Le risque macroéconomique, enjeu no 1 des banques : sondage CSFI-PwC

Affichez la page en: English

Le sondage « Banana Skins » révèle les plus grandes menaces des banques; le Canada compte parmi les pays les mieux préparés

MONTRÉAL – 30 janvier — Selon un nouveau sondage sur les enjeux actuels du secteur bancaire mondial, le risque d’une autre récession et d’un retour de la crise bancaire arrive en tête de liste.

Dans le sondage annuel « Banking Banana Skins », que le Centre for the Study of Financial Innovation (CSFI) a mené en association avec PwC, le risque macroéconomique occupe le sommet de la liste des 30 risques potentiels pour les banques.

« Si le Canada est mieux préparé à gérer certains de ces risques, il reste que les enjeux sont étroitement liés au système bancaire mondial. Tout le monde a peur d’être contaminé par des économies plus en difficulté, surtout les États-Unis et l’Europe », a dit Caroline Émond, associée et leader du secteur des institutions financières pour la région du Québec de PwC.

Les principaux risques cités par les répondants canadiens correspondent grosso modo à ceux qui figurent dans la liste mondiale : risque macroéconomique, problèmes de financement et réglementation (on peut consulter un rapport spécial de PwC sur les moyens de s’y retrouver dans un contexte réglementaire complexe au http://www.pwc.com/ca/fr/banking-capital-markets/impact-of-regulatory-changes.jhtml). La « disponibilité du capital » figure aujourd’hui parmi les cinq plus grands risques sur la liste canadienne, alors qu’il y a deux ans, elle occupait le 24e rang. « Personne ne veut d’un resserrement des liquidités parce que cela pourrait freiner notre remontée », a ajouté Madame Émond.

Les répondants canadiens sont très préoccupés par le risque lié à la réglementation, d’autant plus que nos banques ont saisi des occasions à l’étranger (et qu’elles doivent composer avec un durcissement des règlements dans d’autres pays). La quantité de ressources nécessaires pour gérer le foisonnement réglementaire pourrait avoir des effets négatifs comme une baisse de la compétitivité ou une augmentation involontaire des risques dans le système, selon Madame Émond.

Le sondage a aussi montré que l’inquiétude au sujet des perspectives des banques a atteint son plus haut sommet en 13 ans, soit depuis que le sondage existe. De nombreux répondants s’attendent à voir d’autres faillites ou nationalisations de banques. La grande source d’inquiétude est la crise de la zone euro qui implique le risque de défaut de la dette souveraine dans plusieurs pays. Le choc d’un effondrement de l’euro frapperait non seulement les banques européennes, mais celles de toutes les grandes régions du monde. Les banquiers du Canada, des États-Unis, de la Chine, de l’Argentine et de l’Australie ont placé la crise de l’euro au sommet de leur liste de préoccupations.

La première conséquence d’un krach serait d’importantes pertes sur prêts, qui se classent au deuxième rang de la liste mondiale, suivies de près par une crise du financement qui empêcherait les banques d’accéder à des liquidités (3e rang) et à de nouveaux capitaux (4e rang).

La capacité des banques mondiales de se sortir de la crise est aussi une grande source d’inquiétude : la faiblesse de la gouvernance d’entreprise (9e rang) et celle de la gestion du risque (10e rang) font partie des 10 risques les plus importants. Le risque lié au maintien des activités est en forte augmentation (il est d’ailleurs passé du 21e au 12e rang); il a trait à la capacité du système bancaire de survivre à l’échec d’une opération financière importante.

Pour la première fois, le sondage montre que les perspectives de risques sont meilleures pour les économies émergentes que pour le monde industrialisé. Les répondants de régions comme l’Amérique latine, l’Afrique, l’Asie et l’Extrême-Orient ont évalué leurs perspectives plus favorablement que leurs homologues de l’Amérique du Nord et de l’Europe parce que leur croissance est plus solide, mais ils se sont dits vulnérables aux chocs bancaires mondiaux.

À quels risques le secteur bancaire est-il le plus exposé?

Banking Banana Skins 2012
(classement de 2010 entre parenthèses)

Monde

Canada

  1. Risque macroéconomique (4)
  2. Risque de crédit (2)
  3. Liquidité (5)
  4. Disponibilité du capital (6)
  5. Ingérence politique (1)
  6. Réglementation (3)
  7. Rentabilité (-)
  8. Produits dérivés (7)
  9. Gouvernance d'entreprise (12)
  10. Qualité de la gestion du risque (8)
  11. Évaluation du risque (9)
  12. Maintien des activités (21)
  13. Services administratifs (24)
  14. Mesures iniciatives pour la direction (16)
  15. Gestion du changement (28)
  16. Fonds de couverture (19)
  17. Taux d'intérêt (14)
  18. Grande dépendance à la technologie (18)
  19. Devises (11)
  20. Pratiques commerciales (22)
  21. Marchés des actions (10)
  22. Marchés émergents (17)
  23. Négociateurs téméraires (20)
  24. Criminalité (27)
  25. Développement durable (25)
  26. Produits de base (13)
  27. Fraude (15)
  28. Ressources humaines (-)
  29. Recours à des tiers (-)
  30. Systèmes de paiement (26)
  1. Risque macroéconomique (3)
  2. Liquidité (6)
  3. Réglementation (5)
  4. Disponibilité du capital (24)
  5. Risque de crédit (1)
  6. Produits dérivés (7)
  7. Rentabilité (-)
  8. Ingérence politique (4)
  9. Qualité de la gestion du risque (2)
  10. Fonds de couverture (11)
  11. Services administratifs (23)
  12. Gouvernance d'entreprise (16)
  13. Grande dépendance à la technologie (13)
  14. Évaluation du risque (12)
  15. Mesures iniciatives pour la direction (8)
  16. Maintien des activités (20)
  17. Ressources humaines (-)
  18. Gestion du changement (26)
  19. Taux d'intérêt (19)
  20. Devises (10)
  21. Criminalité (25)
  22. Marchés des actions (15)
  23. Recours à des tiers (-)
  24. Négociateurs téméraires (17)
  25. Fraude (18)
  26. Pratiques commerciales (22)
  27. Marchés émergents (14)
  28. Produits de base (9)
  29. Développement durable (27)
  30. Systèmes de paiement (21)

La série « Banana Skins » du CSFI offre périodiquement des instantanés de la situation du risque dans le secteur des services financiers. En plus du sondage sur le secteur bancaire, le CSFI mène des enquêtes sur les risques dans les secteurs de l’assurance et de la microfinance. Le sondage de cette année repose sur les réponses de plus de 700 banquiers, autorités de la réglementation des banques et observateurs avertis du secteur bancaire dans 58 pays.

Centre for the Study of Financial Innovation
Le CSFI, fondé en 1993, est un groupe de réflexion sans but lucratif de Londres qui effectue des recherches sur l’avenir des services financiers. Il a un affilié à New York : New York CSFI. Le CSFI produit des sondages « Banana Skins » depuis 1995.

PwC Canada

PwC Canada aide les organisations et les particuliers à créer la valeur qu’ils recherchent. Plus de 5 700 associés et employés s’emploient à fournir des services de grande qualité en matière de certification, de fiscalité, de conseils et de transactions. PwC Canada est membre du réseau mondial de cabinets de PwC, qui compte près de 169 000 employés dans 158 pays. Pour en savoir davantage, consultez notre site Web à l’adresse : www.pwc.com/ca/fr.

© 2012 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l., société à responsabilité limitée de l’Ontario. Tous droits réservés.

Dans le présent document, « PwC » s’entend du cabinet canadien, et quelquefois du réseau mondial de PwC. Chaque société membre est une entité distincte sur le plan juridique. Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez notre site Web à l’adresse : www.pwc.com/structure (en anglais seulement).