Malgré le ralentissement, les entreprises canadiennes atteignent de nouveaux sommets sur le marché européen des fusions et acquisitions depuis la crise et le marché intermédiaire canadien des fusions et acquisitions affiche une progression rapide

Affichez la page en: English

Malgré un recul de 2 % de la valeur des transactions de fusions et acquisitions au Canada au deuxième trimestre, les acquisitions canadiennes ont progressé de 191 % sur les marchés étrangers et les transactions de fusions et acquisitions sur le marché intermédiaire ont connu une hausse de 35 %.  

MONTRÉAL — Malgré l’incertitude persistante à l’échelle macro-économique, les sociétés canadiennes ont été très actives au deuxième trimestre de 2012 en Europe et ont annoncé des transactions d’une valeur de 15,1 G$ sur le continent, soit un sommet trimestriel depuis la crise. Dans l’ensemble, les Canadiens ont été actifs sur divers marchés étrangers au cours du trimestre. Des acquisitions d’une valeur de 21,8 G$ ont été annoncées dans 40 pays étrangers, y compris 27 marchés en expansion. Il s’agit là d’une des valeurs les plus élevées jamais enregistrées en matière de transactions transfrontalières.

« Les entreprises canadiennes combattent la faible croissance intérieure par des acquisitions à l’étranger, indique Nicolas Marcoux, leader du groupe Transactions de PwC au Canada. Bien souvent, les opérations de fusions et acquisitions sont autant un moyen de croître que d’innover. »

Le segment intermédiaire du marché canadien des fusions et acquisitions a aussi repris de la vigueur au deuxième trimestre, 51 transactions d’une valeur de 12,2 G$ ayant été annoncées, soit des hausses respectives de 21 % et de 35 % par rapport au trimestre précédent. Selon M.  Marcoux, « ces résultats ne nous surprennent pas, car de nombreuses sociétés ouvertes et fermées affichent publiquement leur volonté de réaliser des acquisitions complémentaires depuis un certain temps. »

Voici d’autres observations tirées du rapport sur les transactions du deuxième trimestre de 2012 de PwC disponible à l’adresse www.pwc.com/ca/fr/deals/canadian-quarterly.jhtml:

  • Le deuxième trimestre a été marqué par 721 annonces de transactions de fusions et acquisitions d’une valeur de 47,7 G$. Le volume et la valeur des transactions ont reculé respectivement de 7 % et de 2 % par rapport au trimestre précédent et de 14 % et de 4 % par rapport à l’exercice précédent. Dans l’ensemble, ces résultats sont comparables au rendement moyen depuis la crise.
  • Le recul marqué des « méga-transactions » de fusions et acquisitions a entraîné la baisse généralisée des transactions de fusions et acquisitions annoncées au cours du deuxième trimestre. La valeur globale des transactions de fusions et acquisitions de plus de 1 G$ s’est repliée de 4,8 G$ ou 16 % par rapport au premier trimestre. L’Ontario a déclassé l’Alberta au palmarès des provinces de prédilection des investisseurs. Selon la valeur, 41 % des transactions annoncées ont été conclues en Ontario, contre 36 % en Alberta. Ce revirement s’explique notamment par une baisse des transactions d’importance visant les sables bitumineux de l’Alberta.
  • Par secteur d’activité, l’immobilier et l’énergie se caractérisent toujours par d’intenses activités de fusions et acquisitions, tandis que les services financiers diversifiés effectuent un retour à la faveur de transactions conclues dans le secteur des assurances et le secteur bancaire. Le niveau d’activité a fléchi dans le secteur des métaux et des mines et ne représente plus que 5 % de la valeur des activités de fusions et acquisitions au Canada, principalement en raison de la baisse du prix des marchandises et du ralentissement de la demande de ressources, particulièrement en provenance de la Chine.
  • Malgré l’incertitude sur les marchés, l’annulation des transactions a atteint un creux sans précédent au deuxième trimestre, seulement 12 transactions ayant été annulées. « Ces chiffres démontrent que les acheteurs canadiens ne doutent pas de leur capacité de mener ces transactions à bien, souligne M. Marcoux. Ils investissent plus de temps "dès le départ" pour s’assurer d’avoir fait le bon choix stratégique. »

Suivez PwC sur Twitter à l’adresse @PwC_Canada_LLP et sur Facebook à l’adresse www.facebook.com/pwccanada.

PwC Canada

PwC Canada aide les organisations et les particuliers à créer la valeur qu’ils recherchent. Plus de 5 700 associés et employés s’emploient à fournir des services de grande qualité en matière de certification, de fiscalité, de conseils et de transactions. PwC Canada est membre du réseau mondial de cabinets de PwC, qui compte près de 169 000 employés dans 158 pays. Pour en savoir davantage, consultez notre site Web à l’adresse : www.pwc.com/ca/fr.

© 2012 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l., société à responsabilité limitée de l’Ontario. Tous droits réservés.

Dans le présent document, « PwC » s’entend du cabinet canadien, et quelquefois du réseau mondial de PwC. Chaque société membre est une entité distincte sur le plan juridique. Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez notre site Web à l’adresse : www.pwc.com/structure (en anglais seulement).