Recul de plus de 40 % du financement par capitaux propres et de la capitalisation boursière des sociétés minières inscrites à la Bourse de croissance TSX selon PwC

Affichez la page en: English

Les petites sociétés minières revoient leur stratégie de croissance, alors que l’activité observée récemment sur le marché laisse présager une inversion de la tendance en 2013

MONTRÉAL, le 5 novembre — Les 100 principales petites sociétés minières inscrites à la Bourse de croissance TSX étant confrontées à un recul du financement par capitaux propres et par emprunt, ainsi que de leur capitalisation boursière, les sociétés minières doivent réduire considérablement leurs dépenses ou se tourner vers d’autres formes de financement, d’après le dernier rapport Junior Mine, publié aujourd’hui par PwC.

En 2012, la capitalisation boursière des 100 principales petites sociétés minières a baissé de 43% en regard de l’année précédente. De plus, le nombre de sociétés minières faisant partie des 100 principales et affichant une capitalisation boursière supérieure à 200 millions de dollars est passé à 13, une chute par rapport au record de 36 sociétés enregistré en 2011. Parallèlement, le financement par capitaux propres des 100 principales petites sociétés minières a fléchi de 41 %, atteignant 1,6 milliard, contre 2,7 milliards en 2011.

« Au cours de l’année écoulée, les investisseurs se sont montrés prudents à l’égard du marché volatil et réticents à investir. Le repli macroéconomique les a poussés à conserver ou à liquider leurs placements, ce qui a forcé les petites sociétés minières à trouver d’urgence de nouvelles sources de financement, affirme Nochane Rousseau, leader du secteur minier de PwC pour le Québec. On ne peut pas s’attendre à ce que la vapeur se renverse complètement dans un avenir prochain, mais le récent comportement du marché devrait susciter l’optimisme des petites sociétés minières à l’égard de l’année 2013.

Après le calme plat qui a régné sur le marché des PAPE (premiers appels publics à l’épargne) pendant la majeure partie de 2012 – il y a eu seulement quatre PAPE de sociétés minières sur la Bourse de croissance TSX au troisième trimestre de 2012, contre 14 au troisième trimestre de 2011 – le PAPE de 300 millions de dollars d’Ivanplat pourrait bien représenter le signal de départ pour les dirigeants de sociétés minières désirant procéder à un PAPE, qui attendent en file depuis un certain temps, de poursuivre M. Rousseau.

Trouver d’autres sources de financement

La nouvelle étude Junior Mine signale que les sociétés minières ont davantage recours à d’autres formes de financement, soit dans une proportion de 14 % en 2012, comparativement à 8 % en 2011.

« Il faut s’attendre à ce que les investissements étrangers et l’intégration verticale demeurent un volet important de la stratégie de croissance des petites sociétés minières en 2013, explique M. Rousseau. Les investisseurs étrangers structurent leurs placements de manière stratégique, faisant l’acquisition d’une participation financière importante, mais sans acheter la société ouverte qui détient l’actif.

Ces derniers temps, des sociétés offrant du financement aux termes d’accords de redevances ou d’accords d’extraction  approchent les petites sociétés minières et financent leurs projets, tandis que les prêteurs traditionnels font preuve de prudence, constate M. Rousseau. Citons en exemple l’accord de redevances actuellement en vigueur entre Magellan Mineral et la société qui domine le classement des 100 principales sociétés minières cette année, Sandstorm Gold.

Points saillants

Voici quelques constatations au sujet des cinq principales petites sociétés minières de 2012 :

  • La capitalisation boursière totale des cinq principales petites sociétés minières de 2012 a reculé de 33% par rapport à 2011.
  • Quatre des cinq en sont à la phase de production. En 2011, quatre des cinq en étaient à la phase d’exploration.
  • L’an dernier, quatre des cinq principales petites sociétés minières étaient des aurifères. En 2012, l’une d’entre elles est une aurifère et trois exploitent des métaux de base.

« Les investisseurs remarquent les petites minières qui en sont à des stades avancés de mise en valeur ou de production, comme en témoignent les transactions réalisées récemment dans le milieu des petites sociétés minières et la capitalisation boursière des petites sociétés minières au stade de production, de dire M. Rousseau. Sur l’ensemble, les producteurs représentent le seul groupe dont la capitalisation boursière n’a pas subi une décroissance notable en 2012.

La publication Junior Mine  fournit divers renseignements sur les 100 principales petites sociétés minières inscrites à la Bourse de croissance TSX, notamment les faits saillants financiers, des données importantes sur les activités d’exploration, de production, de mise en valeur, ainsi que les états des résultats, des flux de trésorerie et de la situation financière, la conversion aux normes IFRS et les considérations d’ordre géographique et opérationnel. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter la page www.pwc.com/ca/juniormine. On peut également obtenir un exemplaire du rapport en communiquant avec les responsables des relations avec les médias.

LinkedIn : Joignez-vous au groupe PwC Mining Community à l’adresse www.pwc.com/ca/mining-linkedin.

Twitter : Suivez les mises à jour et les analyses sur le secteur minier de @John_Gravelle.

Suivez PwC sur Twitter à @PwC_Canada_LLP et sur Facebook à www.facebook.com/pwccanada.

PwC Canada

PwC Canada aide les organisations et les particuliers à créer la valeur qu’ils recherchent. Plus de 5 700 associés et employés s’emploient à fournir des services de grande qualité en matière de certification, de fiscalité, de conseils et de transactions. PwC Canada est membre du réseau mondial de cabinets de PwC, qui compte près de 169 000 employés dans 158 pays. Pour en savoir davantage, consultez notre site Web à l’adresse : www.pwc.com/ca/fr.

© 2012 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l., société à responsabilité limitée de l’Ontario. Tous droits réservés.

Dans le présent document, « PwC » s’entend du cabinet canadien, et quelquefois du réseau mondial de PwC. Chaque société membre est une entité distincte sur le plan juridique. Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez notre site Web à l’adresse : www.pwc.com/structure (en anglais seulement).