Les entreprises familiales prospèrent, mais qui a du talent?

Affichez la page en: English

Avec la croissance en ligne de mire, l’innovation et la planification de la relève sont essentielles

MONTRÉAL, le 25 février 2013 — Pendant l’année écoulée, soixante pour cent des entreprises familiales canadiennes sondées ont enregistré une augmentation de leurs ventes, et 88 % d’entre elles prévoient une croissance soutenue pour les cinq prochaines années. Elles doivent cependant dénicher les talents qui seront capables d’alimenter cette croissance, ce qui est un véritable défi, indique le supplément canadien de l’Enquête mondiale de PwC auprès des entreprises familiales.

Soixante-deux pour cent des entreprises familiales canadiennes affirment que leur principale préoccupation, pendant les cinq années à venir, sera le recrutement d’une main-d’œuvre qualifiée, alors qu’elles étaient 56 % à le penser en 2010. Pour 66 % des répondants au niveau mondial, c’est la performance économique qui sera la principale source d’inquiétude. Sharon Duguid, directrice du Centre de services aux entreprises familiales et aux entrepreneurs de PwC, explique cette différence par « la stabilité relative de l’économie canadienne, le vieillissement de la population active du pays et la taille restreinte de son bassin de talents ».

« Tout le monde cherche à recruter les mêmes talents, poursuit Mme Duguid. La plupart des entreprises familiales ne sont pas capables de rivaliser avec les multinationales en termes d’avantages salariaux. Et, en ce qui concerne les perspectives de carrière, leurs stratégies de croissance, qui sont plus conservatrices, ne sont guère attirantes aux yeux des jeunes professionnels pressés de gravir les échelons. »

Pourtant, la structure des entreprises familiales a des avantages intéressants à offrir, notamment sa souplesse, sa pérennité et ses perspectives à long terme. « Ces sociétés devraient faire ressortir davantage les aspects qui les rendent compétitives sur le marché du travail ainsi que leur engagement et leur loyauté envers leur personnel, avance Mme Duguid. Les gens préfèrent travailler dans des entreprises qui ont de vraies valeurs et où leurs efforts seront reconnus — deux traits caractéristiques d’entreprises familiales. »

À qui passer la relève : un membre de la famille ou quelqu’un de l’extérieur?
Un peu plus de la moitié des entreprises familiales canadiennes (51 %) prévoit confier la direction de l’entreprise à la génération suivante, contre 41 % des répondants à l’échelle mondiale. Et, 14 % d’entre elles prévoient de passer le droit de propriété à la génération suivante mais de recruter des personnes n’appartenant pas à la famille pour gérer l’entreprise. 16 % des répondants ne savent pas encore ce qu’elles feront à ce stade.

« Il est rare de voir des familles canadiennes discuter avec leurs enfants de leur intérêt de prendre les rênes de l’entreprise, voire de le leur proposer, alors qu’en Europe et en Asie, les familles ont très tôt ce genre de conversation avec leurs enfants, explique Mme Duguid. Il est primordial d’agir dans la transparence et d’établir des lignes directrices claires pour le transfert d’une génération à l’autre, car cette transition peut renforcer la société familiale — ou l’anéantir. »

Elle ajoute : « Il est essentiel de communiquer clairement avec l’ensemble de l’entreprise, surtout en cas de conflits. La mise en place des bonnes procédures pour résoudre efficacement les litiges est cruciale. » Plus de 80 % des répondants ont mis en place des procédures pour régler les conflits familiaux. Les trois méthodes les plus utilisées sont :

  • la convention entre actionnaires (69 %);
  • les mesures afférentes aux cas d’incapacité et de décès (61 %);
  • les dispositions sur l’entrée et le retrait de l’actionnariat de l’entreprise (45 %).

Marché local contre marchés mondiaux
La priorité des entreprises familiales canadiennes est d’améliorer leurs chiffres d’affaires sur le marché local, car pour 65 % d’entre elles, l’exportation de produits et services vers les pays étrangers ne génère aucune vente. Vingt-six pour cent des répondants canadiens ne prévoient pas pénétrer de nouveaux marchés au cours des cinq prochaines années.

Au niveau mondial, les ventes sur les marchés internationaux représentent un quart des ventes effectuées aujourd’hui et elles devraient passer à 30 % d’ici cinq ans.

« Cette réticence à intégrer les marchés mondiaux est un problème pour les entreprises familiales canadiennes, indique Yves Bonin, leader des Services aux sociétés privées pour PwC Montréal. Ce sont les marchés en développement qui offrent les possibilités de croissance réelles, c’est là que se trouve la demande. Il est impossible d’espérer améliorer nettement son chiffre d’affaires pendant les cinq prochaines années si on ne pénètre pas les marchés internationaux. »

Parmi les raisons avancées par les entreprises familiales canadiennes pour expliquer leur réticence à s’aventurer au-delà des frontières, on relève :

  • la fluctuation du taux de change (32 %)
  • la concurrence (24 %)
  • le contrôle des coûts (21 %)

« La taille de notre entreprise n’a guère d’importance, puisque nous sommes connectés numériquement. N’importe quelle société peut pénétrer votre marché et proposer les mêmes produits et services à vos clients, affirme M. Bonin. Parallèlement, les entreprises familiales canadiennes ont la même occasion de percer le marché international. Elles sont bien placées pour prendre plus de risques et s’endetter afin de financer une expansion mondiale. »

« L’innovation, un des principaux défis de ces prochaines années, sera indispensable aux entreprises familiales canadiennes afin d’évoluer, de croître et de faire face à la concurrence de multinationales, conclut M. Bonin. Les entreprises familiales peuvent apprendre de ces dernières, notamment dans le domaine de l’export. »

Pour obtenir de plus amples informations sur l’Enquête mondiale de PwC auprès des entreprises familiales, veuillez consulter la page suivante : http://www.pwc.com/ca/fr/private-company/family-business.jhtml. Les liens suivants mènent à d’autres articles sur l’Enquête mondiale de PwC auprès des entreprises familiales.

À propos de l’Enquête mondiale de PwC auprès des entreprises familiales
L’Enquête mondiale de PwC auprès des entreprises familiales de 21012 traite d’entreprises familiales ayant un chiffre d’affaires de plus de 5 millions de dollars US dans plus de 30 pays ou régions : l’Australie, l’Autriche, la Belgique, le Brésil, le Canada, le Danemarque, la Finlande, la France, l’Allemagne, la Grèce, Hong Kong, l’Inde, l’Irlande, l’Itale, Malte, le Mexique, le Moyen-Orient (plusieurs pays), la Roumanie, la Russie, Singapour, l’Afrique du Sud, la Corée du Sud, la Suède, la Suisse, Taïwan, la Turquie, le Royaume-Uni et les États-Unis. Les entretiens avec les hauts dirigeants de 1 952 sociétés ont eu lieu entre le 7 juin et le 18 septembre 2012. Le supplément canadien de 2012 contient 77 entretiens avec des entreprises familiales canadiennes.

Suivez PwC sur Twitter à @PwC_Canada_LLP et sur Facebook à http://www.facebook.com/pwccanada.

À propos des Services aux sociétés privées de PwC (SSP)
Plus de 65 % de la clientèle de PwC Canada est composée de sociétés privées, allant des entreprises appartenant à des personnes fortunées aux sociétés familiales gérées par des propriétaires exploitants et aux grandes entreprises gérées par des professionnels. L’équipe des Services aux sociétés privées (SSP) de PwC réunit des conseillers d’affaires dévoués qui aident les propriétaires d’entreprises à régler les problèmes courants et à atteindre leurs objectifs de réussite à long terme. Les professionnels du groupe SSP possèdent une expérience des services-conseils, de la fiscalité et de la comptabilité ainsi que des connaissances sectorielles pertinentes. Pour en savoir plus sur les Services aux sociétés privées de PwC, nous vous invitons à cliquer sur http://www.pwc.com/ca/fr/private-company/index.jhtml.

À propos de PwC Canada
PwC Canada aide les organisations et les particuliers à créer la valeur qu’ils recherchent. Plus de 5 700 associés et membres du personnel s’emploient à fournir des services de grande qualité en certification, fiscalité, conseils et transactions. PwC Canada est membre du réseau de cabinets de PwC, qui compte près de 169 000 employés dans 158 pays. Pour en savoir davantage, consultez notre site Web à l’adresse : http://www.pwc.com/ca/fr.

© PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l., une société à responsabilité limitée de l’Ontario, 2013. Tous droits réservés.

PwC s’entend du cabinet canadien, et quelquefois du réseau mondial de PwC. Chaque société membre est une entité distincte sur le plan juridique. Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez notre site Web à l’adresse : www.pwc.com/structure.