En 2012, la valeur des fusions et acquisitions sur le marché canadien a atteint un sommet depuis l’après-crise, selon PwC

Affichez la page en: English

Les acheteurs canadiens sont très actifs tant sur le marché local qu’à l’international; les méga-transactions dans les secteurs de l’énergie et de l’immobilier donnent le ton.

MONTRÉAL, le 29 janvier 2013 — En dépit d’une chute de 9,6 % dans le volume de transactions en 2012, leur valeur globale a augmenté de 10,5 % pour atteindre un niveau record depuis le pic de 2007. Dans l’ensemble, 2 811 transactions valant 210 milliards de dollars ont été conclues en 2012, indique la dernière rétrospective annuelle de PwC sur les transactions, 2012 Year in Review: Q4 Deals quarterly and 2013 Outlook.

« Le facteur clé de cette croissance a été la reprise des transactions dépassant chacune un milliard de dollars, déclare Nicolas Marcoux, leader national du groupe Transactions chez PwC. Ces méga-transactions s’élevaient à 123 milliards de dollars en 2012, soit une augmentation de 30 milliards de dollars par rapport à l’année 2011. Ce gain a compensé un faible recul dans la valeur globale des fusions et acquisitions de moins d’un milliard de dollars chacune », ajoute-t-il.”

Le secteur des ressources naturelles et celui de l’immobilier ont maintenu leur suprématie en 2012 :

  • Le secteur de l’énergie est devenu, à nouveau, l’industrie la plus prisée sur le marché canadien des fusions et acquisitions au Canada. 29 % des transactions proviennent en effet de ce secteur. En plus de la transaction entre Nexen Inc et Progress Energy, d’autres acquisitions, à l’instar de celle de Celtic Exploration par des entités affiliées à Exxon Mobil Corp. et une coentreprise regroupant Encana Corp. et PetroChina ont contribué à remettre le secteur de l’énergie en position de leader.
  • Le secteur de l’immobilier a représenté 15 % des activités cibles du marché des fusions et acquisitions au Canada. « Le taux de rendement réel sur les obligations d’État étant à zéro ou moins, les investisseurs sont prêts à tout pour trouver d’autres types d’actifs à rendement élevé. Et ils ont choisi les fusions et acquisitions dans le secteur de l’immobilier », affirme Marcoux.
  • Le secteur des métaux et des mines vient compléter le trio de tête. Il représente 11 % de la valeur des activités cibles sur le marché canadien des fusions et acquisitions. La prise de contrôle d’Inmet Mining par First Quantum Minerals est une importante opération qui a augmenté la valeur des transactions de fusions et acquisitions au quatrième trimestre de 2012.

Selon M. Marcoux, l’avenir s’annonce positif avec de bonnes perspectives de croissance pour le marché des fusions et acquisitions au Canada, en raison du faible taux d’intérêt, de la disponibilité de liquidités excédentaires aux sociétés et aux fonds de pension ainsi que sur le marché du crédit.

Le rapport de PwC, 2012 Year in Review: Q4 Deals quarterly and 2013 Outlook, présente d’autres perspectives qui sont :

  • Le retour de la méga-transaction – 2012 a enregistré le plus grand nombre de méga-transactions jamais réalisées durant ces cinq dernières années. Les 49 transactions dépassant un milliard de dollars valaient dans l’ensemble 123 milliards de dollars, soit plus de 58 % de la totalité des transactions conclues durant l’année écoulée.
  • Les activités des investisseurs canadiens sur le marché local et à l’étranger – En 2012, les fusions et acquisitions au Canada s’élevaient à 40 % de la totalité des transactions conclues. Les trois premiers secteurs, à savoir l’énergie, l’immobilier, les métaux et mines, ont représenté, en termes de valeur, plus de 57 % de l’ensemble des transactions réalisées l’an dernier. La valeur des fusions et acquisitions canadiennes à l’étranger, en 2012, a été en croissance pour la quatrième année consécutive. Elle a atteint un sommet sans précédent depuis la crise, car les sociétés canadiennes poursuivent leur recherche de possibilités d’investissements mondiaux.
  • Les fusions et acquisitions par des sociétés étrangères – les acquisitions des sociétés canadiennes par des étrangers ont représenté 27 % de la totalité des fusions et acquisitions. 89 % des investissements étrangers viennent de cinq pays. Les plus importants investisseurs sont des sociétés établies en Chine (39 %), aux États-Unis (20 %) et en Suisse (12 %).

Le rapport 2012 Year in Review : Q4 Deals quarterly and 2013 Outlook de PwC est disponible à http://www.pwc.com/ca/fr/deals/canadian-quarterly.jhtml. Une copie peut être obtenue des personnes-ressources pour les médias.

Suivez PwC sur Twitter à @PwC_Canada_LLP et sur Facebook à http://www.facebook.com/pwccanada.

PwC Canada

PwC Canada aide les organisations et les particuliers à créer la valeur qu’ils recherchent. Plus de 5 700 associés et employés s’emploient à fournir des services de grande qualité en matière de certification, de fiscalité, de conseils et de transactions. PwC Canada est membre du réseau mondial de cabinets de PwC, qui compte plus de 180 000 personnes dans 158 pays. Pour en savoir davantage, consultez notre site Web à l’adresse : www.pwc.com/ca/fr.

© PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l., société à responsabilité limitée de l’Ontario, 2013. Tous droits réservés.

PwC s’entend du cabinet canadien, et quelquefois du réseau mondial de PwC. Chaque société membre est une entité distincte sur le plan juridique. Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez notre site Web à l’adresse : www.pwc.com/structure (en anglais seulement).