La puissance des nuages

Affichez la page en: English
Philip Grosch
Associé et leader national des Services conseils en technologie
« C’est un énorme changement qui donne à une entreprise privée les moyens de concurrencer n’importe qui. »

La prestation de services informatiques aux entreprises vit une profonde mutation.

« Nous assistons à la transformation probablement la plus radicale des 20 dernières années, dit Philip Grosch, associé et leader national des Servicesconseils en technologie de PwC. Logiciel, infrastructure et plateforme, tout devient un « service » fourni à distance, ce qui permet aujourd’hui aux sociétés privées de bénéficier des mêmes ressources que les grandes sociétés, du moins pour la capacité et la puissance de traitement informatique.

« L’émergence de ces trois formes de service permet aux sociétés privées d’accéder à des capacités et à des fonctionnalités qui étaient encore récemment l’apanage des très grandes sociétés, financièrement très solides, explique M. Grosch. Prenez, par exemple, la gestion des relations clients. Les entreprises de taille plus restreinte devaient se contenter d’applications très simples. Si vous vouliez déployer une fonction de gestion des relations clients à l’échelle de l’entreprise, vous deviez acheter un produit beaucoup plus cher, de plusieurs millions de dollars.

Aujourd’hui, une petite entreprise en démarrage, employant cinq personnes, peut louer cette fonctionnalité en payant selon l’utilisation. C’est un énorme changement qui donne à une entreprise privée les moyens de concurrencer n’importe qui. » Et tout cela est possible grâce à « l’informatique en nuages », un nouveau concept qui transforme les services technologiques.

L’informatique en nuages est à la base de l’évolution des services innovateurs proposés par des sociétés comme Amazon, Google, Facebook, Microsoft et Flikr. Ces nouveaux services permettent aux consommateurs d’utiliser de nouvelles technologies sans avoir à installer quoi que ce soit dans leurs ordinateurs. Toutes les fonctionnalités sont là quelque part dans l’espace cybernétique, sur demande.

Au niveau de l’entreprise, l’informatique en nuages se divise en trois grandes composantes :

  • Le service logiciel : distribution des fonctionnalités selon un modèle à la demande comparable à celui des services publics. « Vous pouvez vous procurer la technologie dont vous avez besoin sans investir dans des serveurs ou des systèmes d’exploitation traditionnels. Vous les louez à des prestataires de services, c’est tout », explique M. Grosch.
  • Le service infrastructure : dans un modèle traditionnel, si vous avez besoin d’applications commerciales, de saisir des données, des documents, des données historiques ou des opérations, vous devez acheter du matériel et l’installer dans un bureau ou un local de vente. Et chaque fois que la croissance de vos affaires franchit une étape importante, vous devez acheter plus de matériel pour gérer une infrastructure logicielle en expansion. « Avec l’informatique en nuages, vous louez l’infrastructure, dit M. Grosch. Des sociétés comme Microsoft, Google et Amazon ont investi des sommes colossales dans des centres de traitement de données virtuelles et elles cherchent à rentabiliser leurs investissements en vous louant leurs ressources. Vous vous connectez à un de ces prestataires et louez l’infrastructure dont vous avez besoin quand vous en avez besoin. Vous êtes libéré d’un seul coup de tous les problèmes d’infrastructure. »
  • Service de plateforme : dans un modèle traditionnel, si vous voulez créer et déployer une application propre à votre entreprise, vous devez utiliser un système d’exploitation classique, installer un serveur, embaucher des programmeurs et élaborer l’application à l’interne. « Un service plateforme fait passer le service au stade supérieur. En d’autres mots, vous n’avez pas besoin d’un système d’exploitation, vous n’avez pas besoin d’outils de développement et vous n’avez pas besoin d’infrastructure. Vous louez les ressources nécessaires à un fournisseur pour construire et déployer votre application particulière qui résidera ensuite dans le nuage. »

Grâce à tous ces progrès, les entreprises privées disposent peu à peu de toutes les capacités dont elles ont besoin sur le plan technologique sans avoir à construire une vaste structure IT interne. Les avantages sont indéniables : baisse des coûts, réduction des délais de mise en marché et accès aux fonctionnalités dont les grandes entreprises jouissent depuis longtemps.

Ce saut quantique dans la prestation de services informatiques a naturellement des conséquences. « Les propriétaires d’entreprises doivent savoir exactement quels genres de contrat ils veulent passer avec ces fournisseurs, dit M. Grosch. Ils doivent aussi comprendre les conséquences sur le plan de la sécurité et de la confidentialité et comprendre aussi comment ils peuvent intégrer ces services dans leurs activités courantes, avec la technologie déjà en place, en portant une attention particulière au rapatriement des données et des applications à l’interne plus tard. Il est important de demander l’aide d’un spécialiste pour bien saisir les avantages potentiels et les possibilités d’exploitation de la puissance de l’informatique en nuages et pour l’utiliser à bon escient dans une entreprise. »

Cette transformation survient au moment où l’informatique mobile vit elle aussi une grande mutation. L’évolution des téléphones intelligents et des tablettes ouvre de nouvelles possibilités aux entreprises qui peuvent aujourd’hui fournir à leurs employés mobiles des ressources technologiques à une fraction de ce que cela leur aurait coûté il y à un peu plus de 12 mois. « L’informatique mobile en nuages fait ses premiers pas, mais c’est une ressource très importante que les sociétés doivent comprendre et commencer à envisager ou à mettre à l’essai, sur une base sélective, selon la nature de leurs activités », dit M. Grosch.

« Nous atteignons une croisée des chemins où l’évolution de l’informatique mobile rencontre le service logiciel, pour donner naissance à l’informatique mobile en nuages. Les sociétés privées peuvent maintenant intégrer et déployer à grande échelle des applications préconstruites sur des appareils comme la tablette que Blackberry lancera bientôt sur le marché et le iPad, conclut-il. Nous vivons des temps passionnants. Les précurseurs en tirent déjà des avantages, mais bientôt tout le monde les utilisera. D’ailleurs, les chefs d’entreprises de la génération montante ont déjà tellement l’habitude d’utiliser des services logiciels et des appareils mobiles que les sociétés qui ne les offriront pas seront un jour fortement désavantagées. »


Téléchargez l'article en format PDF (76 KB)


Pour lire tous les articles de la Série de balados « Let's Talk », veuillez consulter les pages ci-dessous :

« Prévoir du temps pour développer son entreprise »
Guide pour une stratégie de médias sociaux fructueuse
Planifier pour réussir : La planification de la relève, un moyen de créer de la valeur et des talents
Planifiez mieux, payez moins : Des stratégies fiscales efficaces pour votre entreprise familiale
Préparer l’avenir : Assurer une transition réussie vers une entreprise gérée de manière professionnelle
En route vers la mobilité
La chaîne d’approvisionnement, source de croissance
La croissance à l’ordre du jour
Une planification stratégique concrète
La rentabilité du développement durable
La règle des 21 ans et les fiducies familiales
Des lois fiscales américaines : Ce que vous devez savoir
La puissance des nuages
Contrôle interne
La création de valeur
Lutte contre la fraude
Cinq étapes pour une entreprise plus verte
Gestion des risques
Maximisez vos économies d'impôt
Tirez parti du ralentissement
La relation avec votre banquier