Transactions canadiennes : Est-ce que le calme de 2013, mènera vers un regain en 2014?

Affichez la page en: English

La vigueur des autres secteurs ne comble pas le vide laissé par les ressources naturelles

MONTRÉAL, 29 janvier 2014 — Les fusions et acquisitions dans les secteurs du commerce de détail, de l’immobilier, des services publics et des caisses de retraite n’ont pas suffi à compenser le nombre minime de transactions réalisées dans les secteurs pétrolier et minier du Canada. Même les transactions significatives dans le secteur des sciences de la vie, au quatrième trimestre, n’ont pas empêché que 2013 soit l’année la plus tranquille depuis 2009, selon la dernière édition du bulletin Capital Markets Flash de PwC. En tout 2 500 transactions d’une valeur de 162 milliards $ ont été annoncées en 2013. 

« Nous avions entamé 2013 avec optimisme puisqu’il était possible de mobiliser autant des fonds propres que des emprunts et que la conjoncture économique s’améliorait », dit Miriam Pozza, associée et leader du groupe Transactions de PwC au Québec, chez PwC.

Au risque de paraître une fois de plus optimiste, Mme Pozza estime que 2014 semble réunir les ingrédients clés nécessaires à des fusions et acquisitions qui manquaient en 2013 – des valorisations plus fortes en Bourse et un sentiment positif sur les marchés.

« L’indice S&P500 a augmenté de près de 30 % en 2013 et les marchés ont même continué de progresser quand la Fed a ouvertement défini les paramètres d’une réduction progressive de l’assouplissement quantitatif, ce qui les aurait fait dégringoler il y a douze mois. Cette perspective devrait aider les acquéreurs qui reprennent confiance à combler les écarts de valorisation avec les vendeurs », dit Mme Pozza.

L’année 2013 ne s’est pas terminée par une grande finale, le quatrième trimestre enregistrant à peine 716 transactions pour une valeur globale inférieure de 26 % à celle du quatrième trimestre 2012. Mais à 44 milliards $, leur somme totale ne se démarquait pas nettement de la performance d’après la crise. Une ventilation par secteur révèle que, pour ce trimestre, les services publics et l’énergie occupaient, avec l’immobilier, le haut du classement en termes de valeur, avec une participation non attendue du secteur des sciences de la vie avec deux transactions de plus de 1 milliard $.

« Le secteur américain de la biotechnologie a été très vigoureux – et les sociétés américaines étaient en bonne posture pour s’en prendre à des cibles canadiennes, dit Nitin Kaushal, directeur général, Financement d’entreprises, chez PwC. Les sociétés génératrices de revenus sont plutôt rares dans ce secteur, et les grandes sociétés canadiennes sont des cibles intéressantes. On peut s’attendre à un rebond des activités de financement dans le secteur des sciences de la vie cette année où les investisseurs réinjectent des fonds dans des entreprises à un stade de maturité moins avancé. »

perspectives des fusions et acquisitions : 2014 comparativement à 2013

  • Des capitaux à investir dans les fonds propres restent disponibles et en quête de rendement – Comme il y a 12 mois, les sociétés et les fonds de placement privé disposent de ressources considérables dont une partie devrait servir à des activités de regroupement d’entreprises. La question est de savoir si ces capitaux se montreront plus impatients – ce qui est presque une certitude pour les fonds de capital-investissement, alors que les sociétés peuvent toujours choisir de reverser leurs excédents de trésorerie aux actionnaires, comme elles l’ont fait en 2013.
  • Des capitaux d’emprunt restent disponibles et compétitifs – Il semble que les taux d’intérêt canadiens resteront bas pendant un certain temps encore. À la différence d’il y a un an, les observateurs de la scène économique pensent maintenant que les taux pourraient augmenter aux États-Unis avant de commencer à monter au Canada.
  • Taux de change – Le dollar canadien délaisse la parité et la plupart des observateurs prédisent un recul graduel, mais régulier toute l’année 2014. C’est de bon augure pour les secteurs exportateurs.
  • Caisses de retraite – Les caisses de retraite canadiennes qui investissent directement devraient bien tirer leur épingle du jeu en 2014 – comme en 2013. On peut s’attendre à ce qu’elles continuent d’injecter des fonds dans l’immobilier et les infrastructures, et aussi s’associer à des sociétés de capital-investissement pour monter de quelques crans sur l’échelle du risque-rendement.
  • Dette des ménages – Les niveaux d’endettement record des ménages entraîneront sans doute des difficultés dans le commerce de détail, mais la compression des marges que cela provoquera pourrait continuer de stimuler les fusions et acquisitions, car il devient plus important que jamais de réaliser des économies d’échelle.

 

« Avec la reprise de l’économie américaine et alors que les valorisations des sociétés sont nettement supérieures à l’an dernier, nous nous attendons à ce que l’essentiel de la poussée en faveur de fusions et d’acquisitions d’entreprises en 2014 émane de vendeurs qui obtiendront ce qu’ils considéreront comme des prix raisonnables de la part d’acheteurs qui ont plus confiance dans l’avenir », conclut Mme Pozza.

Pour de plus amples renseignements, et pour recevoir le bulletin Capital Markets Flash de PwC, consultez le site : http://www.pwc.com/ca/fr/deals. Un exemplaire du rapport est également à la disposition des représentants des médias. Tous les chiffres sont exprimés en dollars US.

Suivez PwC sur Twitter au @PwC_Canada_LLP et sur Facebook au www.facebook.com/pwccanada.

À propos de l’équipe Transactions de PwC

L’équipe Transactions de PwC (http://www.pwc.com/ca/fr/deals/index.jhtml) aide les clients à réaliser des transactions fructueuses – de la conception à la conclusion, et au-delà. Faisant partie du plus important groupe de services transactionnels du monde1, l’équipe Transactions de PwC Canada vous ouvre la porte d’un nouvel univers stimulant de fusions et d’acquisitions.

PwC Canada

PwC Canada aide les organisations et les particuliers à créer la valeur qu’ils recherchent. Plus de 5 700 associés et employés s’emploient à fournir des services de grande qualité en matière de certification, de fiscalité, de conseils et de transactions. PwC Canada est membre du réseau PwC, qui compte plus de 184 000 personnes dans 157 pays. Pour en savoir davantage, consultez notre site Web à l’adresse : www.pwc.com/ca/fr.

© PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./ s.e.n.c.r.l., une société à responsabilité limitée de l’Ontario, 2014. Tous droits réservés.

PwC s’entend du cabinet canadien, et quelquefois du réseau mondial de PwC. Chaque société membre est une entité distincte sur le plan juridique. Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez notre site Web à l’adresse : www.pwc.com/structure.