La confiance des chefs d’entreprise à son plus bas niveau depuis cinq ans

Affichez la page en: English

Pessimisme grandissant des Albertains à l’égard de l’économie

Dans un sondage réalisé en mars 2013, 225 dirigeants d’entreprise de l’Alberta affirmaient que leur niveau de confiance dans l’économie n’a jamais été aussi bas depuis 2007. La confiance des consommateurs albertains en l’avenir est également en recul, mais dans une moindre mesure, comparé à la communauté des affaires. Ce pessimisme pourrait être attribuable essentiellement à la volatilité des prix du pétrole, au budget fortement déficitaire présenté récemment par le gouvernement provincial et au retard du projet Keystone XL.

La confiance des chefs d’entreprise

Les réponses des dirigeants d’entreprise montrent une tendance à la baisse des niveaux de confiance par rapport à mars 2012. La confiance dans les conditions d’affaires actuelles et futures recule de 42,5 % et de 28,2 % respectivement. De plus, les chefs d’entreprise doutent de plus en plus que le chômage diminuera avec les années, le niveau de confiance à cet égard ayant baissé de 36,4 %. En revanche, l’indice de confiance dans les conditions fiscales de même que l’indice de l’évolution du taux d’intérêt futur sont restés relativement stables, avec une baisse de 12,1 % et de 6,3 % respectivement.

La perception de la situation économique par les chefs d’entreprise

À la question de savoir si un budget axé sur le déficit est nécessaire pour favoriser la croissance économique de l’Alberta à moyen et long termes, les avis des chefs d’entreprise divergent. Environ 48 % des répondants pensent qu’il est nécessaire alors que 44 % pensent le contraire et que 8 % hésitent à se prononcer sur les conséquences à long terme du budget.

Les chefs d’entreprise estiment en majorité (86 %) que l’économie de l’Alberta est en train de pâtir du retard dans l’approbation du projet de pipeline Keystone XL. La communauté des affaires ne s’attend guère à une augmentation des revenus dans le secteur pétrolier durant les six mois à venir. Un chef d’entreprise sur deux (53 %) pense que les revenus que l’Alberta tire du pétrole demeureront stables, alors qu’un répondant sur quatre seulement estime qu’au contraire, ils augmenteront.

« Le recul de la confiance dans l’économie est probablement le résultat d’avis divergents sur la stratégie du budget provincial par rapport à la croissance économique, de doutes sur l’augmentation des revenus pétroliers et d’inquiétudes liées à la réussite du projet Keystone XL, » résume Ian Gunn, leader du groupe Services aux sociétés privées de PwC, à Calgary, en Alberta.

La confiance du consommateur

On observe un léger recul dans la confiance du consommateur à l’égard de la situation économique, comparativement à celle des dirigeants d’entreprise, soit 6,1 % par rapport à mars 2012. Ce n’est pas surprenant dans la mesure où les consommateurs n’ont pas accès aux mêmes informations que les gens d’affaires et que, de manière générale, ils suivent les tendances des entreprises avec un retard de quelques mois. De plus, les indicateurs de confiance des consommateurs sont globalement plus stables par rapport aux niveaux de confiance des chefs d’entreprise. De même que ces derniers, les consommateurs s’attendent à une augmentation du taux de chômage à l’avenir.

La perception de la situation économique par le consommateur

À la question posée aux chefs d’entreprise sur le budget provincial, un consommateur albertain sur deux (49 %) estime qu’un tel budget est nécessaire pour favoriser la croissance économique de la province à moyen et long termes. Dans le groupe des consommateurs, les répondants sont plus nombreux à soutenir le budget qu’à le désapprouver (35 % n’y sont pas favorables).

À l’instar de la communauté des affaires, la plupart des Albertains (70 %) pensent que le retard dans l’approbation du projet de pipeline Keystone XL affecte l’économie de la province, plus d’un quart d’entre eux (27 %) estimant que les conséquences sont très néfastes. Le pourcentage de consommateurs albertains qui pensent que les revenus du secteur pétrolier n’augmenteront pas durant les six prochains mois est identique à celui des chefs d’entreprise, soit 53 %.

La perception du marché de l’immobilier par le consommateur

En mars 2013, les consommateurs se montraient plus pessimistes quant à l’achat des principaux équipements domestiques, le taux de confiance ayant baissé de 12,7 % entre janvier et mars 2013. Les Albertains ne semblent pas non plus considérer que l’heure est favorable à l’acquisition d’une maison car la confiance à cet égard baisse de 5,8 %. Cependant, entre janvier et mars 2013, ils affichent plus ou moins le même niveau de confiance en ce qui a trait au revenu futur des ménages et à l’évolution du taux d’intérêt. Parallèlement, les logements dans les principales villes de l’Alberta sont devenus moins abordables qu’en 2012. Selon les Albertains, alors que l’accès à la propriété est aujourd’hui plus difficile à Calgary et à Edmonton, il s’est amélioré dans d’autres régions de la province.

L’indice de confiance des entreprises et des consommateurs réalisé par PwC suit et mesure l’évolution du taux de confiance des consommateurs et des dirigeants d’entreprise par rapport à la situation actuelle et future de l’économie de l’Alberta.