Les Canadiens peinent à suivre leur « diète financière »

Affichez la page en: English

Selon une enquête de PwC, les consommateurs abandonnent leurs bonnes résolutions quand il s’agit de réduire leur dette.

MONTRÉAL– Selon l’Enquête sur le crédit à la consommation de PwC 2013, les consommateurs canadiens ne joignent pas l’acte à la parole lorsqu’il s’agit d’alléger leur dette personnelle. Si plus de la moitié des Canadiens, soit 57 %, sont satisfaits de leur niveau d’endettement, 35 % admettent avoir des emprunts trop lourds. Toutefois, la volonté générale de réduire ces dettes ne se traduit pas par des résultats concrets.

Quel que soit le niveau d’endettement, la majorité des répondants (63 %) ont indiqué avoir eu la ferme intention de réduire leur dette l’an dernier. Pour 23 % d’entre eux seulement, ce serait chose faite, et pour 26 %, un échec total. Par ailleurs, non seulement les Canadiens ont du mal à réduire leur dette, mais ils semblent moins enclins à reporter des achats qui nécessitent des emprunts supplémentaires.

« Avec une dette moyenne représentant plus de 160 % du revenu disponible, la tendance actuelle n’est pas viable, autant pour les consommateurs que pour les banques qui leur accordent des prêts, soutient M. Alain Dugal, leader des services du secteur des institutions financières de PwC pour le Québec. C’est pareil pour tous les régimes. Entre les bonnes intentions et l’action, il y a toute une différence. Nous recommandons aux Canadiens d’examiner rigoureusement leurs dépenses discrétionnaires et de se préparer à faire des choix difficiles pour se serrer la ceinture. »

La confiance des consommateurs augmente peu à peu
Si les taux d’endettement sont élevés, la confiance des consommateurs l’est aussi. Malgré les turbulences du marché depuis la crise de 2008, 55 % des Canadiens, contre 48 % en 2012, pensent que l’économie sera stable ou en progression. Près de la moitié, soit 46 %, s’attendent à une augmentation de leurs revenus au cours des cinq prochaines années, ce qui laisse croire qu’ils hésiteront moins à s’endetter qu’ils ne le feraient en temps de crise.

« Cette confiance quant aux perspectives et à l’augmentation du pouvoir d’achat reflète une attitude optimiste peu présente ces cinq dernières années, affirme M. Andrew Smee, directeur du secteur des prêts à la consommation chez PwC. Cependant, nous ne sommes pas encore tout à fait solides, et il est important pour les consommateurs comme pour les banques d’agir avec prudence en matière de prêts et d’emprunts. »

Suivez PwC sur Twitter à @PwC_Canada_LLP et sur Facebook à www.facebook.com/pwccanada.

À propos de l’Enquête sur le crédit à la consommation de PwC en 2013
L’Enquête sur le crédit à la consommation de PwC en 2013 a été réalisée en ligne par l’entremise de LegerWeb, le panel en ligne de Léger Marketing. Un échantillon de 1 228 Canadiens, âgés de 18 ans ou plus, ont été interrogés. La précision des résultats est évaluée à 2,8 points de pourcentage ou à 19 sur 20.

PwC Canada
PwC Canada aide les organisations et les particuliers à créer la valeur qu’ils recherchent. Plus de 5 700 associés et employés s’emploient à fournir des services de grande qualité en matière de certification, de fiscalité, de conseils et de transactions. PwC Canada est membre du réseau mondial de cabinets de PwC, qui compte plus de 180 000 personnes dans 158 pays. Pour en savoir davantage, consultez notre site Web à l’adresse : www.pwc.com/ca/fr.

© PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l., société à responsabilité limitée de l’Ontario, 2013. Tous droits réservés.PwC s’entend du cabinet canadien, et quelquefois du réseau mondial de PwC. Chaque société membre est une entité distincte sur le plan juridique. Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez notre site Web à l’adresse : www.pwc.com/structure (en anglais seulement).