadiennes sondées ont déclaré avoir été victimes d’un délit économique. Parmi ces entreprises, 44 % ont évalué à plus de 100 000 $ US les pertes directes subies.

« Pour de nombreuses sociétés privées, activités frauduleuses riment avec pertes financières, explique Mme MacGregor. Les répercussions cependant ne se limitent pas seulement aux pertes financières. La fraude peut également avoir des conséquences négatives sur le moral des employés, les relations commerciales, l’image de marque et la réputation de l’entreprise. Les entreprises risquent aussi de perdre des clients, et c’est sans compter le temps qui devra être consacré aux enquêtes et les coûts sous-jacents qui devront être engagés. »

Réduire les risques

Comment les sociétés privées peuvent-elles réduire les risques?

Une modification en profondeur du programme de gestion de la fraude n’est pas le seul moyen de combattre efficacement les délits économiques. Les entreprises peuvent adopter des stratégies simples et peu coûteuses à court terme. Voici ce que Mme MacGregor suggère :

  • Garantir la protection physique des espèces et s’assurer que la surveillance est appropriée. La protection est essentielle, en particulier lorsqu’il s’agit d’espèces. Certaines mesures dissuasives, comme le comptage surprise du fonds de caisse, peuvent dissuader les employés qui autrement pourraient avoir l’impression que l’argent n’est pas étroitement surveillé.
  • Effectuer des rapprochements et faire faire des examens indépendants régulièrement et en temps utile. Informer les employés qu’un examen indépendant est en cours.
  • S’assurer que les employés prennent toutes leurs vacances chaque année. De nombreux fraudeurs ont l’habitude de ne prendre qu’une partie de leurs vacances ou de ne pas prendre de vacances du tout.
  • Poster les chèques immédiatement après les avoir signés. Ne pas laisser traîner les chèques signés; ils pourraient facilement être volés.

Les sociétés privées devraient s’assurer dans leur planification à long terme que leurs programmes antifraude sont aussi efficaces que possible. « Il existe de nombreux moyens d’atténuer le risque. Chaque entreprise devrait trouver et mettre en place les mesures qui sont particulièrement bien adaptées à ses activités. » Mme MacGregor suggère de prendre en compte les éléments suivants :

  • Définir des indicateurs de risque dans le cadre de l’évaluation du risque de fraude. Évaluez vos systèmes et contrôles du point de vue du fraudeur. Par exemple, si vous demandez à vos employés de fournir des reçus pour toutes les dépenses supérieures à 25 $, vous devriez vous méfier des reçus de 23 $ qui vous sont soumis fréquemment par la même personne.
  • Adopter une gouvernance d’entreprise solide et utiliser des contrôles internes efficaces. Séparez les rôles et les responsabilités : la personne responsable du rapprochement bancaire ne devrait pas avoir la possibilité d’établir des chèques ni d’enregistrer des opérations conclues avec les clients. Un code de conduite efficace ainsi qu’un contrôle approprié effectué par le comité d’audit et le conseil d’administration seraient des outils précieux pour atténuer le risque de fraude au sein de l’entreprise.
  • Tenir des séances d’information sur la fraude. Présentez aux employés les divers types de stratagèmes frauduleux, y compris les risques sous-jacents; discutez comment ces stratagèmes peuvent être détectés et montrez-leur comment concevoir et évaluer les contrôles.
  • Créer un service d’assistance téléphonique anonyme. Des mécanismes de déclaration d’incidents comme un service d’assistance téléphonique, un courriel, un site Web ou une boîte postale permettent aux employés et aux clients de signaler une fraude sans crainte de représailles.
  • Préparer un protocole d’enquête. En cas d’enquête sur des allégations de fraude, assurez-vous que vos employés savent ce qu’il faut faire et à qui s’adresser. Évaluez vos besoins en aide extérieure, notamment le recours à des juricomptables indépendants.
  • Connaître ses employés. Établir des critères d’embauche et de promotion qui vous aideront à limiter le nombre de personnes incompétentes au sein de l’entreprise ou qui ne méritent pas votre confiance. La vérification des antécédents judiciaires, la validation des attestations d’études et le contrôle des références permettent d’identifier certaines anomalies dans une candidature.

« Si des mesures antifraude sont adoptées et communiquées au sein de l’entreprise, les employés arrêteront de frauder en sachant que leurs actions ne passeront pas inaperçues. Cependant, il ne suffit pas de mettre en place une stratégie, les entreprises doivent également la mettre en œuvre et surveiller le risque. Vous devez être proactifs afin d’éviter les conséquences d’un scandale et vous assurer que vous pouvez agir rapidement et efficacement si le pire se produit. »


Let's Talk: Lutte contre la fraude (98 KB)
Téléchargez l'article en format PDF.


Pour lire tous les articles de la Série de balados « Let's Talk », veuillez consulter les pages ci-dessous :

« Prévoir du temps pour développer son entreprise »
Guide pour une stratégie de médias sociaux fructueuse
Planifier pour réussir : La planification de la relève, un moyen de créer de la valeur et des talents
Planifiez mieux, payez moins : Des stratégies fiscales efficaces pour votre entreprise familiale
Préparer l’avenir : Assurer une transition réussie vers une entreprise gérée de manière professionnelle
En route vers la mobilité
La chaîne d’approvisionnement, source de croissance
La croissance à l’ordre du jour
Une planification stratégique concrète
La rentabilité du développement durable
La règle des 21 ans et les fiducies familiales
Des lois fiscales américaines : Ce que vous devez savoir
La puissance des nuages
Contrôle interne
La création de valeur
Lutte contre la fraude
Cinq étapes pour une entreprise plus verte
Gestion des risques
Maximisez vos économies d'impôt
Tirez parti du ralentissement
La relation avec votre banquier