Les fabricants industriels canadiens se montrent plus optimistes, mais réduisent leurs investissements et leurs projections de croissance

Affichez la page en: English

Le recrutement des talents de la génération Y dans le secteur de la fabrication exige le recours à de nouvelles méthodes

MONTRÉAL, le 30 mai 2012 — Selon le rapport Canadian Manufacturing Barometer de PwC du premier trimestre de 2012, 76 % des fabricants industriels canadiens interrogés sont optimistes quant aux perspectives économiques du Canada pour l’année à venir, ce qui représente une hausse de 19 points par rapport au trimestre précédent.

Au total, 25 % de ceux qui commercialisent leurs produits à l’étranger, soit 4 points de plus par rapport au trimestre précédent, sont aussi plus optimistes quant aux perspectives économiques mondiales pour les 12 prochains mois. En fait, les fabricants industriels canadiens qui vendent à l’étranger ont connu une stabilité des ventes internationales au premier trimestre de 2012, tandis que 22 % d’entre eux ont enregistré une augmentation de leurs ventes.

Malheureusement, pour les participants au sondage, les projections de croissance du chiffre d’affaires sont de 4,2 %, ce qui représente une légère baisse par rapport aux prévisions établies pour l’année (4,9 %) et un chiffre plus faible que les prévisions sur 12 mois du trimestre précédent (5,3 %). De plus, les répondants sont moins nombreux (42 %) à prévoir de nouveaux investissements importants de capitaux pour l’année à venir. Ce chiffre est considérablement moindre que celui annoncé au trimestre précédent (60 %) et au troisième trimestre de 2011 (66 %).

« Nous réalisons que malgré l’optimisme qui règne, l’instabilité financière des marchés mondiaux est bien présente. Cependant, la stabilisation des ventes internationales des fabricants industriels canadiens est un signe positif », indique Martin Bernier, leader du secteur de la fabrication, PwC Montréal.

Les prix du pétrole et de l’énergie constituent le principal obstacle à la croissance pour 59 % des répondants, comparativement à 53 % au cours des deux derniers trimestres de 2011. Pour 34 % des répondants qui prévoient recruter au cours de l’année à venir, les employés les plus recherchés seront les professionnels et les techniciens (22 %), les travailleurs de la production (17 %) et les travailleurs qualifiés (17 %).

RECRUTEMENT DE TALENTS QUALIFIÉS DE LA GÉNÉRATION Y

Plus de la moitié des dirigeants du secteur de la fabrication interrogés dans le cadre de cette étude parlent d’un sérieux manque de main-d’œuvre qualifiée. Les stratégies adoptées actuellement par les sociétés du secteur de la fabrication industrielle pour attirer les talents ne sont pas suffisantes pour répondre aux besoins de la génération Y (c.-à-d. les personnes nées après 1980), groupe qui composera 50 % de la main-d’œuvre mondiale d’ici 2020.

Les stratégies utilisées par le secteur de la fabrication pour attirer les talents sont plus susceptibles d’attirer les baby-boomers (ceux nés entre 1943 et 1960) et la génération X (ceux nés entre 1961 et 1981) que la génération Y. Voici les principales conclusions tirées des réponses de plus de 40 hauts dirigeants du secteur de la fabrication :

  • La plupart des sociétés continuent d’utiliser les moyens conventionnels pour attirer les talents, tels que l’affichage en interne (90 %), les agences de placement (54 %), les sites d’emplois (56 %) et le site Web de l’entreprise (76 %).
  • Une fraction importante des répondants (87 %) a indiqué ne recourir que très peu aux médias sociaux.

« Étant donné que la main-d’œuvre du secteur de la fabrication change, il est essentiel pour les fabricants canadiens de commencer à utiliser les canaux non conventionnels s’ils veulent attirer et retenir les meilleurs talents de la génération Y et pour trouver une main-d’œuvre qualifiée », précise M. Bernier.

Pour les personnes de la génération Y, il ne s’agit pas seulement de trouver un emploi stable qui offre des programmes d’encouragement traditionnels comme les primes. Elles cherchent plus de mentorat, un plan de carrière ainsi que des régimes de rémunération variable. Par ailleurs, 90 % des sociétés canadiennes du secteur de la fabrication offrent des formes traditionnelles de rémunération, alors que seulement 44 % d’entre elles proposent un plan de développement de carrière, et 42 %, du mentorat.

« Les entreprises canadiennes du secteur de la fabrication industrielle devraient chercher à comprendre les nouvelles valeurs de la génération Y et à s’adapter pour répondre à ses exigences, ajoute M. Bernier. La génération Y souhaite avoir une rémunération qui répond à ses besoins particuliers et à sa situation personnelle. Pour attirer les meilleurs dès leur sortie de l’université, les dirigeants des sociétés de ce secteur devraient songer à adopter des formules de travail flexible et à mettre en place des programmes créatifs axés sur le développement professionnel. »

Pour obtenir plus de renseignements, veuillez consulter la page suivante : www.pwc.com/ca/fr/industrial-manufacturing/barometer/cmb-april-2012.jhtml

PwC Canada

PwC Canada aide les organisations et les particuliers à créer la valeur qu’ils recherchent. Plus de 5 700 associés et employés s’emploient à fournir des services de grande qualité en matière de certification, de fiscalité, de conseils et de transactions. PwC Canada est membre du réseau mondial de cabinets de PwC, qui compte près de 169 000 employés dans 158 pays. Pour en savoir davantage, consultez notre site Web à l’adresse : www.pwc.com/ca/fr.

© 2012 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l., société à responsabilité limitée de l’Ontario. Tous droits réservés.

Dans le présent document, « PwC » s’entend du cabinet canadien, et quelquefois du réseau mondial de PwC. Chaque société membre est une entité distincte sur le plan juridique. Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez notre site Web à l’adresse : www.pwc.com/structure (en anglais seulement).